En direct

LANGUEDOC-ROUSSILLON La région signe son contrat de Plan

JEAN LELONG |  le 04/08/2000  |  France AménagementTransportsHéraultLozère

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Aménagement
Transports
Hérault
Lozère
Pyrénées-Orientales
Aude
Architecture
Valider

10 milliards sur sept ans

A quelques jours près, le Languedoc-Roussillon n'est pas la dernière région à boucler son contrat de Plan. Le préfet, Daniel Constantin, et le président du conseil régional, Jacques Blanc, ont apposé, mardi 25 juillet, leur signature sur un document dont la finalisation a nécessité de longs mois de négociation.

L'enveloppe globale atteint 9,5 milliards de francs, auxquels s'ajoute 1 milliard de francs en provenance des départements et des villes. La part de la région, qui était de 38 % dans le contrat précédent, passe à 46 % (4,4 milliards). C'est davantage que ne le prévoyaient initialement ses responsables. La région, qui plaidait pour un maintien de la clé de financement en vigueur dans le contrat précédent, a finalement accepté de tendre vers la parité demandée par l'Etat. Avec 3,7 milliards de francs inscrits, ce chapitre représente à lui seul plus du tiers de l'enveloppe du contrat de Plan.

Il comporte quatre opérations lourdes : la poursuite de la mise à deux fois deux voies de la RN106 (Alès-Nîmes), avec l'aménagement de la section Boucoiran-La Calmette (500 millions de francs) ; l'achèvement de l'A750, l'autoroute qui reliera Montpellier à Lodève et à l'A75 (524 millions) ; le raccordement de la RN88 à l'autoroute A75 en Lozère (282 millions) ; l'aménagement de la RN116 dans les Pyrénées-Orientales entre Ill-sur-Têt et Mont-Louis (326 millions).

Figure aussi au chapitre routier la construction de plusieurs rocades urbaines : Carcassonne (96 millions), Narbonne (33 millions), Perpignan (280 millions), Béziers (110 millions), Montpellier (150 millions). Les deux autres chapitres importants sont l'agriculture (1,7 milliard) et l'enseignement supérieur et la recherche (1,55 milliard).

Le document comporte plusieurs orientations nouvelles : le renforcement de la politique de la ville (375 millions), la mise en place des pays et des agglomérations (230 millions), la lutte contre les inondations (280 millions).

Les deux partenaires mettent aussi l'accent sur la relance de l'investissement sur le littoral. « Une nécessité », selon Daniel Constantin. Le contrat comporte une enveloppe de 400 millions de francs orientée à la fois vers la requalification des stations, la préservation et la gestion du milieu, le développement de la conchyliculture et l'amélioration de la compétitivité des ports de commerce.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil