En direct

Le béton immergé sauve une digue
PHOTO - 763843.BR.jpg - © Ville de Biarritz

Le béton immergé sauve une digue

Olivier Baumann |  le 13/12/2013  |  Ouvrage d'artBétonTravaux sans tranchéePyrénées-AtlantiquesRhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Ouvrage d'art
Béton
Travaux sans tranchée
Pyrénées-Atlantiques
Rhône
Bâtiment
Produits et matériels
Valider

Sommaire du dossier

  1. Trophée Béton 2016 : cinq projets d’étudiants distingués
  2. Béton et granulats : la production repart à la hausse
  3. Le béton se végétalise
  4. 8 solutions de béton ciré
  5. Le béton ciré
  6. Des murs béton coulés en place prennent en sandwich l’isolation
  7. La première éolienne flottant sur du béton est attendue au large du Croisic pour 2016
  8. Une tranchée couverte en béton fibré
  9. A Nice, 650 mètres cube de béton coulés en une seule journée pour fermer le puits d’entrée du tunnelier du tramway
  10. Deux viaducs renforcés en BFUP
  11. Le Cerib entend mettre son expertise sur le béton au service du BTP
  12. Holcim se lance à son tour dans la location de centrales à béton
  13. "Résurrection" d'un mur de soutènement centenaire au pied de la Basilique du Sacré-Coeur
  14. La recherche s’associe à l’industrie pour inventer les bétons de demain
  15. Letgo : un prémur en béton alvéolé à grande rigidité
  16. Le recyclage devient un axe de développement stratégique
  17. Béton préfabriqué
  18. La NF EN 206/CN s’ouvre aux granulats recyclés et aux bétons sur mesure
  19. Les bétons anciens, un champ pour les professionnels du patrimoine
  20. À la recherche de poches de croissance
  21. Des solutions industrielles de plus en plus packagées pour réduire les coûts finaux
  22. Isolation répartie et complexe de doublage
  23. Un édifice qui fait des vagues
  24. Un métro perché sur 72 kilomètres de viaducs
  25. Des raidisseurs en béton fibré scrutés à la loupe
  26. Matériaux de construction : on reste dans le dur
  27. Hausermann et Costy Le Centre de Douvaine
  28. Renaissance d’un train béton datant du tunnel sous la Manche
  29. Grand lifting des digues sur la Garonne à Toulouse
  30. Philippe Gruat nommé à la tête du Cerib
  31. Recybéton : que faire du sable recyclé ?
  32. Balard : un chantier mené au pas de charge
  33. Le stade de Bordeaux accueille une aire de préfabrication béton
  34. Des plaques en béton réfléchissantes
  35. La filière sèche gagne du terrain
  36. Du tout-modulaire à la mixité des procédés
  37. Le béton dans tous ses états
  38. Mariage du bois et du béton de chanvre
  39. Une médiathèque béton taillée dans la masse
  40. Mikado structurel pour un bâtiment sportif
  41. Une Cité des civilisations du vin bien charpentée
  42. Les façades béton restructurées donneront plus de clarté
  43. Le trophée béton
  44. Mecque du bâtiment préfabriqué, Singapour veut faire de la construction un jeu d’enfant
  45. Vague de béton verte sur le campus de Marne-la-Vallée
  46. Des murs antibruit double face en béton de caoutchouc et béton de bois
  47. Deux Projets Nationaux sur les risques rocheux et la durabilité des bétons lancés officiellement en mars
  48. Trophée Béton 2015 : quatre projets d’étudiants primés
  49. Matériaux de construction : la baisse des ventes est confirmée
  50. France Blocs mise sur l’innovation pour concurrencer la brique
  51. Alkern boucle le rachat du groupe Duroux
  52. Falaise en béton préfabriqué pour la faune et la flore
  53. À Fontfroide, le béton se taille et vieillit comme la pierre
  54. Une forteresse de béton pour abriter une médiathèque
  55. Enveloppe en béton de chanvre pour du logement groupé
  56. Le béton à la fête en terre d’ovalie
  57. Une piscine respectant les principes feng shui
  58. Des silos en béton réalisés sur mesure
  59. Du sur-mesure sous contraintes pour les terrasses de la Fondation Louis-Vuitton
  60. Un nouveau bateau-porte se profile au port de Marseille
  61. La démocratisation de l’impression en béton s’accélère en Angleterre
  62. Programme de recherche de l’IRSN sur le vieillissement du béton
  63. Béton et exigences environnementales : le débat
  64. Unique ! Une centrale à béton exclusivement alimentée par train
  65. Un béton façonne un mur d’eau géant
  66. Un anneau en béton fibré en mémoire de la Grande Guerre
  67. Course de vitesse au Grand Stade de Lyon
  68. Préfabrication en béton Solutions pour le logement individuel
  69. Des dalles de dépollution de l’air à l’essai
  70. La structure et l’isolation par l’extérieur en béton cellulaire
  71. Un train de machines assure la réalisation d’une chaussée en béton
  72. Les industriels du béton très inquiets sur l'avenir de leur secteur
  73. Intermat : un salon dédié au béton
  74. Routes et réseaux : Lafarge affiche ses ambitions
  75. Rector mise sur le numérique pour guider les professionnels
  76. Chais d’œuvre de design et de technologie
  77. Béton prêt à l'emploi : Carole Jaillot élue présidente de la commission environnement du SNBPE
  78. Que pèse le béton dans la qualité environnementale des bâtiments ?
  79. "L'Etat doit respecter l'équité entre les différents matériaux de construction", Jean Bonnie (Fédération de l'industrie du béton)
  80. Spécial technique - Béton, dis-moi qui tu es
  81. Le miscanthus mis en bloc
  82. L'imprimante 3D passe au béton à prise rapide
  83. Un anneau à ultra-haute performance
  84. 8 solutions de béton banché
  85. Les solutions en béton banché
  86. Association de deux systèmes industrialisés
  87. Voiles grande hauteur pour réservoirs d’eau potable
  88. Trophée béton 2012-2013 Liberté de l’espace
  89. Avec son site des Batignolles, Holcim vise les chantiers du Grand Paris
  90. Evolutions technologiques pour façade béton
  91. Appliquer un béton ciré sur plancher chauffant à basse température
  92. Réalisation d’une chape en béton empreinte
  93. Un béton à base de granulats recyclés pour réaliser du mobilier urbain
  94. Un bâtiment phare posé sur pilotis face à la mer
  95. Béton de site et bois brut jouent en duo
  96. Une canopée flotte sur l’aéroport de Bombay
  97. Découvrez le futur siège du FCBA à Champs-sur-Marne
  98. Le béton vu par trois générations d’architectes
  99. Le marché des matériaux minéraux de construction se porte bien au premier trimestre
  100. Matériaux de construction, l'embellie se poursuit en février
  101. La LGV SEA grande consommatrice de béton préfabriqué
  102. Quand la dalle béton devient active
  103. Béton Pathologies et durabilité
  104. Renforcement des structures en béton
  105. Béton : pas d’embellie en vue
  106. Quand le béton a un grain
  107. Des bétons haute sécurité pour le terminal méthanier
  108. Le temps des regroupements
  109. Blocs et monomur
  110. Cellumat mise sur la prescription
  111. Trophée béton 2013-2014 : quatre projets d’étudiants primés
  112. Un monolithe de béton semi-enterré
  113. Lyon pôle culturel lons-le-saunier
  114. Batimat : un process qui garantit la performance des blocs isolants
  115. Le béton à ultra-hautes performances gagne le monde
  116. Béton préfabriqué : Rector rode son laboratoire de recherche
  117. Etanchéité dans la masse pour un nouveau béton
  118. Prédalle active industrialisée : un test positif
  119. Chicanes de béton baryté pour la radioprotection
  120. Béton ciré, le choix entre le spatulé et l’autolissant
  121. 8 bétons et granulats isolants
  122. Un béton mince en rouleaux
  123. La légèreté, atout du béton de chanvre en immeuble collectif
  124. Immeuble passif à structure bois-béton industrialisée
  125. Un collecteur d’égouts s’habille de béton polyester
  126. Le béton immergé sauve une digue
  127. Barrage-poids arqué sur un oued algérien
  128. Béton, dis-moi qui tu es
Travaux maritimes -

La digue de Gamaritz, à Biarritz, menaçait de s’effondrer du fait de la houle. L’entreprise GTS est chargée de la conforter par du béton immergé. Le site, escarpé et très touristique, pose un défi logistique exceptionnel.

Si les vagues de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) font le bonheur des surfeurs, elles sont moins appréciées des navires qui souhaitent s’ancrer dans le port des Pêcheurs, situé au sud de la station balnéaire, non loin du célèbre rocher de la Vierge. La digue de Gamaritz a été construite dans la seconde moitié du XIX e siècle pour protéger le chenal d’accès à ce havre. Les assauts répétés de la houle ont peu à peu déstructuré le béton cyclopéen (béton de masse dans lequel sont noyées de grosses pierres) de l’ouvrage, le fragilisant dangereusement. Deux cavités constituent les manifestations les plus graves de ces dégradations. La première est le résultat d’un sous-cavage important de l’évent, une ouverture dans le corps de digue conçue dès l’origine pour la décharger de la pression de la houle. La seconde cavité s’est formée au fil du temps, et s’étend sur une vingtaine de mètres sous la digue. Craignant l’effondrement de l’ouvrage, la mairie de Biarritz a entrepris de le conforter, confiant la maîtrise d’œuvre à Ingérop et les travaux à l’entreprise GTS (groupe NGE), spécialisée dans les opérations d’accès difficile et les travaux spéciaux.

1 000 m 3 de béton pour combler les cavités

Techniquement, l’opération se déroule en deux phases principales. La première action consiste à conforter les assises de la digue par coulage d’un béton immergé : « Les cavités sont comblées par 800 à 1 000 m 3 de béton », explique Laurent Viguier, chef de secteur Midi-Pyrénées de GTS (voir encadré page précédente). La sécurisation définitive de l’ouvrage est ensuite réalisée en ceinturant l’ouvrage d’une banquette réalisée à l’aide d’écailles préfabriquées conçues par GTS (voir ci-dessus).
Mais les contraintes techniques sont doublées d’importantes difficultés logistiques. Premièrement, l’entrée de la digue est adossée à un terrain rocheux très escarpé, qui rend impossible l’approvisionnement des matériaux et matériels par voie terrestre. De plus, le site étant très fréquenté par les touristes, la Ville de Biarritz ne souhaitait pas fermer l’accès piétonnier côtier. « Il fallait que nous limitions drastiquement notre présence sur le site », résume Laurent Viguier. Initialement, le cahier des charges prévoyait une solution d’accès par la mer à la digue, avec la mise en place d’une plate-forme maritime posée sur vérins stabilisateurs. En variante, l’entreprise a proposé une solution logistique innovante, « qui générait 15 à 20 % d’économie pour le maître d’ouvrage », assure Laurent Viguier. Soit une solution d’accès terrestre inspirée de la montagne, terrain de jeu d’origine de l’entreprise dont le siège est à Lyon, mais limitant les emprises nécessaires au strict minimum. Elle a pour cela imaginé un circuit de transport des matériaux et matériels qui emprunte la voie des airs, et dont l’organe stratégique est constitué d’un téléphérique de chantier, ou blondin (voir double page suivante).

PHOTO - 763838.BR.jpg
PHOTO - 763838.BR.jpg - © gts
Fiche technique

Maître d’ouvrage : Ville de Biarritz. Maître d’œuvre : Ingérop. Entreprise : GTS (groupe NGE), Romoeuf (sous-traitant travaux immergés). Calendrier du chantier : 9 septembre 2013-5 janvier 2014. Coût des travaux : environ 1,5 million d’euros HT.

Béton immergé - Des cavités bétonnées sous la mer

Le confortement de la digue passe par le bétonnage total ou partiel (pour l’évent, visible ci-dessus) des deux cavités qui fragilisent l’ouvrage. Dès que les conditions de houle le permettent - soit seulement une petite dizaine de jours en moyenne par mois ! - le coulage est réalisé sous l’eau par une équipe de huit plongeurs de la société Romoeuf. Le béton, pompé depuis la rive, est mis en œuvre en plusieurs passes successives d’un mètre de hauteur. Pour éviter sa dispersion dans l’eau, sa formulation intègre un agent de cohésion (Colaxim RT de Sika). Par ailleurs, un système de coffrage perdu original est mis en place au fond de l’eau de part et d’autre de la digue. Il s’agit de buses perforées préfabriquées en béton (voir schéma ci-contre). Posées sur une assise en béton elle-même fondée sur des barres d’ancrage verticales, elles sont lestées par un remplissage de béton. Une fois le coulage terminé, elles participent à la tenue structurelle de l’assise. A chaque phase, les plongeurs réalisent un compte rendu vidéo ou photo pour que l’entreprise et le maître d’œuvre puissent valider les travaux effectués.

%%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%%
Logistique - Convoyage aérien pour les matériels et les matériaux

Disposant de très peu de surface au sol du fait d’un terrain très escarpé, et contrainte de préserver en permanence une promenade piétonnière touristique à quelques mètres du bord de la falaise, l’entreprise a choisi une solution logistique radicale et originale : elle a décidé de faire transiter l’ensemble des matériaux et matériels jusqu’à la digue par la voie des airs ! Le parcours est le suivant : les colis sont d’abord déposés au niveau du Musée de la mer (voir plan ci-dessous). Là, ils sont pris en charge par un téléphérique de chantier - un blondin (photo 1) - qui les convoie jusqu’au pied de la grue à tour, implantée à quelques centaines de mètres de là, sur le plateau de l’Atalaye. A noter que cette dernière a été montée par un Superpuma venu de Suisse (photo 3), seul hélicoptère capable de manutentionner des pièces aussi lourdes ! La grue à tour soulève ensuite les éléments (écailles préfabriquées, buses de coffrage) et les pose à l’entrée de la digue. Une fois sur la digue, c’est une grue araignée - elle-même livrée par la grue à tour - qui prend le relais et pose les éléments à leur emplacement définitif. L’envergure de la grue araignée étant supérieure à la largeur de la digue, elle a dû être posée sur un cadre métallique ad hoc partiellement en surplomb de l’ouvrage (voir photo 4).

Le béton, lui, est convoyé à flanc de falaise jusqu’à la digue dans des conduites alimentées par des pompes installées au pied du Musée de la mer. Enfin, le personnel accède à la digue par l’intermédiaire d’une échelle à crinoline ancrée à la falaise.

%%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%%
Coffrage - Des écailles en béton pour contrer la houle

Afin de préserver durablement l’intégrité structurelle du corps de la digue, il a été décidé de la ceinturer en partie basse d’une risberme (ou banquette) de béton, disposée de part et d’autre de la cavité principale. A l’instar de l’opération de comblement préalable des cavités, il fallait trouver un système qui permette de coffrer le béton immergé et qui soit suffisamment robuste pour résister à la pression exercée par la houle pendant les phases de chantier. L’entreprise GTS a eu alors l’idée d’adapter le concept d’écaille de paroi clouée en béton préfabriqué qu’elle vient d’inventer, la paroi AD/OC. Destinées initialement à retenir la poussée des sols, ces écailles reprennent 15 tonnes de pression. Accolées les unes à côté des autres, elles forment une barrière hermétique pouvant faire office de coffrage. En tout, 47 de ces écailles (1,5 m de largeur et 2 m de hauteur) ont été installées par dix cordistes et simplement butonnées sur le corps de digue. Le béton des risbermes a ensuite pu être coulé. Une fois la prise du béton faite, les écailles participent à la reprise des efforts structurels.

%%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 07/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur