Lafarge place l'urbanisation et l'innovation au coeur de sa stratégie
Une nouvelle signature pour Lafarge dans le cadre de son positionnement sur l'innovation et l'urbanisation. - © © DR

Lafarge place l'urbanisation et l'innovation au coeur de sa stratégie

le 11/04/2013  |  IndustrieInnovationInternationalFrance Isère

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Industrie
Innovation
International
France
Isère
Technique
Valider
Matériaux -

"Construire des villes meilleures" : c'est le nouveau positionnement stratégique du groupe de matériaux de construction. L'objectif est de générer plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires supplémentaire via l'innovation et la réponse aux enjeux de l'urbanisation.

L'urbanisation comme levier de croissance : Bruno Lafont, PDG de Lafarge, a présenté ce 11 avril le nouveau positionnement stratégique de son groupe. L'objectif est de profiter des opportunités offertes par la hausse continue de la population urbaine (70% de la population mondiale en 2050) afin de développer le chiffre d'affaires et la rentabilité du groupe. Au centre de cette stratégie, Lafarge a placé la création de nouveaux produits et services : "L'innovation est au coeur de la demande de nos clients, que ce soit sur les marchés développés ou dans les pays émergents", souligne Bruno Lafont.

Devenir "fournisseur de solutions"

Réaffirmant l'objectif de "passer d'un statut de fabricant de matériaux à celui de fournisseur de solutions pour la construction", Lafarge a identifié cinq défis clés pour répondre aux enjeux de l'urbanisation : rendre les villes "plus accueillantes", "plus compactes", "plus durables", "plus belles" et "mieux connectées". Pour chacune de ses thématiques, le groupe dispose aujourd'hui de "portefeuilles de solutions" qui lui permettent d'être force de proposition, a souligné Bruno Lafont. La nouvelle signature du groupe résume ce nouveau positionnement : "Construire des villes meilleures". Elle sera traduite en 18 langues et accompagnera les supports institutionnels du groupe.

Développer les ventes de bétons spéciaux

Lafarge entend générer via cette politique d'innovation plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires supplémentaire, pour une croissance de l'Ebitda de 450 M€, concernant la seule période 2012-2015. Ces gains doivent se partager entre la création de nouveaux produits et solutions (30%), le développement des services (30%), l'impératif d'excellence commerciale (15%) et l'arrivée sur de nouveaux segments de marché (25%). Parmi les nouveaux produits, Bruno Lafont a annoncé la mise au point d'un béton dépolluant fonctionnant même sans lumière (voir focus) et un effort accru sur les bétons spéciaux. Ces derniers devraient représenter près de 45% des volumes livrés en 2015, contre un tiers aujourd'hui.

Une attention accrue sur les pays émergents

Un an après la réorganisation du groupe par pays, la direction de Lafarge a demandé à chaque entité nationale de définir ses actions pour développer l'innovation. "La répartition géographique des 450 M€ de gains espérés devrait refléter celle du chiffre d'affaires", a indiqué Bruno Lafont : les pays émergents représentent aujourd'hui 59% des ventes du groupe, contre seulement 32% encore en 2005. C'est sur ces marchés émergents que "les besoins sont les plus importants", a encore rappelé Bruno Lafont, avec notamment "une demande d'infrastructures à bas coût". Pour coller aux spécificités régionales des marchés, Lafarge a ouvert en 2012 trois centres de développement en France, en Chine et en Egypte. Deux autres suivront en 2013 au Brésil et en Algérie, et cinq de plus sont en projet d'ici 2015.

Une nouvelle signature pour Lafarge dans le cadre de son positionnement sur l'innovation et l'urbanisation.
Une nouvelle signature pour Lafarge dans le cadre de son positionnement sur l'innovation et l'urbanisation. - © © DR

Un béton dépolluant qui fonctionne sans lumière

Pour illustrer sa stratégie de développement axée sur l’innovation, Lafarge a présenté son dernier né dans la famille des bétons. Il s’agit d’un béton dépolluant. Sa particularité ? Il fonctionne même dans la pénombre. En effet, contrairement aux autres bétons dépolluants, il ne nécessite pas l’apport de rayons solaires (UV). « Le béton capte naturellement des molécules gazeuses de dioxyde d’azote, grâce à sa porosité et son milieu alcalin, indique un communiqué du groupe. Les chercheurs ont travaillé à amplifier cette propriété intrinsèque et à développer une nouvelle technologie capable de fonctionner partout, notamment dans les milieux urbains confinés. » L’équipe de R&D  du numéro un mondial du ciment a ainsi ajouté des « particules minérales micrométriques dépolluantes » à la formulation traditionnelle du béton. Conséquence : «ces particules vont permettre au béton d’opérer une catalyse et de transformer le dioxyde d’azote capté en molécules gazeuses non toxiques pour la santé ». Cette innovation a fait l’objet d’un brevet et un prototype est mis en place dans le centre de recherche de Lafarge de l’Isle d’Abeau (Isère). Un test grandeur nature serait prévu dans le tunnel de la Croix Rousse en collaboration avec le Grand Lyon.

Commentaires

Lafarge place l'urbanisation et l'innovation au coeur de sa stratégie

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur