Immobilier

La start-up Diggloo lance le diagnostic de rénovation énergétique pour les collectivités

Mots clés : Efficacité énergétique - Etat et collectivités locales - Gestion et opérations immobilières - Gestion immobilière - Lieux de travail - Réglementation - Réglementation thermique et énergétique

Après avoir lancé le diagnostic technique global, Diggloo, société d’expertise immobilière dédiée aux copropriétés, propose un diagnostic de rénovation énergétique destiné aux collectivités territoriales. Objectif : identifier au mieux les travaux nécessaires à l’optimisation énergétique des bâtiments publics et formaliser les appels d’offres pour leur réalisation.

Diggloo s’ouvre une nouvelle voie de diversification. Après s’être spécialisée dans la réalisation du diagnostic technique global (DTG) pour les copropriétés, la start-up d’expertise immobilière dédiée aux professionnels de la copropriété lance le diagnostic de rénovation énergétique (DRE). La jeune pousse a ainsi développé pour les collectivités territoriales un logiciel qui lui permet de délivrer une analyse du bâtiment, un état détaillé des coûts de travaux à prévoir ainsi qu’une proposition de financements et d’aides possibles. Objectif : optimiser la gestion de la rénovation énergétique des immeubles.

Initialement prévu pour le DTG, le logiciel développé par Diggloo s’est enrichi d’une seconde version, prenant cette fois-ci en compte les critères d’usage, d’équipements et de consommation d’énergie inhérents aux bâtiments publics. La prestation reprend en détail, photos à l’appui, tous les points clés et le chiffrage de l’audit. En complément, chaque client peut accéder via un accès sécurisé à une plateforme spécialisée.

 

Utilisation d’un drone

 

A travers ce nouveau logiciel, Diggloo se propose de délivrer un service clé en mains. En plus des rapports d’audit destinés à identifier les travaux nécessaires à l’optimisation des performances énergétiques et formaliser les appels d’offre pour leur réalisation, la start-up complète son accompagnement avec des missions de conseil.

La jeune société a aussi recours depuis le mois de mars à l’usage d’un drone pour réaliser les diagnostics. L’automate détecte d’éventuels désordres techniques ou architecturaux à des endroits difficilement accessibles. « Un attrait économique puisqu’il permet d’alléger le recours aux nacelles ou aux échafaudages », comme le note la jeune pousse dans un communiqué.

Avec cette offre, la société entend ainsi s’adresser à quelque 227 000 bâtiments publics. Pour rappel, le gouvernement investit 1,8 milliard d’euros sur cinq ans pour rénover les bâtiments publics accélérer la rénovation énergétique du parc.   

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X