En direct

La route électrique monte en puissance

Erick Haehnsen |  le 24/02/2017  |  TransportsGirondeYvelinesInternationalEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Gironde
Yvelines
International
Europe
Transports mécaniques
Valider

Alimenter les véhicules pendant leur trajet n'est plus une fiction. Rails, caténaires et induction arrivent en phase de test.

L'électromobilité a le vent en poupe. Complémentaires de la route solaire de Colas, qui se borne à recharger des batteries, les chaussées électriques en cours de développement fournissent en courant les véhicules pendant la durée de leur trajet. C'est le cas de la route à recharge par induction électromagnétique. Point fort, cette technologie affranchit les véhicules électriques de leur cordon d'alimentation. Elle transmet l'électricité d'une bobine de cuivre coulée dans le sol et reliée au secteur à celle du véhicule. Autres technologies testées actuellement : des systèmes impliquant des caténaires et des lignes aériennes ou des sabots et des rails conducteurs.

Jusqu'à présent, l'induction se concrétise dans près de 200 stations de recharge rapide (30 minutes), véhicule à l'arrêt, dans le cadre du projet Corri-Door, version française du programme européen Trans-European Transport Network (TEN-T). Aujourd'hui, elle devient dynamique. « L'idée, c'est de les alimenter pendant qu'ils roulent », souligne Joseph Beretta, président de l'Association pour le développement de la mobilité électrique (Avere France).

Recharge de camions roulant à 90 km/h. A l'étape de prototypes, les projets se multiplient. A commencer par le réseau de caténaires pour camions et bus de Siemens, comme l'illustre eHighway en Suède, la première autoroute électrique du monde, inaugurée le 29 juin 2016. Le projet sera expérimenté pendant deux ans sur 2 km d'un tronçon de l'autoroute E16, au nord de Stockholm. eHighway recourt aux camions hybrides de Scania, qui les a équipés d'un pantographe sur le toit (comme pour les trains). Grâce à un capteur intelligent, cet équipement connecte le camion à la ligne électrique aérienne et s'en déconnecte automatiquement lorsqu'il quitte cette route. Les véhicules sont ainsi alimentés en électricité tout en roulant à la vitesse de 90 km/h. Siemens prévoit un autre chantier d'eHighway en Californie cette année, cette fois-ci avec Volvo Trucks.

De son côté, Alstom étend aux camions de Volvo son système d'alimentation électrique au sol pour tramways sans caténaire, comme à Bordeaux. L'industriel se positionne également en Suède, dans le cadre du projet européen de R & D Fabric (Feasi bility analysis and development of on-ro ad charging solutions for future electric vehicles) sur une route expérimentale de 435 m de long à Hällered, près de Göteborg. Cette technologie met en œuvre deux rails d'acier sur 275 m ; ils affleurent l'asphalte de la route et délivrent une tension de 750 V. L'électricité est transmise v i a un pantographe de sol fixé au camion, qui peut rouler jusqu'à 100 km/h.

Les autoroutes prennent le train en marche. Toujours au sein de Fabric, l'institut français pour la transition énergétique Vedecom teste depuis novembre le système inductif dynamique de l'américain Qualcomm sur son site de Satory, à Versailles (Yvelines). Deux pistes y ont été fabriquées, l'une de 2 km et l'autre de 3,4 km, dont pour le moment 100 m sont dédiés à l'inductif dynamique. « Nous sommes les seuls au monde à accepter simultanément deux véhicules sur une même piste », souligne François Colet, chef de projet systèmes de charge innovants chez Renault et Vedecom.

Déjà impliquées dans le projet Corri-Door, les sociétés d'autoroutes (et leurs filiales de TP) y voient l'opportunité de compléter leurs recettes de péage routier avec la recharge dynamique des batteries. Reste une question : où mettre la voie inductive ? Pour les Britanniques, ce sera à gauche, si l'on en croit Highways England, qui étudie la faisabilité de son projet depuis juin 2015.

Quelles que soient les solutions technologiques qui émergeront, la route électrique offrira un marché très porteur pour le secteur du BTP. « D'ici dix à vingt ans, la route inductive va susciter un grand nombre de chantiers de façon très diffuse et progressive, prophétise François Colet. Notamment à la faveur de la réfection des tronçons de route. »

PHOTO - 5974_377303_k2_k1_947336.jpg
PHOTO - 5974_377303_k2_k1_947336.jpg - © PHOTOS : VEDECOM
PHOTO - 5974_377303_k3_k1_947337.jpg
PHOTO - 5974_377303_k3_k1_947337.jpg - © PHOTOS : VEDECOM
PHOTO - 5974_377303_k4_k1_947338.jpg
PHOTO - 5974_377303_k4_k1_947338.jpg - © ALSTOM
PHOTO - 5974_377303_k5_k1_947339.jpg
PHOTO - 5974_377303_k5_k1_947339.jpg - © SIEMENS / SCANIA CV AB

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur