En direct

La
La base de la nouvelle tour sera cubique, de 61 m par 61 - soit la même taille que les tours jumelles détruites le 11 septembre 2001. Elle sera renforcée par une protection d'acier et de titane. - ©

La "tour de la Liberté" dévoile son nouveau visage

Defawe Philippe |  le 29/06/2005  |  InternationalSécurité et protection de la santéArchitectureEquipement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Réalisations
Sécurité et protection de la santé
Architecture
Equipement
Valider

Les autorités new-yorkaises ont présenté mercredi un nouveau plan pour la "tour de la Liberté", pièce centrale du futur World Trade Center. Très éloigné du dessin original de Daniel Libeskind, le bâtiment sera plus mince, plus élancé et surtout répondra mieux aux préoccupations de sécurité.

Les autorités new-yorkaises, qui ont présenté de concert le nouveau building, avaient décidé début mai d'en revoir la conception pour répondre à des préoccupations de sécurité exprimées par un rapport de la police.
La tour se retrouve ainsi éloignée de 30 m du périphérique ouest, une des fixations de la police face à la potentielle menace de véhicules piégés.
Autre nouveauté, sa base devient cubique, de 61 m par 61 - soit la même taille que les tours jumelles détruites le 11 septembre 2001 - haute de 61 m également, et renforcée par une protection d'acier et de titane capable de résister à une forte déflagration.

Le gratte-ciel, qui comprendra 69 étages de bureaux, semble ensuite se tordre pour prendre une forme octogonale (en plan) et se terminer par un observatoire de verre. Puissamment éclairée en son sommet, "comme la torche de la Statue de la Liberté", une antenne viendra compléter l'immeuble, qui culminera à la hauteur symbolique de 1.776 pieds (année de l'indépendance américaine), soit 541 m.

"Ensemble nous avons affronté le défi d'un nouveau plan pour la Tour de la Liberté et aujourd'hui le résultat est un symbole encore plus beau, plus sûr et plus fier de liberté dans notre ligne de gratte-ciel", a assuré mercredi le gouverneur de l'Etat de New York George Pataki, en présentant le projet à quelques encablures du site où 2.749 personnes avaient trouvé la mort en septembre 2001.
"Cet ajout spectaculaire à notre skyline sera un éminent symbole architectural tout en tenant compte des préoccupations de sécurité auxquelles nous sommes confrontés dans notre monde actuel", a estimé le maire, Michael Bloomberg.

Mais l'affaire ne va pas sans mal. En deux ans, les plans de la Tour ont déjà fait l'objet de trois révisions et, en dépit de ce que disent ses promoteurs, la dernière version ne ressemble plus guère à celle proposée par l'architecte Daniel Libeskind, choisi sur concours début 2003.
La Tour est de fait devenue emblématique des difficultés rencontrée par la reconstruction de l'ensemble, qui concentre les intérêts les plus divergents, économiques, politiques, artistiques, ou des familles de victimes.
Sous la pression du détenteur du bail du World Trade Center, Larry Silverstein, décidé à récupérer un maximum de surface de bureaux, Libeskind s'est vu associer un autre architecte, David Childs, chargé de revoir ses plans de la Tour.
Celle-ci, dont la première (et unique) pierre avait été symboliquement posée il y a près d'un an, le 4 juillet 2004, par le gouverneur Pataki, ne devrait pas voir ses fondations érigées avant début 2006. Les premiers occupants devraient pouvoir s'installer en 2010.
Outre la Tour, le nouveau World Trade Center comprendra à terme un mémorial, dont la construction doit aussi démarrer début 2006 pour finir en septembre 2009, un complexe culturel et quatre immeubles de bureaux.

Catherine HOURS (AFP)

Vers une amélioration des normes de sécurité dans les IGH



L'Institut national des normes et technologies (NIST), chargé en août 2002 d'enquêter sur les raisons techniques de l'effondrement du World Trade Center de New York, a publié 30 recommandations en matière de sécurité dans les immeubles de grande hauteur (IGH).
Parmi ces recommandations, destinées à renforcer la sécurité de manière générale - en cas de feu, de séisme, ou de coupure de courant, et pas seulement d'attentats - figurent la révision de normes "centenaires" sur les tests à la résistance au feu des matériaux, l'amélioration des standards de prévention des risques de destruction en cascade.
Le rapport, fruit du travail de 200 ingénieurs et techniciens, financé par 16 millions de dollars de fonds fédéraux, insiste aussi sur l'amélioration des procédures d'évacuation.
Il recommande une meilleure préparation des occupants (avec des campagnes d'éducation nationales), réclame des cages d'escaliers suffisamment grandes, y compris pour le flux de secouristes, et éloignées les unes des autres. Il suggère d'étudier les possibilités d'installation d'ascenseurs renforcés et résistants au feu pour les secours et personnes à mobilité réduite, et l'amélioration des systèmes d'alarmes et de communications, capables de fournir des informations en continu.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur