En direct

Laurent Reynès, professeur à l'Ecole d'architecture de Strasbourg

Laurent miguet |  le 03/01/2003  |  SantéArchitectureRéglementationTechniqueEnvironnement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Santé
Architecture
Réglementation
Technique
Environnement
Bas-Rhin
Hérault
Professionnels
Développement durable
Valider

Père de l'Escargot planétaire

Le baptême polaire de la Construction voyageuse, de Laurent Reynès, aura lieu au printemps 2003, après douze ans de gestation. Sculptées dans la glace, symboles d'une architecture éphémère et nomade, les deux colonnes reliées par un linteau dériveront sur la banquise pour une destination et une durée inconnues...

Professeur à l'école d'architecture de Strasbourg depuis 1994, Laurent Reynès, 41 ans, a lancé la première Construction voyageuse dès les années 1980, comme un cri de protestation : dans le grandiose paysage du cirque de Navacelles, le conseil général de l'Hérault prévoyait d'implanter un gigantesque équipement touristique. « J'ai voulu montrer qu'on peut avoir envie de construire dans un endroit magnifique, mais pas n'importe quoi. »

Depuis lors, tel un escargot portant sa maison à travers le village planétaire, Laurent Reynès décline son manifeste monumental et minimaliste dans les lieux les plus inattendus : du forum romain au massif du Mont-Blanc, des pyramides d'Egypte à un îlot perdu au milieu de l'océan indien, le poète constructif déclame ses odes à la paille, à la brique, au béton, au bois et à la glace, sans jamais en demander l'autorisation à quiconque. Dans l'exégèse de son oeuvre qu'il livrera l'an prochain sous la forme d'une thèse de troisième cycle intitulée « Voyager, construire », l'architecte DPLG n'hésitera pas à se référer à la mythologie grecque, suggérée par la forme de sa sculpture : Atlas portant le monde, Sisyphe en rébellion contre Zeus, l'errance d'Ulysse à travers la Méditerranée...

Rebelle sans ostentation, capable d'exprimer le merveilleux comme une évidence, Laurent Reynès excelle dans l'art de révéler leur part de poésie aux personnalités les plus inattendues.

Architecte, sculpteur et nomade

1986 : diplôme de l'école d'architecture de Montpellier, sur le thème « Architecture sculptée ».

1987 : architecte à l'agence Jaulmes et Deshon (Montpellier), Laurent Reynès signe ses maisons comme « architecte sculpteur », et refuse de s'inscrire à l'ordre.

1988 : pose de la première Construction voyageuse sur le cirque de Navacelles (Hérault).

Depuis 1994 : professeur à l'école d'architecture de Strasbourg et à l'Ecole nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg, il enseigne les arts plastiques, le paysage et l'architecture nomade.

1997 : Alors qu'il sculpte sa Construction voyageuse devant une pyramide d'Egypte, Laurent Reynès rencontre le navigateur Titouan Lamazou, qui le met en contact avec Bernard Buigues, premier extracteur de mammouth sans rupture de la chaîne du froid. Il deviendra le principal sponsor de son expédition polaire du printemps 2003.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur