En direct

La Solideo dispose de sa feuille de route
PHOTO - 13773_836244_k2_k1_1966767.jpg - © PARIS 2024 / KMSP

La Solideo dispose de sa feuille de route

NATHALIE MOUTARDE |  le 29/06/2018  |  ParisSeine-Saint-DenisFrance entièreEtat

Le projet olympique a été optimisé à la demande du gouvernement afin de rentrer dans les clous budgétaires.

Le compte à rebours est enclenché pour la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solideo). « La Solideo est là pour garantir au Comité d'organisation des Jeux olympiques (Cojo) que les 39 équipements pérennes à construire pour cet événement seront livrés dans les délais, au bon prix, et qu'ils seront conformes au programme. Ils seront réalisés par 29 maîtres d'ouvrage différents, publics et privés, qu'elle coordonnera », a expliqué Nicolas Ferrand, directeur général de la Solideo, lors de ses auditions au Sénat et à l'Assemblée nationale, le 20 juin. Le Cojo a fixé l'échéance au 30 septembre 2023 afin d'avoir le temps de tester les installations avant le début des JO, le 26 juillet 2024.

Surcoût de 600 M€. Depuis le 14 juin, la Solideo peut s'appuyer sur une feuille de route assez précise pour mener à bien sa mission. Ce jour-là, l'Etat et les différentes parties prenantes ont signé un protocole entérinant les ajustements apportés au dossier de candidature afin de respecter l'enveloppe initiale de financements publics : 1,374 Md €, dont 940 M€ apportés par l'Etat et le reste par les collectivités locales concernées, sur un budget total d'organisation des Jeux de 6,8 Mds €. Le rapport de deux inspections générales (Finances ainsi que Jeunesse et sports), remis au gouvernement le 30 mars, pointait en effet un surcoût de 600 M€ principalement ciblé sur les équipements pérennes financés par les pouvoirs publics.

La modification la plus significative concerne le centre aquatique olympique (CAO) qui sortira de terre à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), face au Stade de France. A l'origine, il abritait deux bassins « en dur », l'un pour la natation (50 m), l'autre pour le plongeon (25 m), et 17 000 places dont 14 500 provisoires. Dans leur rapport, les inspections générales ont évalué son coût à 270 M€, alors qu'il était estimé à 91 M€ HT dans le dossier de candidature. Dans le projet amendé, le bassin de natation se transforme en équipement démontable et bascule de ce fait dans le giron du Cojo, qui réalise et finance les ouvrages temporaires. Deux autres bassins provisoires (échauffement) complètent le dispositif. A l'issue des Jeux, ces trois piscines seront démontées et remises au conseil départemental qui les réinstallera ailleurs en Seine-Saint-Denis.

Centre aquatique plus ramassé. Les deux bassins pérennes subsistent, celui de 50 m étant désormais dévolu au water-polo, mais dans une version plus ramassée (2 500 places avec une extension possible à 5 000 places). La métropole du Grand Paris en conserve la maîtrise d'ouvrage alors que le rapport s'interrogeait sur sa capacité à mener à bien le projet. Elle devrait recourir à une concession (conception, construction, exploitation et maintenance de l'ouvrage). L'appel d'offres doit être lancé début octobre.

Le cluster olympique, à cheval sur Dugny et Le Bourget (Seine-Saint-Denis), a subi lui aussi quelques changements. Le village des médias passe de 1 500 à 1 300 logements. Initialement envisagées à Dugny dans un pavillon provisoire, les épreuves de volley-ball se dérouleront au Bourget, dans une structure dédiée au badminton. Du coup, cette discipline pourrait trouver un point de chute à Paris, a priori dans le « Grand Palais éphémère ». Cette installation temporaire accueillerait, pendant la rénovation du bâtiment (2021-2023), les événements habituellement organisés dans la nef, avant d'être mise à la disposition du Cojo. Le Conseil de Paris examinera ce projet le 2 juillet.

Enfin, le village olympique, dont l'urbaniste doit être désigné courant juillet, conserve sa configuration initiale (17 000 lits). Les travaux d'accompagnement - enfouissement des lignes à haute tension, construction d'un mur antibruit le long de l'A86… - restent inscrits au programme, à la grande satisfaction des élus de Plaine Commune.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur