En direct

La tour Montparnasse - © © Groupe Moniteur

"La Tour Montparnasse est belle !"

Propos recueillis par la rédaction du Moniteur |  le 04/11/2008  |  Tour Montparnasse TransportsCollectivités localesParisArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Tour Montparnasse
Réalisations
Transports
Collectivités locales
Paris
Architecture
Valider

La Tour Montparnasse ? " Une grosse m… ! " dixit Yves Contassot (1). Lassé d’entendre cette rengaine contre un objet qui ne lui semble aucunement mériter une telle critique, Jean-Philippe Hugron, doctorant à l'institut d'urbanisme de Paris, prend sa défense.

« La tour Montparnasse, dans son splendide isolement, offre une architecture sobre aux allures de monolithe. Odyssée de l’espace verticale, elle signe une époque de l’architecture et de l’urbanisme. Monumentale, la tour conclut parfaitement l’axe de la rue de Rennes qui, sans, elle, serait à l’instar de la rue Lafayette un corridor minéral sans fin. Ne nous trompons pas de procès!

La tour Montparnasse est esthétiquement belle, elle devient à mesure du temps un des symboles de Paris, qui, en belvédère prestigieux, se mue en attraction touristique. La récente installation de Ryoji Ikeda donne sens à l’édifice en magnifiant sa verticalité. In fine, ôtez la tour, le quartier en plus de perdre son identité et son élan ne gagnera pas en lisibilité.

Autre sujet d’insolentes accusations, le Front de Seine. Magnifique succession de tours arasées, composition visuelle faite de jeux de volumes et de couleurs, il est un assemblage unique en son genre à l’identité marquée. "L’erreur du Front de Seine", le "traumatisme" ! Qui pour ne pas voir la variété et la richesse architecturales du quartier ? Qui pour ne pas comprendre la primauté et l’intérêt de cette réalisation majeure du XXe siècle à Paris ? Les tours du Front de Seine sont belles !

Outre-Manche, l’ensemble de Barbican est classé ; ses qualités sont reconnues. Quand, après la Tour Croulebarbe, sera-t-il enfin question de mettre à l’évidence l’intérêt historique du Front de Seine ?

Classer le Havre, reconnaître l’œuvre de l’Atelier de Montrouge, et continuer à évoquer Montparnasse ou Beaugrenelle comme "de grosses m…"… étonnante situation! Le renouveau du débat sur la hauteur est l’occasion de faux procès où le blasphème est de mise. Le bilan des tours n’est pas fait. L’acharnement à l’encontre des tours de Montparnasse et de Beaugrenelle ne relève que d’un sensationnalisme éculé propre à la vindicte d’une postmodernité naissante.

Quelques amateurs de verticalité évoqueront pourtant l’art de vivre en hauteur. Si l’habitat offre des inconvénients du fait de leurs charges excessives, aucun ne se plaint de l’agrément de la vue et de la qualité des logements. Vivre en hauteur est un choix. Ceux qui s’expriment contre méconnaissent un art de vivre. L’ignorance ne doit pas mener au rejet excessif.

Les tours parisiennes servent ainsi un argumentaire "anti-tour" et les thématiques se mélangent, se confondent. Les tours ont tous les maux !

Citons les Olympiades. La problématique est elle verticale ou esthétique ? La répétition est gage de monotonie, et quelle que soit la typologie architecturale adoptée, l’indigence formelle laissera une amère impression d’ennui. Faut-il faire le procès d’un parti stylistique ou d’un type de bâti ?

Citons les dysfonctionnements de la Tour Montparnasse. Sont ils propres à la tour ? Les maux actuels de la verticalité sont les maux d’une strate historique et non d’une typologie. En d’autres termes, la production architecturale des Trente Glorieuses, sous forme de tours, de barres, d’«immeuble à taille humaine», est, après diagnostic, victime des mêmes symptômes. A titre d’exemple, ce que je nommerai abusivement le "façadisme inversé", entendons la conservation des structures et la dépose des façades, n’est pas le propre de la tour mais de nombreux édifices tertiaires réalisés dans les années 50-60-70 (les exemples sont légions, dernier en date «l’immeuble bleu» de l’avenue de la Grande Armée).

Par ailleurs, l’expérience de la verticalité à Paris se confond avec les tentatives bâclées et inachevées d’un urbanisme spatial associant aux tours des dalles. Il sera toujours possible de critiquer un parti urbanistique autiste, en rupture avec la ville traditionnelle mais l’omission la plus frappante concerne la gestion approximative de ces superstructures tant dans leur mise en place que dans leur entretien. En Front de Seine, la mise en valeur est lente, très lente et surtout tardive.

Alors que le débat sur les tours connaît une nouvelle dynamique, les farouches opposants à la verticalité illustrent abusivement leur argumentaire par des réalisations passées jusqu’alors incomprises. L’architecture de ces tours doit être reconnue et doit être dissociée de dysfonctionnements urbanistique et politique. La Tour Montparnasse est belle ! L’urbanisme qui a été fait autour ne l’est pas.

Il ne s’agit pas ici de sombrer dans une aveugle acclamation mais ni Montparnasse ni le Front de Seine ne méritent ces insultes récurrentes. Ceci est un appel à la reconnaissance et au bilan. Renier son passé, le rejeter vulgairement et contester ses qualités n’est pas preuve d’une grande maturité. La question de la verticalité à Paris ne doit pas être un défouloir irrespectueux ni même l’occasion de réitérer une critique usée. Il est temps de redécouvrir une architecture et de l’apprécier. La tour Montparnasse est belle ! »

Jean-Philippe Hugron, doctorant à l'institut d'urbanisme de Paris

(1) Débat télédiffusé sur France 3 le dimanche 18 octobre.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur