En direct

Le 52 Champs-Elysées retrouve sa virginité
PHOTO - 13882_843372_k2_k1_1982910.jpg - © JEAN-PHILIPPE MESGUEN

Le 52 Champs-Elysées retrouve sa virginité

Christine Hoarau-Beauval |  le 06/07/2018  |  ArchitectureParisTravailERPCentre commercial

Bâtiment tertiaire -

La rénovation de l'ancien magasin Virgin est totale, de sa structure jusqu'à ses façades.

Pour les Parisiens, l'immeuble du 52 avenue des Champs-Elysées, c'était « Le Virgin des Champs » jusqu'à sa fermeture en 2013. Livré en 1932 pour la National City Bank of New York, ce bâtiment Art déco ne répondait plus aux normes actuelles de sécurité. Une restructuration lourde s'imposait donc pour cet îlot de 25 000 m² en R + 6, implanté à l'intersection des Champs-Elysées et de la rue La Boétie. L'objectif de l'architecte Philippe Chiambaretta, fondateur de l'agence PCA-Stream, était de mettre en cohérence les trois usages du nouvel ensemble : commerce, bureaux et divertissement.

Le chantier commence en 2017 avec le désamiantage de quelques zones bien spécifiques telles que les ragréages de sol au R + 1 et les planchers du dernier niveau de sous-sol sur 200 m². « Cela a influencé les délais de montage de la grue ; il fallait enlever l'amiante avant d'installer l'engin », explique Philippe Molina, ingénieur chez Artelia.

Charpente métallique sablée et déplombée. Côté structure, l'impressionnante charpente métallique d'origine a été mise à nu, sablée, déplombée, et chacun des poteaux métalliques a été masqué dans un habillage en plaques de plâtre.

Une fois la trame révélée, les flux ont été simplifiés tout en gagnant de la surface. L'entresol du R + 1, par exemple, a été supprimé en totalité pour gagner de la hauteur sous plafond. De nouveaux planchers ont été construits en R + 2, les cours intérieures ont été dégagées des édicules techniques. Des terrasses végétalisées s'inscrivent désormais dans cette parcelle entièrement construite et une nouvelle toiture- terrasse accueillera un jardin ainsi qu'un restaurant.

Côté façade, les travaux sont de deux ordres : les 24 châssis en double hauteur ont été remplacés par des éléments en mur-rideau, ce qui renforce l'identité d'origine du bâtiment. Pour les pierres, Batipose, entreprise spécialisée dans ce matériau, a accompagné le diagnostic afin de déterminer celles à restaurer ou à remplacer. « Il s'agit d'une façade classique : pierre tendre en haut et dure en bas », souligne l'architecte Françoise Boudet, de l'agence PCA-Stream. La pierre de Comblanchien a donc été poncée, réalignée, dépouillée de ses ferrailles et des autres accroches superflues. Tous les joints ont été ouverts et refaits.

Restauration d'un puzzle. A l'intérieur, une voûte en pavés de verre, pièce maîtresse de l'ancien hall d'accueil de la banque, masquée depuis les années 1980 sous une couche de plâtre, a été redécouverte. Son originalité tient à la forme trapézoïdale des pavés de verre : associés par trois, ils forment des triangles équilatéraux et, par 18, des hexagones. La restauration de ce puzzle de 110 m² a demandé beaucoup de méticulosité. Après diagnostic des 5 000 pavés, 300 ont été identifiés comme détériorés. Un duo de pièces a été prélevé pour réaliser un moulage identique à la modénature d'origine. Mais retrouver la teinte exacte du verre de 1930 était impossible car la composition du matériau a évolué et n'est plus reproductible. Pour uniformiser le tout, Bouygues Bâtiment Rénovation Privée a appliqué une teinte légère sur les pavés restaurés, après la pose des joints.

25 000 m² : surface totale de l'îlot à rénover et à reconfigurer.

110 m² : dimension de la voûte monumentale en pavés de verre.

5 000 : nombre de pavés de verre composant la verrière.

Maîtrise d'ouvrage : Harrods Estates Paris. Maîtrise d'ouvrage déléguée : Altarea Cogedim. Maîtrise d'œuvre : PCA-Stream (architecte). Maîtrise d'œuvre d'exécution : Artelia. BET : Alto Ingénierie, Apex incendie, Artelia (curage-désamiantage-déplombage), CTH, Impedance (acoustique), Setec (structure), SF2i, Socotec (CSPS), Veritas (contrôle technique), VS-A (façade).

Entreprise : Bouygues Bâtiment Rénovation Privée. Coût : 53 M€ HT.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur