En direct

La station de Tignes va produire 15 % de son énergie
Implantée à flanc de montagne, la conduite est en fonte, matériau privilégié en raison de sa résistance et de sa simplicité de pose.- © SAINT-GOBAIN PAM

La station de Tignes va produire 15 % de son énergie

Claude Thomas |  le 28/09/2018  |  SavoieEnvironnementCanalisationChantiers

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Savoie
Développement durable
Environnement
Canalisation
Chantiers
Valider

Savoie -

La centrale hydroélectrique en construction à Tignes (Savoie) devrait être opérationnelle à la mi-2019. Sa production annuelle (10 GWh) couvrira 15 % de la consommation totale de la station de la Tarentaise (environ 28 000 lits touristiques), remontées mécaniques comprises. L'énergie non consommée - avril, mai, juin sera une période de forte production et de faible consommation en raison de la fonte des neiges et de la fermeture du domaine skiable - sera revendue à EDF à un tarif garanti de 12 centimes le kWh. Cet investissement de 6,5 millions d'euros, qui générera un chiffre d'affaires annuel estimé à 1 million d'euros, est porté par Tignénergies. Cette SAS créée en 2014 détient un capital de 600 000 euros réparti entre la Régie électrique de Tignes (56 %) et Sumatel (44 %), qui construit et exploite des centrales hydroélectriques en France et dans les Dom-Tom.

Conduite forcée enterrée. Lancé en juin, l'aménagement vise à capter l'eau du ruisseau des Combes, à 2 100 m d'altitude, pour la turbiner avant de la rejeter dans le barrage du Chevril, à 1 850 m. « Pour des raisons esthétiques et environnementales, nous avons pris le parti d'enterrer la conduite forcée qui achemine l'eau sur 1,8 km. La tranchée réalisée héberge aussi une nouvelle canalisation d'eau potable », souligne Bernard Genevray, président de Tignénergies et de la Régie électrique de Tignes, chargée de la distribution d'électricité sur la commune. La conduite est en fonte, matériau privilégié en raison de sa résistance et de sa simplicité de pose, critères jugés déterminants dans un contexte de fortes contraintes géotechniques liées à une implantation à flanc de montagne, avec un dénivelé important.

Le chantier est complexe en raison de l'altitude, de la saisonnalité et des mesures environnementales imposées par la proximité de zones humides. Des filets anti-batraciens ont été posés tandis que des espèces protégées - une orchidée et un chardon - ont été « transplantées » sur un autre site. L'entreprise Mauro, retenue pour le génie civil et la pose des canalisations, a dû accroître ses moyens humains et techniques pour tenir les délais malgré un début des travaux retardé par la neige.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur