En direct

La transition énergétique emporte les lycées
Au lycée Grand Air d’Arcachon (Gironde), la géothermie permet une réduction importante des rejets de CO2 - © CONSEIL RÉGIONAL DE NOUVELLE-AQUITAINE

La transition énergétique emporte les lycées

O. D. |  le 21/12/2018  |  Nouvelle-AquitaineLycéeEnseignement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Nouvelle-Aquitaine
Lycée
Enseignement
Valider

Nouvelle-Aquitaine -

 

Depuis plus de dix ans, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a entrepris une démarche de substitution énergétique des sources de chaleur dans ses lycées. Il vise 80 % de sites équipés d'ici à 2050. A ce jour, 111 installations ont été réalisées dans les 296 établissements. Dans 95 % des cas, l'une de ces trois alternatives a été retenue : chaufferie bois, géothermie- aérothermie ou raccordement à un réseau de chaleur de proximité. Un choix guidé par les opportunités locales. Ainsi, le lycée de Borda, à Dax (Landes) va bénéficier de la création d'une induction d'eau thermale à 60 °C afin de remplacer le gaz naturel ; dans un lycée agricole, c'est la méthanisation qui a été privilégiée.

Grâce à cette démarche, les lycées de l'ex-région Aquitaine ont réduit de 30,4 % leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) entre 2007 et 2017 et économisé 23,7 M€ sur la même période. Dans le Poitou-Charentes, c'est une baisse de 8 % de la consommation énergétique et de 31 % des émissions de GES qui a été relevée. Le budget dédié à ces travaux s'élève à 40 M€ entre 2017 et 2021, il est directement lié aux exigences du « facteur 4 » - la division par quatre des émissions de GES entre le niveau de 1990 et celui de 2050 - et s'ajoute au budget des travaux de rénovation énergétique.

La géothermie retenue dans 15 établissements. Aujourd'hui, la région Nouvelle-Aquitaine s'intéresse particulièrement à la géothermie en raison de sa performance et d'un amortissement en huit ans. « C'est une réponse inégalable qui est peu proposée par les bureaux d'études en raison de la complexité des travaux », regrette Xavier Pujos, chargé de transition énergétique au sein de la collectivité. Cette solution a été retenue pour 15 établissements. Sa mise en place au lycée Grand Air d'Arcachon (Gironde) permet une réduction de 10 000 tonnes de rejets de CO2 sur trente ans, sans toucher à l' isolation, ni aux radiateurs.

Plusieurs opérations sont programmées en 2019 et, dans les trois ans à venir, 265 000 m2 vont bénéficier d'une substitution énergétique, engendrant une baisse de plus de 4 500 tonnes de 2 par an. « Nous pourrons aller plus loin que le facteur 4 et être solidaires des sites qui peineront à répondre à cette exigence », commente Xavier Pujos.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur