En direct

Un concours international pour reconstruire la flèche de Notre-Dame: ce qu'en pensent les architectes
Lundi 15 avril 2019, vers 20 heures : la flèche de Notre-Dame, dévorée par l'incendie qui s'est déclaré 1 heure plus tôt, s'effondre. - © AFP

Un concours international pour reconstruire la flèche de Notre-Dame: ce qu'en pensent les architectes

JACQUES-FRANCK DEGIOANNI |  le 18/04/2019  |  Denis DessusNotre-DameJack LangDietmar FeichtingerIncendie Notre-Dame

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Denis Dessus
Notre-Dame
Jack Lang
Dietmar Feichtinger
Incendie Notre-Dame
Architecture
Profession
Vie du BTP
Monument historique
Valider

Une nouvelle flèche pour Notre-Dame? Et qui pour la (re)construire? Un concours d'architecture sera lancé, dont les modalités concrètes restent à préciser...

L'opération reconstruction de Notre-Dame est enclenchée. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce mercredi 17 avril 2019, le lancement d'un "concours international d'architecture" pour déterminer s'il faut reconstruire - et si oui, comment? - la flèche de Notre-Dame de Paris, détruite dans l'incendie qui a ravagé la cathédrale lundi soir.

Ce concours "permettra de trancher la question de savoir s'il faut reconstruire une flèche, s'il faut reconstruire la flèche qui avait été pensée et construite par Viollet-le-Duc à l'identique, ou s'il faut (doter) la cathédrale d'une nouvelle flèche adaptée aux techniques et aux enjeux de notre époque", a-t-il ajouté. Une annonce qui a déjà fait réagir de nombreux architectes.

"Soyons audacieux"

►Pour Denis Dessus, président du Conseil national de l'ordre des architectes, interrogé par Le Moniteur : « Il faut tout faire pour bien reconstruire la cathédrale. Nous relevons avec plaisir l’intérêt du gouvernement pour le concours d'architecture, même si la maîtrise d’œuvre de l’opération est, en l’espèce, du ressort de l’architecte en chef des Monuments historiques (ACMH). Le CNOA propose de faire de cette reconstruction un chantier national de retentissement international. Il faut s'en servir comme d'un support pédagogique pour enseigner l’histoire de notre société, l’histoire de l’architecture, l’histoire des arts et techniques constitutifs d’une civilisation. L’architecture est un merveilleux support d’enseignement fondamental, des mathématiques, de l’histoire, de l'économie, etc. Il faut donner à voir et à comprendre ce qu’est un chantier, le travail de tous les métiers, architectes, ingénieurs, sculpteurs, vitraillistes, artisans, entreprises qui vont intervenir sur cette opération exceptionnelle, et valoriser le dur labeur de milliers d’ouvriers qui, pendant des décennies, ont construit la cathédrale au XIIe siècle et de ceux qui la feront revivre au XXIe ».

Sur le même sujet Reconstruire Notre-Dame en cinq ans, est-ce vraiment possible?

►L'architecte Jacques Ferrier plaide, quant à lui, en faveur de l'audace... : "Quelle idée convenue que ce concours! Il serait temps de résister aux injonctions obsolètes de ‘l’iconisme’ et du ‘spectaculairement correct’. Soyons audacieux : osons reconstruire à l’identique."

Laure Saunier, architecte, réagit de son côté : « On ne connaît pas aujourd’hui la forme dudit concours (restreint, ouvert, etc.) Sur Twitter, les réactions des Français montrent le souhait de voir l’œuvre de Viollet-le-Duc reconstruite à l’identique. Peut-être est-ce le moment d’organiser un referendum sur la question? La France est un pays de conservateurs et en lisant les tweets on en conclut qu’elle n’a toujours pas envie d’interventions architecturales contemporaines au cœur du centre historique de la capitale. Pourtant, les grands projets parisiens se sont construits à travers de nombreuses polémiques : Pyramide du Louvre, Centre Georges-Pompidou, Colonnes de Buren, etc. »

►L'architecte Dietmar Feichtinger estime qu'il faut « donner du temps au temps ». Il explique : « Prenons du recul. Regardons l’état du patient. Il est gravement atteint. Il a besoin des premiers soins d’urgence, de stabiliser sa santé. Avant de vouloir le rétablir en vitesse – "cela doit être possible en trois ans", selon Jack Lang, qui ne connaît pas l’état exact du patient et qui n'est pas médecin, ou d’envisager son avenir meilleur déjà. Un concours d'architecture pour la toiture, pour la flèche ? Peut-être, mais ce n'est pas la préoccupation du moment. Donnons du temps au temps, sans précipitation. La cathédrale a mis 200 ans pour se faire construire, on peut se contenter d'un temps pour la préparer pour les prochain 850 ans à venir. »

Commentaires

Un concours international pour reconstruire la flèche de Notre-Dame: ce qu'en pensent les architectes

Votre e-mail ne sera pas publié

Isaduvelo

18/04/2019 14h:46

Je ne sais pas s’il faut reconstruire à l’identique ou plutôt en le prolongeant. Je suis sûre en revanche qu’il ne faut pas se précipiter.

Votre e-mail ne sera pas publié

LDB1601

18/04/2019 15h:33

Il faut reconstruire à l'identique, je ne suis pas du tout pour l'audace d'un design moderne sur cette oeuvre historique cela la dénaturerait complètement et ce n'est vraiment pas ce que souhaitent les français, ils veulent qu'elle soit restaurée comme à l'origine.... C'est ce que je souhaite aussi.

Votre e-mail ne sera pas publié

Chavignier

18/04/2019 15h:59

Il faut oser dans la charpente, sur la flèche encore plus. La charpente aura besoin d'allègement pour le poids que des murs qui ont souffert auront à supporter. Il ne faut pas avoir peur des matériaux modernes voire ultras modernes qui seuls pourraient beaucoup réduire ce poids. Pour la flèche aussi et encore plus, le 21 ème siècle doit apporter ses performances nos meilleurs architectes une fois de plus feront la preuve de leur génie créatif. IL FAUT OSER LE PRÉSENT LES COMPAGNONS DES SIÈCLES PASSÉS EUX L'ONT FAIT ET LEUR CRÉATION EST ENCORE LÀ APRÈS 8 SIÈCLES !

Votre e-mail ne sera pas publié

Janodou

18/04/2019 17h:17

On voit que tout est possible et que le choix de la reconstruction à l'identique n'est pas fermé. Faisons un vrai débat démocratique et tranchons ! Manière d'impliquer les gens dans les choix d'architecture jusqu'à présent souvent réservés aux architectes et quelques happy few

Votre e-mail ne sera pas publié

JMB

18/04/2019 17h:19

Entre les vautours et les incompétents on assiste à un grand n'importe quoi depuis quelques jours, à commencer au sommet de l’État !Le milliard d'euros de dons fait tourner les machines à calculer les honoraires de nos "grands" architectes courtisans qui voient déjà les dizaines voire la centaine de millions d'euros entrer dans leurs escarcelles ! Messieurs les "professionnels" un peu de retenue s'il vous plaît, laissez les vrais, et modestes, professionnels du patrimoine s'occuper de cette affaireCela vaut aussi pour l'organisation de la maîtrise d'ouvrage, Messieurs les dirigeants, si vous cherchez des retraités, pas la peine d'aller chercher un quart(eron) de général qui n'y connait rien (mis à part distribuer des micro-ondes aux jeunes filles de la Légion d'Honneur qui se marient avec des Saint-Cyriens ...si si c'est vrai !) et allez chercher parmi les anciens grands hauts fonctionnaires du ministère de la culture, notamment du patrimoine, pour s'en occuper : il y en a de très très compétents, mais qui ne fréquentent pas les salons où il faut être vusFaire ces travaux en 5 ans est une impossibilité (j'ai failli écrire imbécilité) : dans un chantier de cette importance et compte tenu des très nombreuses inconnues sur l'état de la structure et les possibilités d'approvisionnement, sans parler des choix de restauration, la sagesse sera de donner du temps eu temps : il faudra bien quatre à cinq ans d'études pour pouvoir, après conduire un chantier rapide, désolé de la rappeler, il ne faut pas confondre vitesse et précipitationEnfin, les entreprises monuments historiques ont un avantage certain : elles sont locales, à taille humaine et forment des jeunes à des métiers passionnants et d'un très haut niveau de spécialisation, elles payent leurs impôts en France : un chantier de cette importance ne se fera pas au détriment des autres chantiers du patrimoine (souvenez vous du chantier des façades du Louvre qui devaient faire stopper les autres chantiers ... il n'en a rien été) et permettra, au contraire la formation de nombreux jeunes Le choix de la restauration plutôt que de l'invention (qui attirera les gros groupes internationaux au détriment de Nos entreprises) doit s'imposer ici avec sagesseVoilà quelques remarques d'un architecte, maître d'ouvrage, et qui connaît bien, très bien, ce secteur professionnel

Votre e-mail ne sera pas publié

pgpole

18/04/2019 18h:31

N’oublez pas la statue de MACRON , car il a déjà tout maîtrisé , les délais etc..

Votre e-mail ne sera pas publié

ARBRE

18/04/2019 18h:37

Avant la flèche de VIOLET LE DUC il y a eu la flèche détruite par les révolutionnaires. Laquelle choisir ? Et puis la flèche de VIOLET LE DUC a bien brûlé, n'y a t il pas aujourd'hui des techniques permettant de réduire le risque d'incendie?. Oui , donnons-nous le temps de réfléchir, et d'inventorier nos options. Pour repartir sur le "plus durable possible". L'éternité quant à elle est à Dieu!

Votre e-mail ne sera pas publié

Gilles

19/04/2019 08h:12

Avec une architecture et des matériaux du 21eme siècle et une vision moderne de ce symbole national.

Votre e-mail ne sera pas publié

Dahanarchi

19/04/2019 10h:02

En attendant ,je suggère un emballage par CHRISTO associé à un montage photo de JR.

Votre e-mail ne sera pas publié

Tewfik Guerroudj, architecte urbaniste

19/04/2019 15h:18

Il faut effectivement donner du temps au temps, mais pas plus que nécessaire. La vie est remplie d’imprévus et il faut profiter de la ferveur actuelle pour lancer la réflexion et les travaux avec détermination et transparence. Les nombreux donateurs ne doivent pas être déçus en ayant l’impression d’un démarrage trop lent. La construction de la Cathédrale n’était pas complétement terminée que des modifications y étaient déjà apportées pour profiter des nouvelles potentialités techniques. Le plateau liturgique a été réaménagé à plusieurs reprises pour être adapté aux évolutions de la liturgie. Chaque maitre d’œuvre a utilisé les nouvelles possibilités techniques de son époque pour valoriser au mieux la Cathédrale, soit en continuant la construction, soit en la réaménageant ou en la restaurant. Viollet-Le-Duc avait pour conception de « rétablir [le monument] dans un aspect complet qui pouvait n’avoir jamais existé à un moment donné ». Une conception différente fait qu’à Carcassonne certains de ses travaux sont démantelés. La fidélité aux anciens maitres d’œuvre impose (sauf cas particuliers tels qu’éventuellement la charpente) d’utiliser le génie et les possibilités techniques de notre époque pour valoriser au mieux la Cathédrale. Quel sens cela aurait-il de refaire à l’identique la flèche conçue par Viollet-Le-Duc ? Les travaux dans l’esprit et avec les techniques de son époque sont ceux qui ont le mieux réussi à Paris : Cathédrale Notre Dame, Tour Eiffel, Pyramide du Louvre, pour n’en citer que quelques-uns. La question n’est pas de préserver tout le patrimoine, ce qui est impossible face à l’érosion du temps et à l’évolution des usages ; mais de léguer aux générations futures un patrimoine plus important que celui dont nous avons hérité. C’est pourquoi un concours d’architecture ou une conception participative selon des formes à mettre au point, et en plusieurs étapes, me semble une bonne formule pour explorer les possibilités et faire des choix.

Votre e-mail ne sera pas publié

RSH

19/04/2019 19h:43

Ce monument est historique mais avant tout un lieu de culte chrétien . Alors que l'on associe les locataires et occupants de quartier pour les projets urbanistiques, les chrétiens de France ont un avis juste essentiel à apporter .En principe on rénove une œuvre d'art à l'identique pour respecter ses créateurs . Les matériaux de l'époque sont tous plus écologiques les uns que les autres, ne serait-ce que par leur durabilité .Réunissons les compagnons, formons des sculpteurs , travaillons sous la protection des architectes du patrimoine, avec les chimistes et physiciens de la pierre, pour montrer au monde combien en France , nous ne produisons pas dans une frénésie stupide et consumériste, avec des caprices d'enfants, mais combien nous sommes capables d'investir pour le long terme. Bref cultivons et élevons nous au dessus de la frénésie comme nul part ailleurs ! Notre Dame sera grandit par une démarche vertueuse et respectueuse, pas par les groupes financiers , qui devront montrer à cette occasion, qu'ils jouent pleinement leur rôle de financeur mais pas d'acteurs >, car ce n'est aps leur rôle . Mettons enfin nos actes en harmonie avec les discours. Nous sommes en capacité de RESPECTER et donc restaurer l’architecture des créateurs et fondateurs, qui ont réalisé cette œuvre tournée vers le ciel expression essentielle de la pensée chrétienne, qui respecte le passé pour se tourner vers l'avenir. Le temps est le meilleur facteur de réussite, une fois ce chef d’œuvre protégé des intempéries. Pour préserver soyons réactifs , mais pour reconstruire, vivons la création et la construction comme un chemin de vie et pas seulement comme un objectif et encore moins un délai aussi stupide que 5 ans !Que notre Dame ne soit pas un instrument politique et économique, mais reste une aventure humaine, il y a de nombreux autres projets pour exprimer sa créativité . Ne jetons pas Notre dame en pâture à ceux qui ont besoin de cultiver leur eggo mais plutôt à ceux qui veulent agir avec humilité, merci !

Votre e-mail ne sera pas publié

Sandra Planchez

23/04/2019 10h:18

Bonjour, Je suis architecte et très sensible à la manière dont on choisira de reconstruire notre Dame . Voila ce que j ai écris ce week end, avant même de vous lire:A l'heure ou l'on nous demande d'innover à travers l'urbain et l'architecture pour favoriser l'économie des ressources et le vivre ensemble, quoi de plus beau, durable et humaniste que de se dire que l innovation sera pour Notre Dame dans le Hommes et les Femmes qui la reconstruiront grâce à un artisanat si riche en France et en Europe, ouvrant la voie à des générations entières de jeunes qui veulent retrouver le goût du faire et du bien faire ? Pourquoi Notre Dame ne serait elle pas un chantier ouvert au public au risque de faire naître des vocations durables ? Pourquoi ne pas lui laisser le temps de se reconstruire et de choisir "Notre Dame plutôt que notre drame" ? celui du trop vite et trop bâclé, ce que l'on vit hélas, tous les jours dans notre métier? ? Dommage de passer à côté de l' innovation qui se niche aujourd hui certainement bien plus dans un état d'esprit que dans une industrie, ... .

1 réponse

clo

02/05/2019 20h:34

Je crois avec force qu'il faut prêter l'oreille à tous ces gens qui vivent pour l'Architecture, qui oeuvrent dans ce milieu depuis des années, ils pointent du doigt les décisions qui pourraient être prises à la hâte et deviendraient irréversibles pour ce chef d'oeuvre qu'est NOTRE DAME. C'est un monument qui a été construit par des générations d' hommes de foi. Monument construit à la gloire de Dieu et de la vierge Marie. Il mérite le respect. Des hommes ont donné leur vie pour que ce joyau de l'Architecture nous parvienne. S'il vous plaît, écoutez les voix des Sages et les Architectes en Chef des Monuments Historiques!!! Prenez le temps de réfléchir avant d'agir.

Votre e-mail ne sera pas publié

YAKO

30/04/2019 19h:57

R E N A I S S A N C E : Dans l'histoire de l'humanité rien de grand n'a été refait à l'identique, nos ancêtres gothiques auraient reconstruits une abbatiale romane de façon flamboyante soyons traditionnels et allons de l'avant comme avant cessons d'être momifié dans notre passé je suis architecte et je vais concourir en mobilisant des concepts philosophique et des processus technologiques de notre temps voir futuristes ! du passé faisons ... notre futur.

Votre e-mail ne sera pas publié

CMF

26/05/2019 13h:37

MONSIEUR LE PREMIER MINISTREEn tant qu' Ancien élève des beaux Arts section architecture et bien entendu passionné et amoureux de ce monument devenu un Symbole mondial, voici ma pensée :"RECONTRUIRE A L'IDENTIQUE EN CE QUI CONCERNE L'ASPECT EXTERIEUR ME SEMBLE ETRE LA SOLUTION LA PLUS SAGE... (Personne ne pourra s'en plaindre comme à la suite de la pyramide du Louvre par exemple... ou autres colonnes bicolores tronquées...)CEPENDANT, ET AFIN D'EVITER TOUS RISQUES DE NOUVELLE CATASTROPHE, LA CHARPENTE POURRAIT ËTRE METALLIQUE PUISQUE ELLE SERAIT INVISIBLE DE L'EXTERIEUR (ET PAR LA MËME SERVIR DE MAINTIEN POUR LA VERTICALITE DES PAROIS EXTERIEURES DE PIERRE...)QUANT A LA FLECHE ELLE POURRAIT TOUT EN AYANT LE MEME ASPECT ETRE EGALEMENT METALLIQUE (Moulage alliage bronze)QUI PLUS EST CETTE SOLUTION, tout en satisfaisant à mon avis la majorité des amoureux de Notre Dame, SERAIT CERTAINEMENT LA PLUS RAPIDE ET LA MOINS HONEREUSE...Veuillez agréer, Monsieur le premier ministre, l'expression de mes salutations distinguées...CMF

Votre e-mail ne sera pas publié

Pat01

17/07/2019 21h:16

Ce chef d'oeuvre appartient aux français, à mon humble avis, une consultation populaire serait la bienvenue concernant la question: - Reconstitution au plus près de l'origine ou délire d'archi en recherche de gloire ? Je sais, je ne suis pas objectif ! Mais la question vaut d'être posée à tous le français !Notre passé est notre richesse

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur