En direct

La Russie a inauguré son centre orthodoxe à Paris
"Mon projet est fondé sur l’horizontalité, la transparence, le travail de la lumière, la minéralité, la sobriété, la douceur". - © © Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

La Russie a inauguré son centre orthodoxe à Paris

le 19/10/2016  |  BâtimentTourismeEuropeParisInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Bâtiment
Tourisme
Europe
Paris
International
Architecture
Technique
Valider

Le "centre spirituel et culturel orthodoxe" russe, surplombé par les cinq bulbes dorés de sa grande cathédrale, près de la Tour Eiffel, a été inauguré à Paris, sans Vladimir Poutine, en pleine brouille entre la France et la Russie sur la Syrie.

Malgré les tensions franco-russes sur la question syrienne, Moscou a maintenu l'inauguration mercredi 19 octobre du nouveau Centre spirituel et cuturel orthodoxe de Paris, vaste complexe dessiné par Jean-Michel Wilmotte sur un terrain de plus de 4.000 mètres carrés au sol en plein coeur de la capitale française. Un chantier évalué à quelque 170 millions d'euros, entièrement financé par la Russie.

Situé quai Branly, à l'emplacement de l'ancien siège de Météo France et à deux pas de la tour Eiffel, l'édifice comprend un centre paroissial (avec bureaux et appartements meublés), une école primaire franco-russe, un centre culturel comprenant un bibliotèque, des salles d’exposition et un café. Mais le "clou" du complexe reste la cathédrale de la Sainte-Trinité avec ses cinq domes caractéristiques de l'architecture religieuse russe, visibles depuis les berges de la Seine.

Le plus grand des bulbes culmine à 37 mètres, une hauteur contrainte par les règles d'urbanisme. Après le veto mis, pour des raisons esthétiques, par l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë au projet architectural initial, Jean-Michel Wilmotte a aussi opté pour un or mat, plus discret. L’architecte a revêtu la cathédrale et le centre culturel attenant, de pierre de Massangis, la pierre des grands monuments de la capitale.

Cadeau "embarrassant"

La paroisse parisienne du diocèse de Chersonèse - nom de la juridiction du patriarcat de Moscou sur la France - était à l'étroit dans son église du XVe arrondissement, un ancien garage, d'autant que sa communauté des fidèles a grossi au gré des différentes vagues d'immigration, russe mais aussi roumaine ou moldave.

Au besoin de place s'ajoute une démonstration de "soft power", analyse l'essayiste et prêtre orthodoxe Christophe Levalois."On peut lier ce projet à des besoins pastoraux, mais aussi au désir vraisemblable de la Russie de présenter une vitrine culturelle et cultuelle à Paris en dehors de son ambassade", souligne-t-il.

Retour en vidéo sur le chantier

Commentaires

La Russie a inauguré son centre orthodoxe à Paris

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur