En direct

LafargeHolcim et l’Ademe font tourner l'économie circulaire en Occitanie
Un investissement de 7,5 M€, réalisé avec le soutien de l’Ademe, permet à la cimenterie de viser un taux de substitution des énergies fossiles de plus de 90%. - © LafargeHolcim

LafargeHolcim et l’Ademe font tourner l'économie circulaire en Occitanie

le 10/10/2019  |  Lafarge HolcimCimentEconomie circulaireAude

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Lafarge Holcim
Ciment
Economie circulaire
Aude
Industrie
Valider

Le cimentier et l'Agence pour la maîtrise de l'énergie inaugurent une nouvelle ligne de valorisation de Déchets Solides Broyés (DSB) à la cimenterie de Port-la-Nouvelle (Aude).

Au cœur de sa stratégie de réduction de ses émissions de carbone, LafargeHolcim a placé le "coprocessing" qui consiste à utiliser des combustibles alternatifs pour ses cimenteries, les CSR (combustibles solides de récupération) et à valoriser en matière et en énergie des déchets dans ses fours. Un process qui apporte également une solution locale aux entreprises de la région pour la valorisation des déchets non recyclables.

Outil majeur de cette stratégie en Occitanie, l'usine du groupe à Port-la-Nouvelle (Aude) vient de se voir équipée d'une nouvelle ligne de valorisation de déchets solides broyés (DSB). 

Cet investissement de 7,5 M€, réalisé avec le soutien de l’Ademe, s’inscrit dans la démarche Lafarge 360 pour réduire les émissions de carbone de l’entreprise et économiser des ressources naturelles.

Un taux de substitution de 90%

Depuis 1988, l'usine de Port-la-Nouvelle utilise comme combustibles alternatifs des déchets industriels tels que des pneus usagés, des farines animales ou encore du bois industriel pour alimenter son four chauffé par une flamme à 2 000°C.

Cet engagement en faveur de l’environnement s’est traduit par l’installation d’un premier atelier de valorisation des DSB inauguré en mai 2011, qui a permis à la cimenterie de porter son taux de substitution aux combustibles fossiles à plus de 60% en 2018.

Avec sa nouvelle ligne de valorisation de DSB, l’usine de Port-la-Nouvelle vise désormais, à l’horizon 2022, un taux de substitution supérieur à 90 %, "inégalé en France", promet LafargeHolcim.

A plus long terme, elle ambitionne de devenir la première cimenterie à fonctionner sans combustible fossile. Enfin, la nouvelle ligne favorise la compétitivité de l’usine, notamment grâce une réduction de sa facture énergétique.

Enfin, la valorisation de déchets solides broyés à l’usine de Port-la-Nouvelle "contribuera au développement de la filière régionale de CSR", promet LafargeHolcim. Ce projet devrait à terme permettre la valorisation de plus de 35 000 tonnes de déchets et offrir un exutoire local aux entreprises du territoire qui souhaitent valoriser leurs déchets.



Commentaires

LafargeHolcim et l’Ademe font tourner l'économie circulaire en Occitanie

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur