En direct

La tour incendiée de Koolhaas à Pékin entame sa rénovation
Hôtel Mandarin Oriental - © © Frédéric Lenne

La tour incendiée de Koolhaas à Pékin entame sa rénovation

Milena Chessa |  le 18/08/2010  |  InternationalArchitectureRénovationCommunicationProfessionnels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
International
Architecture
Rénovation
Communication
Professionnels
Travaux publics
Valider

Février 2009, un feu d'artifice illégal lancé dans la capitale chinoise endommageait un édifice de 159 mètres de haut signé Oma. Août 2010, l'agence néerlandaise d'architecture dirigée par Rem Koolhaas informe, sur son site Internet, que les travaux de restauration à l'identique démarrent.

Beijing Urban Construction Group (BUCG) est l'entreprise chargée de ce chantier qui impose notamment le remplacement des façades aux châssis métalliques et panneaux de verre. La démolition de la structure en béton n'a, semble-t-il, pas été jugée nécessaire après analyse post-incendie. A terme, le bâtiment conçu en 2002 devrait accueillir l'hôtel Mandarin Oriental (241 chambres), un théâtre et des espaces d'exposition. Il complètera le nouveau quartier général de la télévision centrale chinoise (CCTV), dont l'arche de métal et de verre (234 m) est aussi issue de l'imagination fertile de l'agence Office for Metropolitan Architecture.

Cet article fait partie du dossier

Chantiers

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil