En direct

« La transition écologique est au cœur des plans de relance. Il y a une réelle volonté et nous avons des solutions  », Benoît de Ruffray, PDG d'Eiffage
Benoît de Ruffray, PDG d'Eiffage. - © BRUNO LEVY / Le Moniteur
Interview

« La transition écologique est au cœur des plans de relance. Il y a une réelle volonté et nous avons des solutions », Benoît de Ruffray, PDG d'Eiffage

Propos recueillis par Adrien Pouthier |  le 31/08/2020  |  EiffageTransition écologiqueBenoît de RuffrayFrance Construction industrialisée

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Eiffage
Transition écologique
Benoît de Ruffray
France
Construction industrialisée
Concessions
Majors du BTP
Entreprises
Plan de relance
Eiffage résultats
Eiffage contrats
Valider

A l'issue de la présentation des résultats d'Eiffage, son PDG, Benoît de Ruffray a confié au Moniteur sa volonté de saisir toutes les opportunités liées à la transition écologique qui doit être au coeur du plan de relance présenté jeudi 3 septembre prochain. 

Lors de la présentation de vos résultats semestriels, vous avez expliqué la résilience du groupe par son modèle construction/concessions. Or ces dernières ont souffert à cause des restrictions de circulation. Est-ce vraiment le modèle qui vous permettra de traverser la crise actuelle ?

Oui. Et nous le démontrons puisque nous avons plutôt bien résisté par rapport au choc qu’a représenté cette crise ! Notre perte se limite à 8 millions d’euros au 1er semestre, ce qui reste, à l’échelle du groupe, extrêmement faible.

Les concessions s’inscrivent dans une dynamique de temps long, avec une vision à très long terme. Cela nous permet de traverser des tempêtes.

Les concessions autoroutières ont montré rapidement leur résilience. Nous sommes en lien direct avec le client final qui peut disposer librement de l’infrastructure mise à sa disposition. Dès la levée des restrictions de déplacements, la remontée des trafics autoroutiers a ainsi été significative.

Dans l’aéroportuaire, l’équilibre est plus difficile à retrouver car les restrictions imposées par les différents pays sont toujours nombreuses et cet équilibre implique trois acteurs fondamentaux que sont l’aéroport, les compagnies aériennes et le client final.
Mais notre modèle est pertinent, puisque c’est bien la rentabilité des concessions qui a compensé les pertes dans les travaux sur le premier semestre.

Sur le même sujet Eiffage compte sur un carnet de commandes record pour surmonter la crise

Estimez-vous que pour surmonter totalement la crise à plus long terme, Eiffage aura besoin de grands projets ?

Le sujet fondamental est de ne pas subir un nouveau confinement. Aujourd’hui, nous savons intégrer les gestes barrières dans l’exécution de nos chantiers comme dans la gestion de nos concessions. Nous savons par ailleurs tracer, tester et limiter l’impact d’un éventuel foyer épidémique.

La pandémie n’a pas arrêté le lancement des grands projets. Notre carnet de commandes à fin juin le démontre. En revanche, nous restons vigilants sur la vigueur des fonds de commerce sur le bloc communal affecté par le report des élections municipales en France notamment et sur certains secteurs industriels très affectés par la pandémie. Les grands projets sont une vitrine et un accélérateur d’innovation mais les fonds de commerce sont essentiels à l’équilibre du groupe.

Je reste très confiant car avec l’urgence climatique, la demande porte sur l’accélération de la transition écologique. Il y a un consensus dans la société, quelles que soient les sensibilités, autour de l’importance d’être très actif sur la reconquête de la biodiversité et la décarbonation de notre économie.

Nos métiers du BTP et des concessions sont au cœur de la transition écologique. Eiffage, en tant qu’acteur engagé au cœur des questions de mobilité, de logement, d’aménagement, a un portefeuille très étendu de solutions sur lesquelles nous travaillons déjà depuis de très nombreuses années car nous sommes convaincus que les enjeux du climat et de la biodiversité sont des opportunités formidables pour nos métiers.

Nous avons ainsi publié en avril notre premier rapport climat défini selon le référentiel de la TCFD et en mai notre plan d’actions biodiversité.

La société est en attente et les acteurs publics convaincus, nous allons donc pouvoir accélérer et nous avons les solutions pour agir à la fois sur le neuf, et surtout sur le bâti existant.

Les plans de relance qui sont en train de se mettre en place afin de sortir de la crise économique, conséquence de la crise sanitaire, sont désormais utilisés en Europe comme des accélérateurs de la transition climatique et écologique. Nous entendons bien mettre en avant nos atouts.

Dans cette optique, l’industrialisation, la construction hors-site, apparaissent comme de très bonnes solutions. Allez-vous accélérer dans ce domaine ?

Dans la construction bois ou la construction métallique, que notre groupe maîtrise, nous sommes beaucoup plus naturellement sur des schémas d’industrialisation.

Nous nous sommes rendu compte pendant le confinement que l’industrialisation, en plus de toutes ses vertus, permettait d’intégrer plus facilement les gestes barrière et les contraintes sanitaires que le chantier traditionnel. En croissance organique, mais aussi par nos croissances externes récentes, nous continuons d’accélérer dans ce domaine.

Sur le même sujet A Bordeaux, la tour Hypérion revêt ses façades et balcons

Mais le BTP, et le bâtiment en particulier, est un écosystème où il y a beaucoup d’acteurs. Il faut donc que tous, du concepteur jusqu’au client final, comprennent que pour un bâtiment que l’on veut industrialiser ou construire hors-site, on est obligé de faire ce choix beaucoup plus tôt dans la chaîne, le prendre en compte en amont dans la conception et ne plus changer de direction par la suite. C’est un prérequis. Et cela nécessite une évolution pour que tous le comprennent bien. Si on n’intègre pas ces éléments fondamentaux, nous passons à côté des avantages de ces modes constructifs.

Commentaires

« La transition écologique est au cœur des plans de relance. Il y a une réelle volonté et nous avons des solutions », Benoît de Ruffray, PDG d'Eiffage

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur