En direct

Landes Eco-construction en pin maritime

Jean-François Moulian |  le 30/08/2007  |  SantéImmobilierRéglementation

Maisons en bois en kit, usine de contreplaqué en résineux, lotissements en pin des Landes : plusieurs projets en cours s’appuient sur la valorisation du pin maritime dans l’éco-construction.

Des résidences, des HLM, des bâtiments publics intégralement en pin des Landes : l’idée fait son chemin dans le massif forestier des Landes de Gascogne (un million d’hectares de pins maritimes). Alors que le pôle de compétitivité « Industrie et pin maritime du futur » se met en place, plusieurs projets visent à valoriser les parties les plus nobles de l’arbre, au-delà du sciage classique.

Usine de résineux. Le projet le plus avancé est celui du groupe Thébault (une usine dans les Deux-Sèvres, tournée vers le pin maritime, l’autre au Gabon, pour le bois exotique). Classé parmi les leaders nationaux du contreplaqué, il vient d’investir 18 millions d’euros à Solférino (Landes) dans une usine de 16 000 m2. Il doit recruter localement une soixantaine de personnes. P-DG de cette nouvelle société, Thébault Ply-Land SAS, Henri-Jean Thébault explique ce choix par le dynamisme du marché européen du contreplaqué en bois de résineux ( 3 % par an) destiné à la construction et par l’essor des panneaux en « bois de pays ». L’unité, qui s’est dotée d’une machine ultramoderne à dérouler le bois et d’une batterie de fours de séchage, devrait utiliser 90 000 tonnes de pins par an. L’activité sera lancée dès ce mois de novembre.

Constructions en kit. Des bâtiments d’habitation entièrement en bois, du sol à la toiture, à construire en kit, un peu comme un Lego géant. C’est le projet d’Alain Audebert, qui vient d’acquérir le site Hazera à Pissos (panneaux à base de bois). Il est déjà à la tête de deux usines de panneaux Isorel, à Labrugière (Tarn) et à Saint-Usage (Côte-d’Or). L’usine landaise (Hazera Sippa) utilisera des panneaux de contreplaqué et des panneaux dits PMC (pin maritime contrecollé) qui, assemblés sous forme de caissons standardisés, seront les éléments constitutifs des constructions.

Alain Audebert est persuadé que de telles constructions intégralement en bois ont un réel avenir en raison de leur haute qualité environnementale, des évolutions réglementaires attendues pour 2010 (relatives au bilan énergétique) et du gain sur la durée des chantiers (cinq jours suffiraient pour assurer le clos et le couvert). La capacité de production annoncée est de 1 000 constructions de 100 m2 par an avec, entre autres, en perspective un chantier de 228 logements HLM à Mont-de-Marsan.

Lotissements en pin des Landes.

La Cité du bois (conception, cabinet Mader), un centre de découverte du pin maritime, est en projet sur 20 ha au cœur de la forêt à Mimizan Plage (5,5 millions d’euros HT). Dans le prolongement est prévu un lotissement de 70 villas, intégralement en bois.

Autre lotissement partiellement en bois à Mimizan : 13 lots en accession à la propriété, 20 lots sociaux (cabinet Girault, Bayonne) et 67 lots « libres » mais assortis d’une réglementation précise, visant la haute qualité environnementale (HQE). Un groupe technique a été constitué en ce sens autour du cabinet Girault et du bureau d’études environnementales Nobatek.

DESSIN - SO CITE DU BOIS 14.eps
DESSIN - SO CITE DU BOIS 14.eps
PHOTO - SO Henri-Jean Theìbault 14.eps
PHOTO - SO Henri-Jean Theìbault 14.eps

Commentaires

Landes Eco-construction en pin maritime

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur