Le moniteur
Lafarge dévoile son plan d’actions pour réduire son endettement
Bruno Lafont, p-dg. de Lafarge - © © Lafarge

Lafarge dévoile son plan d’actions pour réduire son endettement

Floriane Dumazert |  le 12/06/2012  |  Industrie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Industrie
Valider

En novembre 2011, Bruno Lafont, P-DG de Lafarge, annonçait une réorganisation du groupe qui devait permettre d’améliorer les résultats et de réduire les coûts. Ce 12 juin, il a présenté son plan d’actions 2012-2015.

Pour Lafarge, l’heure est –toujours- aux économies. Bruno Lafont, P-DG du groupe, a présenté le 12 juin son plan d’actions 2012-2015. Objectif : renforcer la structure financière du groupe. « Nous allons d’abord réduire nos coûts de 1,3 milliard d’euros d’ici à 2015, dont 400 millions en 2012 et 350 millions en 2013», indique Bruno Lafont. Le groupe industriel a déjà économisé 1,1 milliard d'euros depuis 2006 et  entend agir sur tous les leviers pour poursuivre cette démarche (matières premières, transports, énergies, coûts fixes, frais généraux …). Lafarge envisage aussi de modérer ses dépenses d’investissement.  « Aucune grosse acquisition n’est envisagée avant 2015 tandis que l’amélioration de la performance ou de la taille des usines sera toujours préférée à la construction d’une nouvelle », assure Bruno Lafont. Lafarge veut ainsi augmenter le taux d’utilisation des équipements existants et réduire les dépenses de maintenance. « A l’image de nos activités « plâtres » et « toitures » déjà cédées, nous allons poursuivre notre politique de «désinvestissement»  pour réduire l’endettement du groupe», explique le PDG. Un milliard d’euros de cession d’actifs est prévu pour 2012, sans plus de précision. L’objectif est de faire passer l’endettement net de l’entreprise sous la barre des 10 milliards d’euros « le plus tôt possible en 2013 ». En mars 2012, Lafarge faisait face à une dette de 12,4 milliards d’euros (CA 2011 : 15,3 milliards).

Se renforcer sur les marchés à forte croissance

Le plan d’actions doit aussi servir à soutenir la croissance du groupe. Comment ? En accentuant ses efforts dans les pays émergents. Entre 2005 et 2011, la part de chiffre d’affaires provenant des marchés émergents est ainsi passée de 32% à 57%. « Nous avons construit un portefeuille équilibré d’actifs de grande qualité, tournés vers les marchés à forte croissance, explique Bruno Lafont. Nous entendons renforcer notre présence sur ces marchés par l’introduction de produits innovants, de nouvelles solutions de construction et d’un niveau de services toujours accru. »

Malgré la priorité donnée aux économies, le groupe n’entend pas rogner sur les dépenses de R&D. « C’est notamment grâce à nos innovations que nous devrions générer 450 millions d’euros d’Ebitda supplémentaires à l’horizon 2015, estime le PDG de Lafarge. En y ajoutant les 1,3 milliard de réduction de coûts, nous parions sur un Ebitda de 1,75 milliard pour la période 2012-2015».

Commentaires

Lafarge dévoile son plan d’actions pour réduire son endettement

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur