En direct

Le B 612 frôle l'univers du génie civil

Julie Guérineau |  le 13/10/2017  |  ArchitectureRéalisationsTechniqueBâtimentTravaux sans tranchée

Tertiaire -

Le mastodonte toulousain regroupe laboratoires et bureaux. La complexité de sa réalisation flirte avec celle de chantiers TP.

Le B 612, dont la stature s'élève en bordure du périphérique toulousain, est l'un des plus gros chantiers de bâtiment en cours en Occitanie. « C'est un bijou de technologie dont la construction a demandé beaucoup de précision », souligne David Habrias, président de Kardham Cardete Huet Architecture, maître d'œuvre du projet. Ainsi baptisé en hommage à l'astéroïde du « Petit Prince », le B 612 doit devenir le bâtiment totem de la ZAC Toulouse Aerospace. Il accueillera dès janvier, sur 24 500 m2, l'Institut de recherche technologique (IRT) Saint-Exupéry, spécialisé dans les matériaux innovants ; un pôle de compétitivité ; des bureaux ; un incubateur et un parking. Le tout construit en vingt-deux mois, dont onze pour les fondations et le gros œuvre. La réalisation des laboratoires de l'IRT en rez-de-chaussée, au sein d'un volume cathé drale de 10 m de haut, a représenté l'un des défis techniques du chantier. Les laboratoires ont nécessité une isolation parfaite aux vibrations pour garantir l'exactitude des mesures des chercheurs, ainsi que la création de dalles supportant des charges allant jusqu'à 5 t/m2 et d'importantes charges roulantes. Au-dessus, des locaux plus classiques occupent le R + 2.

Résistance à la compression. En dehors de l'IRT, la structure même du bâtiment, qui épouse les limites exactes de la parcelle de 126 x 66 m, est une prouesse en termes de descentes de charges. Du R + 3 au R + 6, quatre étages de bureaux sont en effet posés sur les locaux de l'IRT et le parking.

Les voiles les plus sollicités du volume cathédrale dépassent les 1 000 t et présentent une résistance à la compression de 40 à 45 MPa. La plupart ont été coulés en place dans un béton très fluide de type S4. Un autre, autoplaçant, a été utilisé pour les voiles les plus denses en ferraillages. Ces derniers, d'une densité de 80 kg/m3, avaient été tracés et fabriqués au sol sous chaque grue, puis levés en un bloc.

Pour respecter les délais serrés, les voiles de façade des étages de bureaux ont été réalisés en panneaux préfabriqués. Un choix adapté à la répétitivité de la trame tertiaire. Une méthode payante puisque, malgré sa complexité, le bâtiment sera livré dans les délais.

Maîtrise d'ouvrage : Oppidea (SEM d'aménagement de Toulouse Métropole). Maîtrise d'œuvre : Kardham Cardete Huet Architecture (mandataire) ; Ingérop ; Cap Ingelec ; Inddigo ; Woodstock Paysage ; Gamba Acoustique ; Socotec (bureau de contrôle) ; SCO (OPC) ; BTP Consultants (SPS). Entreprises : Gros œuvre et charpente métallique : Socotrap, Eiffage Construction, Giesper. Façades et menuiseries extérieures : Garrigues, Soprema. Surface : 24 500 m2 SP.

Coût des travaux : 45 millions d'euros HT. Livraison : janvier 2018.

PHOTO - 9418_593474_k2_k1_1437798.jpg
PHOTO - 9418_593474_k2_k1_1437798.jpg
PHOTO - 9418_593474_k3_k1_1437801.jpg
PHOTO - 9418_593474_k3_k1_1437801.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur