En direct

LANGUEDOC-ROUSSILLON Un an après la catastrophe de Montpellier la Cram veut améliorer la stabilité des grues

JEAN LELONG |  le 23/11/2001  |  France HéraultMatériel de chantierChantiersProtection sociale

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Hérault
Matériel de chantier
Chantiers
Protection sociale
Pyrénées-Orientales
Technique
Valider

Le 19 septembre 2000, une tornade traverse les quartiers est de Montpellier et couche trois grues dont l'une écrase une cabane de chantier. L'accident fait trois morts. Cette catastrophe, survenue après les tempêtes de décembre 1999, a conduit le service prévention de la caisse régionale d'assurance maladie (Cram) du Languedoc-Roussillon à engager une réflexion sur la stabilité des grues à tour.

Alors que des travaux ont été engagés au niveau national pour améliorer la résistance des machines, la Cram s'est penchée, quant à elle, sur les pratiques d'utilisation des grues, en particulier dans les zones fortement urbanisées. « Nous avons consulté tous les acteurs concernés et cherché à identifier les actions qui permettraient de diminuer les risques de renversement par vent extrême », explique Patrice Velut, ingénieur-conseil. La réflexion a débouché sur une liste de six propositions dont certaines pourraient être rapidement mises en oeuvre au niveau local. « Ces idées nous semblent partageables par nos partenaires car elles sont pratiques et réalistes », estime Yves Gary, ingénieur-conseil régional.

Six propositions pour limiter les risques

Réduire les délais de réaction en cas d'alerte météorologique. Compte tenu de la faible efficacité du dispositif actuel, la Cram préconise une formule d'abonnement qui permettrait de contacter directement des chefs de chantier sur téléphone portable.

Améliorer l'état des machines anciennes. « Nous devons profiter de l'obligation de mise en conformité des appareils avant décembre 2002 pour convaincre certaines entreprises de renouveler les machines les plus anciennes », souligne Patrice Velut, ingénieur-conseil.

Rajeunir le parc. Un contrôle préalable au sol pour les grues de plus de dix ans pourrait être institué par les municipalités les plus importantes, estime la Cram. La ville de Perpignan s'oriente dans cette voie.

Améliorer la concertation entre maîtres d'ouvrage. L'établissement d'un plan d'implantation des grues dans les zones partagées entre plusieurs opérateurs permettrait de réduire la hauteur des machines et d'éviter les concentrations excessives.

Proscrire la suspension de matériels divers au crochet des grues hors service. Cette pratique impose aux machines une fatigue excessive.

Améliorer l'information des responsables de chantiers. La Cram préconise la rédaction d'un aide mémoire synthétique.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil