En direct

Le béton fibré sauve un pont métallique

Laurent miguet |  le 28/10/2011  |  Bas-RhinHaut-RhinMoselleRhôneSeine-et-Marne

Ouvrage d’art -

Le projet innovant Orthoplus, piloté par le ministère de l’Ecologie, trouve sa première application dans la réparation d’un pont routier de type Warren menacé de démolition, dans l’agglomération de Mulhouse.

Depuis le 1 er septembre, les voitures et poids lourds qui traversent le pont sur le canal de Huningue rénové, à Illzach (Haut-Rhin), roulent sur 5 cm de béton fibré à ultra-hautes performances (BFUP), auxquels s’ajoute une couche de roulement d’un centimètre en résine époxy gravillonnée. Une structure de chaussée innovante conçue en application directe du projet de recherche Orthoplus (1), bouclé en juin 2011, qui visait à optimiser la tenue en fatigue des dalles orthotropes, en étudiant notamment l’impact du revêtement sur leur rigidité.

La dalle orthotrope du pont d’Illzach souffrait d’une fissuration des augets, ces éléments métalliques qui, sous le tablier, servent de raidisseurs. Cette pathologie, due aux soudures directes liant les augets et les pièces de pont, a été constatée à partir de 1995. Quelque dix ans plus tard, le conseil général du Haut-Rhin a paré au plus pressé en renforçant les augets les plus défectueux par des taquets en chêne. Après ces mesures provisoires, la démolition et la reconstruction semblaient la seule issue possible, avec deux conséquences désagréables : un investissement estimé à huit millions d’euros, et 6 km de détour, pendant un an, pour les utilisateurs de l’ouvrage.

Une solution économique et rapide

Après un test sur des viaducs mobiles démontables fournis par le Centre national des ponts de secours au centre d’enrobage d’Eiffage TP à Monthyon (Seine-et-Marne), le projet Orthoplus est arrivé à point nommé pour apporter une solution économique et rapide au maître d’ouvrage. Il s’agit en l’occurrence de liaisonner une fine dalle de béton au platelage métallique existant. Sous-traitant d’Eiffage TP, lauréat de l’appel à projets lancé par le Service d’études sur les transports, les routes et leurs aménagements (Sétra) dans le cadre d’Orthoplus, l’entreprise francilienne AAB a préfabriqué 66 dalles en BFUP en usine. Des réservations dans et entre les dalles sont complétées par un volume de béton coulé en place. 12 000 goujons de 3 cm d’épaisseur, homologués par le laboratoire de Nancy du Centre d’études techniques de l’équipement (Cete) de l’Est, garantissent l’adhésion de l’ensemble au tablier. « Entre la division ouvrages d’art de Metz, les spécialistes du béton à Strasbourg et du métal à Nancy, ce chantier a mobilisé nos trois laboratoires », souligne Damien Champenoy, chargé du suivi du chantier à la division ouvrages d’art du Cete de l’Est.
La nouvelle structure de chaussée, posée sur la dalle métallique orthotrope de 12 mm, possède, avec ses 6 centimètres d’épaisseur, un poids sensiblement égal à celui de l’ancienne couche de béton bitumineux, épaisse de 7 cm. Pour autant, grâce à un meilleur transfert des charges, le Centre technique industriel de la construction métallique (CTICM) et le Cete de l’Est calculent une division par deux de l’impact des poids lourds sur les augets. Une réparation des fissures reste cependant programmée, pour un coût estimé à 800 000 euros. Le Sétra mesurera pendant dix ans la fréquentation du pont et sa résistance. De son côté, « Eiffage TP poursuivra ses recherches pour rendre cette solution compétitive dans le cadre d’ouvrages neufs », annonce Simon Pouget, ingénieur au laboratoire central d’études et de recherche d’Eiffage TP à Corbas (Rhône).

PHOTO - 587728.BR.jpg
PHOTO - 587728.BR.jpg
PHOTO - 587730.BR.jpg
PHOTO - 587730.BR.jpg
PHOTO - 587727.BR.jpg
PHOTO - 587727.BR.jpg
PHOTO - 587732.BR.jpg
PHOTO - 587732.BR.jpg
PHOTO - 587729.BR.jpg
PHOTO - 587729.BR.jpg
PHOTO - 587731.BR.jpg
PHOTO - 587731.BR.jpg
Fiche technique

Maître d’ouvrage et maître d’œuvre : conseil général du Haut-Rhin. Assistance technique : Sétra, Cete de l’Est. Travaux : Eiffage Travaux publics. Calendrier : du 15 juin au 31 août 2011. Coût : 1,6 million d’euros TTC.

Commentaires

Le béton fibré sauve un pont métallique

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX