En direct

LA SAMARITAINE FAIT PEAU NEUVE

CAROL MAILLARD |  le 18/10/2018  |  OssatureCentre commercial

3. PROGRAMME MIXTE -

Le célèbre grand magasin parisien fait l'objet d'une restructuration d'ampleur afin d'accueillir de nouveaux usages. Entre autres travaux, les ossatures métalliques des bâtiments existants ont été restaurées.

Fermée en 2005 pour raisons de sécurité, la Samaritaine est en travaux depuis 2015. Le programme mixte de sa reconversion comporte un grand magasin, un hôtel de prestige de 72 chambres, 96 logements sociaux, une crèche privée de 80 berceaux et 15 000 m² de bureaux - pour une superficie totale de 70 000 m2 .

Elle concerne les deux bâtiments historiques construits en structure métallique, celui des architectes Frantz Jourdain (1905) et Henri Sauvage (1928), respectivement confiés aux entreprises SMB et CCS International, au sein d'un groupement sous-traitant de Vinci retenu pour son savoir-faire en termes de construction métallique et de réhabilitation. Un troisième bâtiment, neuf, conçu par l'agence Sanaa, a été construit en ossature métallique par SMB. Chaque ouvrage a été traité de façon spécifique et dans le respect de l'architecture originelle. Sachant que la façade et la toiture du bâtiment Sauvage (ouvrant sur la Seine) ont été inscrites à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1990, l'enveloppe extérieure a été conservée, mais les structures existantes intérieures ont été reprises et les espaces remaniés, tout en recréant des niveaux, le but étant de garantir la stabilité des ouvrages en béton.

Interventions ciblées

Dans le bâtiment Sauvage, les poteaux en béton trop épais (1,40 m) du sous-sol ont été remplacés par des plus petits (0,80 m) pour dégager l'espace qui abritera une piscine, un spa et un centre de soins. Pour reprendre les charges des niveaux supérieurs, un système provisoire de chevalement métallique a été mis en place, pouvant soutenir jusqu'à 1 200 tonnes. De plus, les attaches principales de planchers ont été découpées et renforcées par la pose de portiques qui, reposant sur les poteaux inférieurs, reprennent les charges des poutres. Dans les deux derniers étages, une fine ossature métallique a été insérée pour gagner de la hauteur sous plafond : les poutres existantes ont été remplacées par des moins hautes en profils amincis - contreventement oblige.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés CTB, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur