En direct

« Le bâtiment est un outil essentiel de la transition écologique », Benoît Hamon
Le candidat socialiste, qui a le soutien d'EELV et du Parti radical de gauche, souhaite que 50 % des marchés publics soient réservés aux PME. - © © FRANCK CASTEL / WOSTOK PRESS

« Le bâtiment est un outil essentiel de la transition écologique », Benoît Hamon

Propos recueillis par Fabien Renou |  le 29/03/2017  |  SantéImmobilierLogementTechniqueEnvironnement

Après Marine Le Pen, et François Fillon, c’est au tour de Benoît Hamon de livrer au Moniteur ses propositions pour le BTP.

L’objectif de 500 000 logements construits a presque été atteint en 2016. Les dispositifs mis en place pendant le quinquennat de François Hollande doivent-ils être pérennisés ?

Benoît Hamon : En 2016, le nombre de logements autorisés a atteint un niveau très important, bien supérieur à ce qui avait été enregistré depuis des années. Cela concerne tous les types de logements : près de 125.000 logements sociaux, mais aussi des logements intermédiaires, du locatif libre, de l’accession à la propriété classique et à prix maîtrisés pour permettre aux primo-accédants de devenir propriétaires. C’est une satisfaction, alors que beaucoup de critiques infondées ont émaillé le débat au moment de la discussion de la loi Alur, des critiques qui, elles, ont eu un effet négatif sur le marché du logement. Ces bons chiffres sont le résultat d’un écosystème favorable aidé par des taux d’intérêts bas et des mesures comme l’extension du PTZ, la TVA à taux réduit et un dispositif d’investissement locatif recentré.

Pour autant, des inégalités demeurent. La « crise du logement » qui pénalise les classes moyennes et les classes populaires persiste. La possibilité de trouver un logement correspondant à ses revenus et proche de son lieu de travail est une réalité concrète vécue au quotidien par de nombreux habitants de notre pays, notamment dans les zones dites tendues. C’est un problème pour ces ménages, pour les acteurs économiques du logement et de la construction, mais aussi, plus globalement, un problème en termes de compétitivité pour notre pays, en freinant par exemple les possibilités de mobilité professionnelle.

Aussi, je propose que l’État et les collectivités s’engagent à en finir avec le logement rare et cher, là où sont les besoins. Nous encouragerons partout où cela est nécessaire des régulations du coût du logement, qu’il s’agisse du coût de la construction, de l’attribution d’aides publiques les plus utiles possibles et mieux ciblées pour celles et ceux qui en ont besoin, pour l’accession, le marché locatif comme pour la rénovation. Notre pays a en effet trop raisonné en logique de guichet, avec des effets déplorables en termes de finances publiques ou d’aménagement du territoire, comme par exemple avec le dispositif Scellier. Ce que je veux promouvoir, c’est une France de « bien logés », en dépassant les faux antagonismes et en engageant tous les moyens nécessaires pour répondre aux besoins en nombre de logements qui vont continuer à s’accroître. Pour engager cette dynamique, il sera nécessaire d’évaluer tous les dispositifs en place, sans reconduction automatique, ni extinction à leur fin prévue a priori. Je veux assurer assurer aux différents acteurs du logement une vision à moyen terme car l’instabilité réglementaire et fiscale a trop pesé ces dernières années.

Au-delà des sempiternelles incitations fiscales, quels leviers actionner pour répondre à la forte demande de logements en France à des prix maîtrisés ?

B.H. : L’État doit fortement s’impliquer pour inciter les collectivités territoriales à assumer leurs responsabilités qui consistent à construire des logements diversifiés répondant aux besoins de la population. La gouvernance du logement sera au cœur de l'action des territoires. Avec d’une part des PLH aux objectifs évaluables et conçus comme des outils de pilotage locaux développant une véritable stratégie foncière; et d’autre part, l’État installé comme pleinement régulateur entre une politique nationale et les spécificités des territoires, avec une gouvernance citoyenne locale dans l'élaboration des documents de programmation. Pour mobiliser le foncier utile au service du logement, je propose de créer des zones de mobilisation foncière dans les territoires les plus tendus pour lutter contre la rétention et la spéculation.

Par ailleurs, je mobiliserai des moyens supplémentaires pour aller vers la construction de 150.000 logements sociaux par an dont 130.000 très sociaux (PLUS/PLAI). Je veillerai à ce que les services de l’État dans les territoires utilisent tous les moyens à leur disposition pour appliquer pleinement la loi SRU et qu’ils favorisent, dans les communes déficitaires, des opérations de construction mixtes « trois tiers bâti », entre le locatif social, le locatif libre et l’accession à la propriété. De même, je propose d’engager la construction de 60.000 logements sociaux pour les jeunes (logements spécifiques conventionnés) et d’adapter 150.000 logements au vieillissement sur la durée du quinquennat en instaurant un micro-crédit à taux zéro et en créant un crédit d’impôt Bien vieillir.

Concernant les règles fiscales, il faut leur assurer un minimum de stabilité : je proposerai une loi de programmation fiscale dédiée, afin de favoriser plus les mutations et moins la rétention, notamment sur les terrains à bâtir en zone tendue. Je souhaite aussi orienter une part de l'assurance-vie vers la construction de logements à prix maîtrisés.

Conformément à la récente décision du Conseil d’État, je veux étendre l’encadrement des loyers dans les métropoles en région, comme cela se pratique d’ailleurs sans heurts [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

« Le bâtiment est un outil essentiel de la transition écologique », Benoît Hamon

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX