En direct

La saga Emeco

Christian Simenc |  le 01/06/2007  |  ArchitectureRéalisationsParisInternationalFrance entière

C’est l’histoire plutôt singulière d’une chaise elle-même singulière. Nom de code : 1006. La légende veut que son cahier des charges mentionnât explicitement qu’elle soit « Torpedo Proof », à savoir qu’elle puisse résister aux torpilles. Vrai ou faux, ladite assise était en tout cas appelée à « meubler » les intérieurs des bâtiments de la Navy et plus particulièrement les sous-marins. Nous sommes en 1944 et une firme américaine, Emeco, vient de se créer à Hanover en Pennsylvanie, expressément pour répondre à cette commande originale. Celle-ci choisit de fabriquer la chaise en aluminium, seul matériau à même de réunir quatre qualités indispensables à la réussite du projet : légèreté, robustesse, résistance à l’eau et durabilité.

L’aluminium est fourni par le groupe américain Alcoa*, lequel fabrique déjà, depuis le début des années 1920, des meubles tout en aluminium sous une multitude de marques dont « Alcraft Aluminum ». Ainsi, en 1924, année où, en France, du mobilier en aluminium est pour la première fois présenté dans un salon professionnel, celui de l’aviation, Alcoa aménage à Pittsburgh, aux Etats-Unis, le siège de la Mellon Bank : 100 bureaux et 300 chaises, tout en aluminium évidemment. Alcoa édite même à l’époque un catalogue intitulé Distinctive Chairs of Aluminum et, dès 1929, Alcraft Aluminum propose une gamme complète de chaises de bureau, quelque 25 modèles différents. Le dessin de la 1006 Navy, lui, est le résultat d’une collaboration entre Emeco et Alcoa. Sa silhouette n’est d’ailleurs pas sans évoquer le modèle n° 402 (Alcraft Aluminum, 1926), voire peut-être une chaise produite au cours des années 1940 par la société The General Fireproofing Company (Youngstown, Ohio).

Depuis 1944, Emeco a fabriqué plus d’un million de 1006 Navy. Et pourtant, en l’espace de soixante ans, le processus de fabrication n’a pas varié, hormis qu’il s’agit aujourd’hui à 80 % d’aluminium recyclé. Chaque chaise est toujours produite à la main selon la méthode baptisée « 77-Steps Process ». La réalisation d’une pièce ne nécessite pas moins de 77 opérations : découpage, emboutissage, pliage, polissage, soudure, etc. Fabriquer une chaise à la main prend quatre heures [...]

Cet article est réservé aux abonnés AMC, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

La saga Emeco

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur