Performance énergétique

Label E+C- : le SNBPE bétonne ses arguments

Dans le cadre de l’expérimentation du label, le Syndicat national du béton prêt à l’emploi accentue ses efforts de communication pour faire valoir les qualités techniques, économiques et environnementales de son matériau. Il veut démontrer que le poste énergie affiche un bilan carbone plus important que celui du gros œuvre.

Le béton a toute sa place dans la future réglementation environnementale E+ C- (bâtiment à énergie positive et réduction carbone). C’est le message clamé par le Syndicat national du béton prêt à l’emploi (SNBPE), qui présentait ce mercredi 14 mars les leviers et les outils mis en place par la profession pour atteindre les objectifs du label E+C- fixés par les pouvoirs publics.

Jean-Marc Golberg, le président du SNBPE et également directeur de la branche béton de LafargeHolcim France, a  d’abord rappelé que ce nouveau label, qui intervient après la RT2012, introduit un nouveau critère : le carbone. « Nous considérons que nous devons être acteur de l’expérimentation et pour cela nous avons le temps de nous y préparer ».

 

Seuils réalistes

 

L’organisation professionnelle qui pèse 80% de l’activité globale du secteur, souligne la nécessité d’inciter ses adhérents à alimenter les bases de données de l’observatoire. Piloté par l’Etat et le Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Energétique (CSCEE) l’observatoire a pour objectif de recenser les retours d’expérience et les bonnes pratiques, en vue de préparer la future réglementation environnementale.

« L’alimentation de la base de l’observatoire devra permettre de définir des seuils réalistes, reposant sur des données inattaquables et sur l’expérience des professionnels », précise Jean-Marc Golberg. Tout l’enjeu des promoteurs du label E+C- sera de constituer la base la plus représentative du marché de la construction (bâtiment, matériau, système constructif…). A ce jour, une centaine d’ouvrages seulement ont intégré l’observatoire.

 

Conception optimisée

 

Dans une brochure parfaitement documentée par des exemples de réalisations exemplaires, des graphiques et des témoignages d’architectes convaincus, le SNBPE liste les principaux avantages technico-économiques du béton. Une conception optimisée de la structure, valorisant l’inertie thermique du béton, permet de réduire significativement le recours aux équipements de climatisation, assure le syndicat. L’absence de « clim’ » diminuerait de 30% les émissions de CO2 en phase d’exploitation, ajoute-t-il, citant une étude sur la qualité environnementale des bureaux.

« De manière globale, le choix de l’équipement énergie va être déterminant sur le bilan CO2 », note Jean-Marc Golberg. Le gros-œuvre représenterait 20 à 30% du bilan carbone d’un bâtiment contre 30 à 60% pour l’énergie, assurent les experts du SNBPE.

 

Durée de vie

 

La durabilité du béton réduirait fortement l’empreinte carbone d’un bâtiment, c’est l’autre argument brandi par les promoteurs du BPE. Un bâtiment pensé pour une durée de vie de plus de 50 ans, tant au niveau structurel qu’au niveau de sa maintenance et de son confort d’utilisation, générerait des gains environnementaux de l’ordre de 30%.

Lors de la phase de conception, le SNBPE a identifié trois leviers à prendre en compte pour optimiser l’empreinte carbone : le choix des classes d’exposition appropriées, le choix des structures optimisées et le choix du type de béton. « Pour un bâtiment donné, le choix des classes d’exposition appropriées et l’optimisation structurelle en phase de conception représentent, à eux seuls, un gain de près de 10% de l’empreinte carbone du béton », affirment les professionnels du BPE.

 

Focus

Des formations du SNBPE pour sensibiliser au label E+C-

En 2O18 et 2O19, le SNBPE va proposer à ses adhérents de former leurs prescripteurs afin qu’ils maîtrisent les leviers permettant d’atteindre les objectifs de réduction de l’empreinte carbone. Le contenu retenu prendra en compte les premiers enseignements de l’expérimentation E+C-.

Le programme mettra en avant les enjeux stratégiques, pour la profession, de la démarche E+C-, la présentation d’un tronc commun à la filière, la déclinaison pratique de la prescription pour le béton prêt à l’emploi, un rappel des analyses du cycle de vie et des FDES proposées par BETie. Cet outil est un configuration mis à la disposition des adhérents et des prescripteurs du SNBPE afin qu’ils puissent établir des fiches de déclaration environnementales et sanitaires (FDES).

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Les articles les plus lus
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X