En direct

La seconde vie d’une grange abandonnée

Dossier réalisé par Margot Guislain |  le 23/09/2016  |  ImmobilierLogementArchitectureTechniqueBâtiment

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Logement
Architecture
Technique
Bâtiment
Logement social
Produits et matériels
Valider
SPECIAL HLM Puy-de-Dôme -

L’architecte Boris Bouchet a glissé trois logements entre les murs d’un corps de ferme, réhabilité sans obsession pour la vieille pierre.

Au premier abord, qui imaginerait que cette grange rénovée, située dans le hameau de Terroles, à la limite du village de Domaize (Puy-de-Dôme), constitue non pas la maison de vacances rustique de citadins mais une petite opération d’habitat social ? Avec une partie de sa toiture envolée, ses planchers effondrés et ses façades endommagées, la bâtisse existante était prête à être envahie par les ronces. Mais, à budget égal, l’architecte Boris Bouchet a opté pour la réhabilitation lourde, plutôt que la démolition-reconstruction. Ce choix allait permettre de préserver l’unité du paysage et d’introduire en douceur un programme de logement social. Une opération forcement délicate dans un hameau de cinq maisons.

Brutalisme.

L’enveloppe est réhabilitée, sans obsession pour la vieille pierre. Aussi, pas de ravalement de façade ni de recherche particulière d’authenticité mais une réhabilitation plutôt brutaliste, avec des ouvrages en béton brut (encadrements de fenêtres, rebouchage des façades) insérés dans les murs en pierre granitique. Du mélèze (menuiseries, oriels) et de l’acier (serrurerie) également non traités. A l’intérieur, les trois appartements (T3, T4, T5) s’imbriquent les uns dans les autres de façon à tirer le meilleur parti du grand volume libre de l’ancienne grange, et ce d’autant plus que ce dernier accueille seulement trois appartements (alors qu’un quatrième aurait pu y trouver place s’il avait été financé).

Les logements bénéficient alors d’une belle complexité spatiale avec double hauteur, mezzanine, demi-niveaux, jardin d’hiver. La réhabilitation sans chichis de la façade a permis de trouver le budget nécessaire pour réaliser du mobilier fixe sur mesure (cuisine, salle de bain, rangements, tablettes de travail), en harmonie avec le plan de chaque logement.

PHOTO - 918710.BR.jpg
PHOTO - 918710.BR.jpg - © BORIS BOUCHET ARCHITECTE
PHOTO - 918625.BR.jpg
PHOTO - 918625.BR.jpg - © photos BENOIT ALAZARD
PHOTO - 918626.BR.jpg
PHOTO - 918626.BR.jpg - © photos BENOIT ALAZARD
PHOTO - 918627.BR.jpg
PHOTO - 918627.BR.jpg - © photos BENOIT ALAZARD
PHOTO - 918628.BR.jpg
PHOTO - 918628.BR.jpg - ©

Maîtrise d’ouvrage : Communauté de communes du Pays de Cunlhat. Maîtrise d’œuvre : Boris Bouchet Architectes. BET : FY (structure), Enthalpie (fluides), CS2N (économie). Principales entreprises : Genestier (gros œuvre) ; Veyrière (charpente) ; Malcus (menuiseries extérieures), Fougerouse (menuiseries intérieures). Surface : 321 m2 Shon. Coût des travaux : 523 539 euros HT.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur