En direct

La Vendée conserve un service de TGV quotidien qui était menacé

DEVIGE-STEWART Thierry |  le 11/09/2003  |  EureEure-et-LoirCherMayenneMorbihan

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Eure
Eure-et-Loir
Cher
Mayenne
Morbihan
Calvados
Manche
Maine-et-Loire
Orne
Côtes-d’Armor
Ille-et-Vilaine
Indre-et-Loire
Finistère
Indre
Loiret
Sarthe
Vendée
Loire-Atlantique
Seine-Maritime
Aménagement
Architecture
Transports
Paris
Valider

Le service quotidien de TGV entre Paris et Les Sables d'Olonne (Vendée), qui devait s'interrompre fin septembre, sera maintenu, a indiqué Philippe de Villiers, président du Conseil général de Vendée, après un entretien avec le Pdg de la SNCF Louis Gallois.
La SNCF avait annoncé en juillet sa décision de fermer la ligne, assurée à partir de Nantes par des locomotives diesel tractant les rames TGV sur une voie non électrifiée.
La compagnie invoquait un fonctionnement déficitaire depuis l'ouverture de la ligne en mai 2000, tout en reconnaissant une fréquentation supérieure aux prévisions. Elle réclamait à la Vendée une subvention annuelle d'environ 5 millions d'euros, contre 2,25 M EUR actuellement.
Au terme de l'accord intervenu mercredi, les collectivités verseront chaque année 3,6 M EUR à la SNCF. La compagnie s'est engagée à maintenir un aller-retour quotidien pendant au moins 24 mois.
Philippe de Villiers s'est dit "soulagé" dans un entretien à l'AFP: "Le TGV, c'est le confort de ne pas avoir à changer de train, et c'est un élément indispensable au standing d'un département touristique comme le nôtre".
L'électrification de la ligne est prévue pour 2007

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil