En direct

- ©

"La vie en vert" par Nathalie Kosciusko-Morizet

Leysens Eric |  le 03/09/2008  |  France entièrePerformance énergétiqueEnergies renouvelablesSantéEnergie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Environnement
Performance énergétique
Energies renouvelables
Santé
Energie
Technique
Valider

A l’Université d’été du Medef, la Secrétaire d’Etat en charge de l’écologie a voulu convaincre les chefs d’entreprises que la préoccupation environnementale est une chance pour eux et non un fardeau. Nous publions dans cette rubrique "Points de vue", un extrait du discours. Vous êtes bien entendu invités à réagir.

"L’Institut Français de l’Environnement évalue déjà à 370 000 le nombre de personnes travaillant dans le domaine de l’environnement. Et ce n’est que le début. Puisque notre pays, notre système de recherche et nos entreprises se mobilisent pleinement pour promouvoir une véritable éco-conception de l’ensemble des produits et des services. Il s’agit donc de construire un nouvel équilibre vertueux du point de vue économique, environnemental, et social entre les activités de production, de consommation, de recherche-développement, d’innovation et de services en France et en Europe.
Tous les maillons de l'industrie ont leur place dans cette révolution des "écotechnologies" : Nous avons l’ambition, d’allumer de nouveaux moteurs de croissance dans la construction, dans l’agriculture, dans les énergies renouvelables, dans l’éco-conception...
Tous les secteurs sont concernés par cette nécessité d’innover et de redéfinir une stratégie respectant les principes du développement durable.

A l’avenir
- Les "greentechs" apporteront de vraies solutions pour "verdir"notre économie. Elles interviennent déjà dans des secteurs porteurs pour l’avenir de notre économie.

- La domotique rendra demain notre maison "intelligente", en faisant la chasse au gaspi énergétique.

- L'automobile "propre" mobilisera la chaîne industrielle dans son
ensemble. Elle roulera sur des bitumes innovants qui permettront des économies d'énergie, avec des pneus réduisant la consommation, tandis qu'un système électronique coupera le carburant aux feux rouges.

- Les recherches sur les nanomatériaux et nanotechnologies permettent
d’ores et déjà de développer les connaissances et partager le savoir, pour prévenir les risques.

Déjà
- On recycle les voitures. Et, recycler des véhicules en fin de vie, c’est bon pour la planète et ça crée des emplois ! L’initiative commune de Renault et Sita (groupe Suez) de développer une filière commune pour le recyclage des véhicules hors d’usage est une solution innovante. Elle met en avant les meilleures conditions économiques et écologiques pour le traitement et le recyclage des matériaux des véhicules en fin de vie. Renault et Sita garantissent l’atteinte des objectifs réglementaires en vigueur depuis janvier 2006, soit le
recyclage de 85 % de la masse de chaque véhicule en fin de vie et la production d’un gisement fiable et pérenne des matières premières secondaires. Les partenaires s’engagent à un objectif de 95 % en 2015 et pensent pouvoir créer à terme de l’ordre de 500 à 600 emplois directs.

- Les actions volontaires dans des secteurs industriels Cleansky pour
l’aéronautique, Chimie verte et Greenlab pour la microélectronique ont d’ores et déjà permis d’engager des programmes ambitieux favorables à l’environnement, et même d’anticiper les exigences environnementales. Elles ont permis des gains de compétitivité. Des programmes de recherche et développement favorable à l’environnement aux services des industries spécialistes de l’environnement, les éco-industries, ont pu être étendus, notamment pour le traitement des polluants, la gestion des ressources (eau, air, gaz à effet de serre…) ou la performance énergétique des nouvelles technologies de l’énergie, usages performants des atouts français, dont l’énergie nucléaire.

- La rénovation énergétique des bâtiments anciens devrait créer 100.000 emplois. Avec plus de 68 millions de tonnes d’équivalent pétrole consommés, ou encore 123 millions de tonnes de CO2 émises, soit 23 % des émissions nationales, le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie en France. Le Grenelle Environnement a donc défini un plan de grande ampleur pour répondre à ce problème. Ainsi, lorsque l'on adopte des réglementations plus strictes en matière d'habitat et de construction, on crée certes une contrainte à court terme mais on ouvre également de nouvelles perspectives pour l'industrie des matériaux, des isolants, et des systèmes énergétiques. De même, quand on interdit le recours à certaines substances chimiques, on prépare aussi la voie à ceux qui sauront innover et offrir des produits de substitution. La convention signée par Jean Louis Borloo et les professionnels de l’immobilier, permettra de systématiser l’affichage des performances énergétiques des logements, comme voulu par le Grenelle Environnement. Quatre arrêts importants ont été signés, pour construire des bâtiments plus respectueux de notre environnement.
Plusieurs agences immobilières, accompagnées de l’ensemble des acteurs de ce secteur se sont engagées à généraliser l’affichage du diagnostic de performance énergétique (DPE) des logements dans les annonces immobilières.

- La grande distribution, elle aussi se met au vert.
Les enseignes de la grande distribution se sont engagées pour un
commerce durable comme l’illustre la convention signée le 29 janvier 2008 par Jean-Louis Borloo. Leur principal objectif : sensibiliser leurs clients à une consommation durable et orienter leur choix vers des produits écologiques.

- L’UIC, en partenariat avec l’Ademe, EDF et GDF a pris trois
engagements :
• utiliser 15% de matières premières d’origine renouvelable, chimie du végétal, d’ici 2017, contre 7% aujourd’hui ;
• obtenir pour 400 usines une certification environnementale reconnue d’ici 2011 ;
• établir un dialogue permanent avec les riverains, élus et associations autour des sites.
Notons que l’UIC fédère 1 200 entreprises, de toutes tailles.

- Air France-KLM entre 2005 et 2012, s’engage à réduire de 20% les
émissions de CO2 sur la desserte Métropole-Dom et de 5% sur ses vols
domestiques. D’ici 2020, la réduction de 50% des émissions des nouveaux avions et la poursuite du programme de modernisation de la flotte aérienne est prévue.

- Enfin, les éco-industries qui produisent des biens et services visant à mesurer, prévenir, limiter ou corriger les atteintes à l'environnement touchant l'eau, l'air ou le sol, et les problèmes en rapport avec les déchets, le bruit et les écosystèmes sont en augmentation constante. Les emplois directs et indirects engendrés par les éco-industries représentent déjà approximativement 3,4 millions d'équivalents à temps plein.

L’écologie est et sera dans les années à venir un véritable moteur de
transformation de l’économie et de la société. Ce n’est pas l’écologie qui suscite des questions. C’est elle qui permet de trouver des solutions, des opportunités. L’écologie n’est pas une contrainte à la croissance, c’est une nouvelle source de perspectives et de compétitivités. Le monde vert que nous préparons nous permettra un avenir rose."

Une réaction, une suggestion... Ecrivez-nous !

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Droit de l’Aménagement, de l’Urbanisme, de l’Habitat – 2019

Date de parution : 06/2019

Voir

Mener une opération d'aménagement

Mener une opération d'aménagement

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur