En direct

Landau, phare urbain des paysagistes rhénans
Landau. - © © Landesgartenschau Landau

Landau, phare urbain des paysagistes rhénans

Laurent Miguet |  le 13/10/2014  |  EtatCultureBas-RhinProfessionArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Aménagement
Etat
Culture
Bas-Rhin
Profession
Architecture
Valider

L'efferscence gagne les paysagistes rhénans, à moins d’un semestre du festival des jardins de Rhénanie-Palatinat (Landesgartenschau), programmé entre avril et octobre 2015 à Landau. Les 10 et 11 octobre, ils ont pris la mesure d’un concept sans équivalent en France : l’événement végétal éphémère servira de déclic urbain pérenne.

« Fabriquer la ville avec le paysage » : la conférence donnée par Henri Bava, le 10 octobre à Landau (Rhénanie-Palatinat), résume le message des paysagistes du Rhin supérieur, rassemblés en congrès pour la première fois, à l’initiative de l’association Alsace-Lorraine de la fédération française du paysage (FFP). « Sortons de nos discussions entre paysagistes : nous pouvons donner nous-mêmes des impulsions à la ville de demain, sans attendre que les urbanistes nous disent où ! », s’est exclamé le vice-président de la FFP, directeur du département Paysage de l’université d’architecture de Karlsruhe.

Invité des fédérations suisse, allemande et française, le fondateur de l’agence TER incarne une ambition : de Paris à Hanovre et de Karlsruhe à Barcelone, les œuvres de Henri Bava consacrent la place conquise par les paysagistes dans les grandes villes européennes. Ses confrères rhénans espèrent systématiser cette approche dans le tissu multipolaire de la métropole du Rhin supérieur non seulement à Bâle, Strasbourg ou Karlsruhe, mais aussi dans le réseau des villes petites et moyennes qui ponctuent la vallée européenne.

En face, l’herbe plus verte

Toile de fonds de leur première rencontre interrégionale qui s'est déroulée les 10 et 11 octobre entre Landau et sa jumelle alsacienne Haguenau, le Landesgartenschau de Landau ouvre une perspective qui fait rêver les français : prenant l’exemple des floralies qui, après-guerre, ont donné le signal de la renaissance et du verdissement des grandes villes allemandes, plusieurs Länder, dont la Rhénanie-Palatinat, mettent périodiquement en compétition leurs villes, pour accueillir un festival des jardins.  Le lauréat bénéficie d’une manne qui finance des mutations urbaines majeures. Après Kaiserslautern en 2000, Trèves en 2004, Bingen en 2008 et Coblence en 2011, Landau décroche en 2015 la timbale du Land rhénan-palatin : 29 millions d’euros pour accélérer la reconversion urbaine d’une caserne construite au début du XXème siècle, et occupée par les Forces françaises en Allemagne entre 1945 et 1995. Cette somme couvre 80 % du budget du Landesgartenschau. Pour couvrir les 20 % restants exigés par l’événement lui-même, la société ad-hoc, filiale de la ville, compte principalement sur les 600 000 visiteurs qui acquitteront un droit d’entrée fixé à 15 euros, et accessoirement sur le sponsoring.

Un verrou urbain saute

Dans la perspective de l’événement, un verrou urbain a déjà commencé à sauter : à la frontière de la ville de 50 000 habitants, une percée en voie d’achèvement, dans la barre Est Ouest tracée par la caserne, débouche sur une place publique qui donne aux quartiers sud le pôle de centralité qui leur manquait. A partir de cette place, l’axe nord-sud se prolonge par un jardin d’eau au-delà duquel s’ouvre le site de l’événement paysager, conçu par la jeune agence berlinoise A24 à partir du programme élaboré par le Land. Sur un total de 45 hectares, l’exposition horticole en occupera 24, et se prolongera, au-delà d’une voie ferrée, par une zone de loisirs pérenne, qui servira d’interface entre la ville et la nature. La voie nord sud aménagée pour le festival subsistera à ce dernier, et structurera le quartier d’habitations destiné à accueillir 1500 à 2000 habitants : « Il s’agit de développer un centre-ville intense, entouré de paysages protégés, dans une des rares villes de Rhénanie-Palatinat encore en phase d’expansion démographique », résume Roland Schneider, directeur de l’urbanisme de Landau.

« Cette capacité d’investir pour le long terme en s’appuyant sur un événement paysager nous manque et devrait nous servir d’exemple », nous confiait Catherine Muller, présidente de l’Union nationale des entreprises du paysage (Unep), le 11 octobre au cours de la visite guidée du site qui a accompagné la rencontre transfrontalière. Lors de la table ronde trinationale précédant la conférence d’Henri Bava, la directrice générale de l’entreprise alsacienne Thierry Muller Espaces verts avait relevé un détail typique de la différence entre les deux pays séparés par le Rhin : « Les enfants de Strasbourg s’amusent mieux dans les aires de jeu de Kehl que dans celles de Strasbourg. Vous avez de la chance. En France, tout le monde a peur ! ».

Rendez-vous avec l’histoire

A Spire, la visite guidée du nouveau jardin de l’hôpital des diaconesses a démontré d’autres différences franco-allemandes : la rémunération des concepteurs (agence Hofmann-Roettgen), contractualisée à un niveau compris entre 13 et 16 % du coût des travaux en fonction d’un indice de complexité, avoisine le double des honoraires français. Pour autant, les comparaisons n’ont pas systématiquement tourné au désavantage de la France : « Les pierres naturelles mises en œuvre dans la zone de rencontre de Haguenau démontrent un souci de qualité et de pérennité rarement observé dans les villes moyennes allemandes », observe Martin Hauck, président de la fédération des architectes paysagistes de Rhénanie-Palatinat.

Co-organisateur de la rencontre interrégionale aux côtés de son homologue Agnès Daval, présidente de l’association Alsace-Lorraine de la FFP, Martin Hauck situe cet événement dans son contexte historique : « Pendant 20 ans, la chute du mur a conduit mes confrères à concentrer leur attention vers l’Est. Aujourd’hui, les esprits sont mûrs pour que nous nous rassemblions, des deux côtés du Rhin, autour de nos paysages communs ». Le long de la Lauter qui trace la frontière franco-allemande au nord de l’Alsace, un projet de renaturation achevé fin 2013 a illustré cette approche intégrée : sous maîtrise d’ouvrage du conseil général du Bas-Rhin et du Landkreis (département) de Germersheim, les écologues et architectes des deux pays ont aménagé les biotopes humides compatibles avec la réintroduction de la tortue des marais, et construit les belvédères permettant au public de découvrir ces milieux fragiles et proches de quartiers d’habitation.

Envie d’Europe

Le contexte institutionnel devrait favoriser l’approfondissement de l’idée d’un laboratoire européen du paysage sur les rives du Rhin : au sud, le fleuve international structure les projets de la métropole bâloise à l’horizon 2020, dans le cadre de la démarche IBA-Basel 2020. Au nord, la Landesgartenschau de Landau s’achèvera, en octobre 2015, au moment où les Journées de l’architecture du Rhin supérieur battront leur plein, dans tout l’espace de la métropole rhénane. La géographie favorise le rayonnement transfrontalier du festival des jardins de Landau : la ville appartient à la fois à l’espace du Rhin supérieur et à celui de la Grande région, qui s’étend de la Rhénanie-Palatinat à la Wallonie en passant par la Lorraine, la Sarre et le Luxembourg. En ce sens, le Landesgartenschau de Rhénanie-Palatinat ouvre un chemin d’espoir : les anciennes frontières deviennent des espaces centraux dans lesquels les paysagistes peuvent contribuer à rétablir l’harmonie entre homme et nature, tout en ravivant l’envie d’Europe.

Commentaires

Landau, phare urbain des paysagistes rhénans

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Fabriquer la ville durable

Fabriquer la ville durable

Date de parution : 06/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur