Economie

La visite d’Emmanuel Macron en Inde laisse présager de nombreux chantiers

Mots clés : Gouvernement

Venu inaugurer avec le premier ministre indien, Narendra Modi, le siège de la nouvelle Alliance solaire internationale, le président français en a profité pour signer une vingtaine de contrats, dont plusieurs dans le ferroviaire, l’aéroportuaire et les villes intelligentes.

Vingt ans après le lancement de leur partenariat stratégique, la France et l’Inde multiplient les embrassades. Emmanuel Macron, qui a effectué une visite d’Etat dans le sous-continent, du 9 au 12 mars, n’a pas boudé l’accueil très chaleureux de son hôte, Narendra Modi, tandis que la presse locale qualifiait le visiteur de « nouvelle rock star des relations internationales ».

Il faut dire que le chef de l’Etat a annoncé vouloir faire de l’Inde « le premier partenaire stratégique » de la France en Asie du Sud, tout en faisant de la France « la porte d’entrée de l’Inde en Europe et plus largement en Occident », à la place du Royaume-Uni.

Durant ces quatre jours, une vingtaine de contrats ont été signés pour une enveloppe globale de 13 milliards d’euros, « avec 50% de part française ». Cependant, ce montant est constitué pour 10 milliards d’euros par le marché signé par Safran pour fournir des moteurs d’avion à la compagnie aérienne SpiceJet.

Pour le reste, une quantité de petits contrats ont été...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X