En direct

La visibilité des conducteurs d’engins de terrassement

Richard Cleveland, président de la commission UNM 450 « Engins de terrassement » du Cisma |  le 07/06/2013  |  Réglementation techniqueFormation BTPNormesTerrassementFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réglementation technique
Formation BTP
Normes
Terrassement
France entière
Immobilier
Réglementation
Technique
Gros œuvre
Valider

L’actuelle norme définissant le protocole expérimental pour mesurer la visibilité depuis le poste de conduite d’un engin est remise en cause. Son durcissement est probable.

L’actuelle norme en vigueur ISO 5006 : 2006/Cor 1 : 2008 « Engins de terrassement - Visibilité du conducteur - Méthode d’essai et critères de performance » spécifie une méthode d’essai statique pour déterminer et évaluer la visibilité du conducteur, en mesurant les ombres portées par les éléments de structure de l’engin lorsqu’ils sont illuminés par des lampes placées à l’emplacement des yeux du conducteur. Ces ombres sont mesurées sur un rectangle placé à 1 m de l’engin, à une hauteur de 1,50 m du sol et sur un cercle de 12 m de rayon, au niveau du sol.

Comment est mesurée la visibilité ?

La visibilité est évaluée par type d’engin, mais aussi par classe de poids et pour chaque secteur de visibilité (voir schéma). Un nombre et des largeurs de masquages sont tolérés, avec, à chaque fois, un écartement des lampes tenant compte des possibilités de mouvement du conducteur. Ces masquages peuvent être dus aux structures de la cabine, aux encadrements des vitres et de la portière, au capot, aux équipements ou accessoires tels que godet et flèche, mais aussi aux tuyaux d’échappement qui, dans certains cas (avec l’arrivée des nouvelles motorisations), obstruent de manière significative le champ visuel vers l’arrière.
Enfin, si la visibilité directe n’est pas conforme aux critères de performance définis, il faut envisager de l’améliorer au moyen de dispositifs supplémentaires (miroirs et/ou aides visuelles de type caméras-écrans) qui doivent alors respecter la norme ISO 16001 : 2008 « Engins de terrassement - Dispositifs de détection des risques et d’aide visuelle - Exigences de performances et essais ».

Un sujet brûlant

La norme ISO 5006 était entrée en révision depuis plus d’un an, mais récemment, une pétition a été transmise au Parlement européen par un particulier allemand. Ce texte a électrisé les instances européennes qui se sont emparées du sujet. La dernière réunion internationale qui s’est tenue en France fin avril 2013 a été l’occasion de rappeler les enjeux autour de ce sujet brûlant. Des critères pourraient se durcir pour certaines machines, comme le nombre et la largeur des masquages autorisés dans certains secteurs de visibilité - les secteurs F ou C (voir schéma), par exemple , ou encore la diminution de la hauteur par rapport au sol du placement du rectangle de mesure. Des discussions ont commencé, il va falloir agir vite.

PHOTO - 727378.BR.jpg
PHOTO - 727378.BR.jpg - ©
« Étudier le cadre plus vaste des collisions »

« L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) s’intéresse depuis plus de dix ans au sujet de la visibilité, que nous replaçons dans un cadre plus vaste, celui de la problématique des collisions entre engins et piétons. En 2008 nous avons lancé un projet baptisé Precep (Prévention des collisions engins-piétons) où nous avons passé en revue tous les dispositifs d’avertissement existant. Nous avons travaillé avec les fournisseurs et avons fait des essais sur le terrain. Nous nous sommes rendu compte que les dispositifs de détection de personnes avaient tous des limitations d’usage et ne pouvaient répondre totalement en toutes circonstances et que la visibilité directe, essentiellement déterminée lors de la conception de l’engin, doit dans tous les cas être privilégiée. Nous allons rendre compte de ces travaux cette année, mais déjà plusieurs conclusions ont été publiées comme la note documentaire ND 2345 « Visibilité et prévention des collisions engins-piétons - Analyse bibliographique », disponible en consultation sur notre site Internet.»

La réglementation vous l’impose ; la normalisation vous aide à l’appliquer en décrivant les exigences pour les machines. Les normes sont rédigées par les divers acteurs : constructeurs, utilisateurs, préventeurs, autorités publiques. Elles sont revues périodiquement pour suivre l’évolution des techniques et des besoins du marché.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur