Lafarge pourrait vendre son activité toiture

Defawe Philippe |  le 01/06/2006  |  France IndustrieGros œuvreParisInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
France
Industrie
Gros œuvre
Paris
International
Valider

Le directeur général du groupe de matériaux de construction Lafarge, Bruno Lafont, a rappelé mercredi dernier devant ses actionnaires à Paris qu'il n'excluait pas à terme une cession de l'activité toiture en difficulté.
"On doit couvrir le coût du capital d'ici 2008, si nous n'y arrivons pas il faudra faire autre chose, il n'y a pas d'actif qui doive rester dans le groupe s'il ne crée pas de valeur" a-t-il déclaré, répétant ce qu'il avait dit en février en présentant son plan de croissance du groupe, avec pour objectif un redressement de l'activité toiture d'ici 2008.
L'activité toiture, dont le bénéfice d'exploitation accuse un recul de 34% en 2005 en raison des difficultés du marché allemand, "est toujours dans le groupe", avait déclaré M. Lafont en février.
"Cette activité, qui a beaucoup souffert de l'exposition au marché allemand mérite mieux que les résultats que vous voyez", a-t-il dit mercredi aux actionnaires.
"Nous nous sommes donnés un objectif et une date. Vous allez rentrer dans vos fonds avec cette toiture", a-t-il lancé à ses actionnaires à qui le groupe va verser au titre de 2005 un dividende en liquide de 2,55 euros par action. Le versement de ce dividende interviendra le 8 juin soit un mois plus tôt que les années précédentes, selon un communiqué du groupe.

Les milliers d'actionnaires de Lafarge réunis mercredi ont également interrogé leurs dirigeants sur des rumeurs de presse la semaine dernière autour d'un rapprochement avec Saint-Gobain qui avaient fait grimper les actions des deux groupes.
Saint-Gobain avait affirmé le 17 mai qu'il "n'était engagé dans aucune discussion ni aucune activité ayant pour but un rapprochement quel qu'il soit avec Lafarge".
"Nous avons pour habitude de ne pas commenter les rumeurs. Il se trouve que Saint-Gobain l'a fait sous la forme d'un démenti. Il n'y a rien de plus à dire", a déclaré Bertrand Collomb, le président de Lafarge.
M. Collomb n'a pas non plus commenté le franchissement de seuil le 22 mai par la holding d'Albert Frère des 10% du capital de son groupe.
M. Lafont a également réaffirmé sa volonté de réaliser "des acquisitions" ou "des augmentations de capacités" en Inde, un marché "avec un fort potentiel de croissance".
M. Lafont, directeur général de Lafarge depuis le 1er janvier a rappelé mercredi devant ses actionnaires tous les objectifs financiers qu'il s'est fixés d'ici 2008, en présentant le 23 février son "plan stratégique" de croissance.
Ce programme doit aboutir à compter de 2006 à une hausse de bénéfice net par action de 8% par an, à une croissance organique du chiffre d'affaires de 5% par an et à la progression de la marge opérationnelle de 1 point d'ici 2008.
Comme il l'avait anticipé, le groupe n'est pas parvenu à réaliser son objectif de croissance du bénéfice d'exploitation en 2005 même s'il a finalement réalisé un deuxième semestre meilleur que prévu.
Lafarge a surtout pâti en 2005 de l'augmentation des coûts de l'énergie: sa facture énergétique a grimpé de 14%.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur