En direct

La ville a conquis son belvédère

Yaël Haddad |  le 17/11/2017  |  ArchitectureAménagementFinistère

BREST (Finistère) -

Le contexte pédoclimatique a guidé l'agence Péna Paysages dans la conception des aménagements des espaces publics de l'écoquartier du plateau des Capucins à Brest : un site en promontoire sur la ville, interdit au public jusqu'en 2012.

L'essentiel des opérations de végétalisation du plateau des Capucins de Brest a pris place, cette année, en même temps que l'arrivée des premiers L habitants. Le plan-guide des aménagements de cet écoquartier a été confié il y a plus de dix ans à l'équipe de Bruno Fortier, en collaboration avec le cabinet brestois d'architecture l'Atelier de l'île et l'agence Péna Paysages. Sa phase 2, entre 2017 et 2019, permettra la finalisation des espaces publics et l'aménagement de deux nouveaux îlots comportant logements et équipements publics.

Le caractère singulier de ce site tient à sa situation géographique et à sa valeur symbolique dans la mémoire collective des Brestois. Dans la prolongation de l'hypercentre, le plateau des Capucins constitue un promontoire en belvédère sur la rive droite de la Penfeld, le fleuve brestois très encaissé dans ce secteur. Ce plateau offre un cadre exceptionnel, resté longtemps inaccessible : il domine la ville, la rivière, le pont de Recouvrance, le château et, plus largement, la rade de Brest. Mais la marine nationale, propriétaire jusqu'en 2012, en avait fermé l'accès au public. Elle y avait installé ses ateliers : un ensemble de bâtiments industriels monumentaux, en activité entre le milieu du XIXe et les années 1960. Parce qu'ils constituent un élément fort du patrimoine urbain brestois, les concepteurs du projet d'aménagement du plateau les ont conservés, tout en s'inscrivant dans le grand projet urbain rive droite, en articulation avec la requalification urbaine du quartier limitrophe de Recouvrance.

Longtemps inaccessible, le plateau des Capucins domine la ville, la rivière, le château et la rade de Brest

Le traitement paysager de chacun des secteurs du quartier s'est appuyé sur une analyse fine des conditions pédoclimatiques, avec en particulier la prise en compte de facteurs prégnants sur la végétation, la présence du vent et la proximité de la mer. Alors qu'ils apportent chaleur et humidité lorsqu'ils viennent du sud-ouest, les vents du nord-est refroidissent et assèchent l'atmosphère. Autre spécificité des lieux, la roche mère, affleurante et acide, se compose de schistes ou de gneiss. Le projet de plantation se cale sur les rues, places et talus végétalisés, plaçant le nouveau quartier [...]

Cet article est réservé aux abonnés Paysages Actualités, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur