En direct

Lambesc et Bonpas Des tunnels qui traversent des marnes et des argiles

GUILLAUME DELACROIX |  le 05/09/1997  |  TransportsBétonTravailAménagementVaucluse

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Béton
Travail
Aménagement
Vaucluse
Bouches-du-Rhône
Rhône
Drôme
Architecture
Produits et matériels
Transports mécaniques
Valider

LE CHANTIER Le TGV Méditerranée (ligne nouvelle no 5), entre Valence et Marseille. LE PROGRAMME Cinq cents ouvrages d'art sur 295 km, parmi lesquels les viaducs du canal de Donzère, de Mornas-Mondragon, d'Avignon, de Vernègues, de Ventabren et de l'Arc, pour franchir le Rhône, la Drôme, la Durance, et les autoroutes A7 et A8 ; quatre tunnels dont un de 2 340 m et un de 7 834 m. LES SOLUTIONS Trois ponts en béton dont le tablier est poussé Construction des travées importantes par encorbellement Pivotement de deux fléaux au-dessus de l'autoroute Des tunnels excavés par des machines à attaque ponctuelle et à l'explosif .

Les tunnels de Tartaiguille et de Marseille ont déjà fait parler d'eux, le premier parce que des convergences de terrain d'une trentaine de centimètres ont conduit à modifier les méthodes, le second parce qu'un record de pompage de béton a été battu (2 200 m) (« Le Moniteur » du 4 juillet 1997, p. 57, et du 11 juillet 1997, p. 49). Pour le TGV Méditerranée, il est des ouvrages souterrains de taille plus modeste qui requièrent eux aussi des prouesses techniques. Comme l'a rappelé Gilles Cartier, directeur SNCF du TGV Méditerranée, lors de la percée du tunnel de Lambesc le 9 juillet, « ces chantiers représentent une course contre la montre, car la nature ayant horreur du vide, les travaux doivent s'enchaîner très rapidement pour soutenir les excavations. »

La difficulté du tunnel de Lambesc (440 m) est due à la présence d'eau dans des terrains instables composés de marnes et d'argiles. Il a été excavé à 50 % à l'explosif, et à 50 % au brise-roche. La section nominale de 165 m2 est consolidée par une contre-voûte qui s'oppose aux poussées des argiles gonflantes. « Le soutènement courant est assuré par 20 cm de béton fibré (4 000 m3 au total), projeté sur des cintres lourds et des cintres articulés, explique Bernard Gyssels, chef de la division territoriale SNCF des Bouches-du-Rhône. Les cintres représentent 200 t de métal, et sont reliés horizontalement par des barres d'enfilage (80 t) ; le terrain est conforté par 55 t de boulons d'ancrage. Enfin, le radier en béton armé a une épaisseur de 2,10 m ! »

En phase finale, la paroi moulée, exécutée autour de la tête sud, a été prédécoupée à la scie diamantée pour éviter des détériorations inhérentes aux vibrations, au moment du percement.

Sous la Chartreuse

En comparaison, le tunnel de Bonpas, au sud d'Avignon, est moins « difficile ». Ses 330 m ne traversent que des marnes grises, creusées par attaque ponctuelle - une fraise pour le réglage, un brise-roche hydraulique pour l'abattage - sur des passes de 1,75 m en demi-section supérieure (85 m2) et de 4,50 m en demi-section inférieure (55 m2). La voûte est rigidifiée par des cintres réticulés recouverts de béton projeté fibré sur 25 cm d'épaisseur. « Ici, il n'y a aucun boulonnage, et le radier ne mesure "que" 80 cm d'épaisseur en milieu de section, précise Olivier Betoux, directeur du chantier. La difficulté tient plutôt à la compacité des marnes. »

Autre caractéristique : l'aménagement paysager de la tête nord du tunnel, pour ménager la Chartreuse déjà coincée entre la RD973, la Durance, une ligne haute tension et... un aérodrome ! Des murs-écrans sont érigés sur 21 m de haut, en béton coloré « ocre », afin de reproduire la teinte du décor naturel. Le profil de la montagne sera par la suite reconstitué aux abords de l'ouvrage.

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : SNCF, direction ligne nouvelle no 5.

Maître d'oeuvre : SNCF, divisions territoriales.

Entreprises : Bec et Perforex (Lambesc) ; GTM Construction et Fougerolle-Ballot (Bonpas).

PHOTO : Le tunnel de Lambesc

Le tunnel de Lambesc s'inscrit dans le prolongement du viaduc de Vernègues. Long de 440 m, il a été excavé à l'explosif et au BRH, et consolidé pour retenir les argiles gonflantes avec des contre-voûtes, des cintres et un boulonnage dense.

Coût : 106 millions de francs.

PHOTO : Le tunnel de Bonpas

Sous la Chartreuse du XIIe siècle, un ouvrage de 303 m établit la liaison entre Avignon et Cavaillon. L'excavation par abattage ponctuel s'opère alors que la tête du tunnel recrée les remparts avec des murs antibruit. (Paysagiste : atelier Linski-Moreau.)

Coût : 43 millions de francs.

Reconstituer les lignes d'horizon

« Le TGV est un immense domaine d'innovation (...), afin de réussir l'insertion de la ligne dans un environnement exceptionnel, » résume Gilles Cartier, directeur SNCF de la ligne nouvelle. Le tracé devrait à terme se fondre dans les paysages. Les « blessures » infligées au relief devraient disparaître, car les lignes d'horizon seront recréées, avec des passages en tranchée couverte au sommet des collines. La végétation reprendra ses droits naturellement, sur les conseils des paysagistes qui évaluent à trois ou quatre ans le retour de la garrigue à son aspect originel.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire en pisé

Construire en pisé

Date de parution : 10/2020

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2020

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2020

Date de parution : 10/2020

Voir

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 10/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur