En direct

« Le bâtiment doit préparer la révolution numérique »

Propos recueillis par Florent Maillet |  le 25/08/2017  |  Rhône

Emmanuel François, président de la Smart Buildings Alliance, évoque les défis de la ville connectée.

A quelques jours des universités d'été de la Smart Buildings Alliance (SBA -lire encadré ), son président, Emmanuel François, annonce la parution prochaine de référentiels pour guider les maîtres d'ouvrage dans le domaine complexe de la ville intelligente. Créée en 2012, la SBA fédère des organisations représentantes de l'ensemble des corps de métiers liés au bâtiment et aux acteurs de la smart city , pour penser et définir le smart building . Elle a pour mission de tisser une transversalité qui permet aux différents acteurs du bâtiment d'échanger en amont en prenant en considération les enjeux majeurs que sont le numérique, mais aussi l'environnement et le développement durable.

Comment le « bâtiment intelligent » s'imposera-t-il ?

Comme la valeur « verte » bénéficie aux constructions d'aujourd'hui, le bâtiment intelligent, au sens où il est connecté et communicant avec son environnement intérieur et extérieur, se valorisera demain. Cela se vérifiera aussi bien en tertiaire qu'en logement et en industrie. Mais pour y parvenir, il faut définir le modèle économique approprié et prendre en compte le fait que la révolution numérique, portée par les nouvelles générations, s'opère d'abord par les usages. Or, ceux-ci tendent vers des besoins exponentiels de services : les habitants ou les salariés sont soucieux de leur santé, de leur bien-être et de leur mobilité. Le bâtiment doit préparer cette révolution et, plus largement, son intégration dans les smart cities.

Pour cela, l'ensemble de nos 150 membres partagent une conviction : il nous faut converger vers des protocoles technologiques ouverts et partagés en matière de bâtiments intelligents et mutualiser les infrastructures informatiques. Avec le numérique, les usagers vont s'affranchir des silos et des systèmes propriétaires et verrouillés comme la gestion technique du bâtiment (GTB).

Vous préparez des référentiels pour accompagner cette évolution vers des bâtiments connectés. Quels sont-ils ?

Nos commissions travaillent sur deux principaux référentiels. Le premier, « Ready 2 Services » (R2S), servira de cadre technique de référence pour la maîtrise d'ouvrage, afin que le bâtiment puisse se connecter avec son environnement et devenir une plate-forme évolutive de services. « Ready 2 Grids » (R2G) se destine, quant à lui, aux promoteurs et aménageurs. Il envisage le bâtiment en réseau avec la smart city dans le domaine de la gestion et de l'optimisation de l'énergie. Il doit permettre, à terme, une labellisation formelle des bâtiments, qu'ils soient tertiaires, commerciaux ou résidentiels. Nous présenterons une première mouture du cadre de référence en fin d'année.

Vous aviez annoncé une labellisation de votre référentiel R2S pour cet automne. Le planning sera-t-il respecté ?

Oui. Pour la partie tertiaire, Certivéa devrait annoncer son label en automne et nous travaillons également avec Alliance HQE-GBC sur le sujet. Le lancement du label R2S pour le résidentiel devrait intervenir dans la foulée. Certains acteurs, comme Bouygues Immobilier ou Icade, ont déjà lancé leur offre de logements connectés en respectant les protocoles ouverts et interopérables promus par la SBA.

Sur quels autres sujets travaille aujourd'hui la SBA ?

Pour inciter les maîtres d'ouvrage et les usagers à aller vers le bâtiment connecté suivant le modèle économique vertueux que nous prônons, il reste quelques verrous à lever : il faut par exemple apporter une réponse claire et des garanties, sur le plan juridique, aux interrogations sur le traitement des données personnelles dans le cadre du bâtiment connecté. Nous travaillons également sur la cyber-sécurité, un sujet connexe, en nous intéressant entre autres à la block-chain , ce mécanisme informatique qui permet de sécuriser les transactions et les échanges. Certains tests le montrent déjà : grâce à cette techno logie, on pourra demain échanger entre usagers, entre immeubles, entre quartiers, l'énergie solaire produite ou encore la troquer contre un autre service. Enfin, l'intégration de nos référentiels comme « Ready 2 Services » à la démarche BIM fait aussi l'objet d'un travail de fond.

« Nous préparons un lot “smart building” que les maîtres d'ouvrage, publics et privés, pourront inclure dans leurs appels d'offres. »

Le bâtiment intelligent est un domaine complexe.

Comment l'aborder lorsque l'on est maître d'ouvrage ?

Effectivement, le sujet de la connectivité d'un bâtiment, par exemple, n'est pas facile à traiter. C'est pourquoi nous sommes en train de préparer un lot « smart » à inclure dans les appels d'offres. Il sera à disposition des maîtres d'ouvrage, publics comme privés. Ce lot comprendra à la fois le bâtiment et le territoire, en reprenant notre logique d'interopérabilité, de sécurité et d'évolutivité. Il posera notamment les conditions juridiques de la connectivité, en identifiant les responsabilités de chaque acteur sur la chaîne de valeur : qui gère les données, qui en est propriétaire… Un usager qui rencontre un problème de services doit savoir vers qui se tourner. Ensuite, le lot fixera le cadre sécuritaire. Il faut le répéter : à partir du moment où l'on embarque de l'intelligence dans le bâtiment et qu'on le digitalise, la question de la sécurité est fondamentale. Le travail commence en amont, chez l'industriel ou l'acteur qui conçoit la solution : il s'agit de choisir les bons composants. Ce point occupe une place essentielle dans ce futur lot « smart », qui va impacter toute la chaîne professionnelle.

Les maîtres d'ouvrage publics sont-ils organisés pour répondre aux défis de la ville connectée ?

Le numérique, par nature, s'affranchit des silos. Les collectivités doivent aujourd'hui repenser leur organisation pour aborder le sujet de manière transversale, puisque l'intelligence va se nicher partout et se caractérise par son évolution rapide. Aujourd'hui, dans la plupart des collectivités locales, les sujets sont abordés de manière très cloisonnée et manquent de prises de distance. C'est le cas de l'éclairage public. Il faut penser son évolutivité pour que, demain, il inclue d'autres fonctionnalités : le paiement du parking, la connexion Internet… Un responsable numérique doit participer à la rédaction du cahier des charges sur tous les sujets. A l'heure où les budgets sont amputés, la meilleure réponse est d'aller chercher de l'efficience et de mutualiser les investissements et les équipements. Le fait que le gouvernement souhaite accélérer le plan France Très Haut Débit et raccorder tous les territoires est un bon signal en ce sens.

PHOTO - 8671_549002_k2_k1_1335004.jpg
PHOTO - 8671_549002_k2_k1_1335004.jpg
Réfléchir à l'impact du numérique sur les bâtiments et les territoires

Les 37543151 et 31 août, la Smart Buildings Alliance organise comme l'an dernier ses universités d'été durant deux jours à Ecully (Rhône), en partenariat avec l'Alliance EnOcean (protocole de communication domotique sans fil), la Fédération française de domotique (FFD) et l'EM Business School de Lyon. Cette quatrième édition devrait accueillir un millier de professionnels concernés par l'émergence de la ville intelligente : aménageurs, promoteurs, architectes, bureaux d'études, énergéticiens, prestataires de services… Outre les conférences plénières, un parcours thématique sera proposé aux bailleurs sociaux.

Commentaires

« Le bâtiment doit préparer la révolution numérique »

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX