En direct

La Ville urbanise ses friches

le 26/01/2018  |  Collectivités localesSeine-et-Marne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Seine-et-Marne
Valider
Saint-Fargeau-Ponthierry -

Jérôme Guyard, maire (LR) de Saint-Fargeau-Ponthierry (Seine-et-Marne), vient de signer un protocole d'accord avec Immobilière 3F, sa filiale La Résidence urbaine de France (RUF) et l'établissement public foncier d'Ile-de-France (Epfif) en vue de réaliser, à échéance de l'été 2018, une étude pré- opérationnelle portant sur le renouvellement urbain d'une friche industrielle composée des sites Henkel et Leroy, située en bord de Seine et à proximité de la gare (RER D) de la ville.

« Ce sont 4,5 hectares unifiés, dont l'Epfif est propriétaire. Quelque 60 % vont aux terrains Henkel (lessives et détergents). La parcelle est démolie et la dépollution effectuée. Le site Leroy (papiers peints), qui représente 40 % de l'emprise, est encore construit, actuellement occupé à titre précaire par les services techniques de la ville », explique Eloïse Cardon, chef de projets fonciers à l'Epfif. La centrale électrique, inscrite aux monuments historiques en 2006, a été aménagée en 2011 en centre culturel (Les 26 couleurs). Ces bâtiments (1913), conçus par Paul Friesé, spécialiste des constructions industrielles, présentent un vif intérêt patrimonial. « Leroy a fait l'histoire de Ponthierry avec des maisons ouvrières, des maisons de cadres et un ancien dispensaire devenu centre municipal de santé », observe Benoît Moncada, directeur de cabinet du maire.

Redynamiser le centre-ville. « Il s'agit de construire un vrai quartier, l'objectif étant de réaménager complètement l'existant en définissant un projet global pour redynamiser le centre-ville », indique de son côté Sandrine Espiau, directrice générale de La RUF, pilote de l'étude pré- opérationnelle. Cette dernière vise à bien définir le programme, élaborer un calendrier, concevoir le phasage des cessions foncières, préciser le montage et établir le bilan financier.

Dans ses grandes lignes, la programmation porte sur 46 000 à 49 000 m² SP avec des logements (locatif social 25 %, accession sociale 5 %, privé 70 %), des commerces adossés au centre culturel, une école, des espaces verts, l'élargissement du passage existant sous les voies ferrées, de nouvelles voiries. Les travaux pourraient débuter en 2019-2020.

PHOTO - 11041_688135_k2_k1_1647026.jpg
PHOTO - 11041_688135_k2_k1_1647026.jpg - © EPFIF

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur