En direct

LANGUEDOC-ROUSSILLON Pénurie de terrains constructibles

le 26/03/1999  |  ImmobilierLogementCollectivités localesGardHérault

La région manque de terrains à bâtir. Cette pénurie, particulièrement sensible autour des grandes agglomérations, inquiète les promoteurs privés. Elle pèse aussi sur l'activité du logement social. En 1998, les organismes HLM n'ont pas pu lancer suffisamment d'opérations pour consommer les crédits alloués à la région. Enfin, le manque de grands terrains immédiatement disponibles constitue un obstacle à l'implantation d'entreprises dans la région montpelliéraine.

Le problème est d'autant plus aigu que le Languedoc-Roussillon connaît une forte croissance démographique. Selon l'Insee, la région pourrait accueillir 600 000 habitants supplémentaires dans les vingt prochaines années.

La solution, estime Jean-Pierre Fourlon, directeur régional de l'équipement, passe par une relance des interventions foncières des collectivités locales (lire ci-dessous).

ENTRETIEN Jean-Pierre Fourlon : « Un mitage de l'espace aurait des conséquences dramatiques »

Comment expliquez-vous les tensions foncières constatées dans cette région qui ne manque pas d'espace ?

« On constate depuis plusieurs années une diminution des interventions foncières publiques. Il y a dix ans, beaucoup de collectivités locales prenaient l'initiative de mobiliser du foncier pour réaliser des lotissements communaux, des ZAC ou des zones d'activités. Mais deux phénomènes ont concouru à une réduction de ces interventions.

D'abord les politiques de désendettement engagées par de nombreuses collectivités. Ensuite, la volonté manifestée par certaines communes de rompre avec un rythme de croissance jugé trop rapide. Résultat : on a réduit de façon drastique l'offre de terrains mobilisés par la puissance publique. Alors que la demande, elle, n'a pas décru.»

Dans ce contexte, quelles peuvent être les conséquences en matière foncière d'une poursuite de la croissance démographique ?

« Si la région exerce une forte attractivité, c'est en grande partie par la qualité de son cadre de vie et de ses paysages. Il serait extrêmement dangereux que cette image disparaisse. Cela casserait le moteur de l'expansion locale. Or la croissance que nous connaissons peut conduire très rapidement à des formes d'urbanisation diluées. On pourrait ainsi miter des surfaces considérables entre Montpellier et Nîmes pour recevoir une population dont l'importance quantitative ne justifie pas un tel mitage. Il faut donc se préparer à recevoir ces nouvelles populations dans des zones aménagées, ayant un caractère urbain, avec des densités suffisantes. Seules des initiatives publiques le permettront. Si le taux d'intervention publique est trop faible, on risque de donner un poids important à une intervention individuelle très diffuse. Dans certaines zones d'habitat récentes, la consommation d'espace dépasse 2 000 m2 par logement. Avec de telles densités, il devient difficile pour les collectivités locales d'organiser l'assainissement, la collecte des ordures ménagères ou la protection du milieu. Cela peut entraîner des conséquences dramatiques en termes d'environnement et d'attractivité. »

Que peut faire l'Etat pour prévenir ce risque ?

« Inciter à un renouveau des politiques foncières et des interventions publiques, aider à la mise en place d'intervenants fonciers ou de structures d'études d'urbanisme. Le problème est d'arriver à mettre en place, sur certains secteurs géographiques à enjeu, le minimum de coopération indispensable entre les collectivités locales pour qu'un projet puisse surgir. Mais face à une situation qui met en danger la production de logements sociaux, l'accueil d'activités importantes ou la protection des milieux écologiques, il est normal que l'Etat attire l'attention de ses partenaires, et cherche à mettre en place, sur la période du prochain contrat de Plan, des moyens qui permettent de compenser ces difficultés. Il suffirait en définitive que l'on retrouve le niveau d'intervention publique d'il y a dix ans. L'objectif n'est pas inaccessible. Mais si l'on poursuit sur la lancée actuelle, on risque d'arriver à des catastrophes. »

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Commentaires

LANGUEDOC-ROUSSILLON Pénurie de terrains constructibles

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX