En direct

La RIVP allège et accélère un chantier

MICHEL DESFONTAINES |  le 12/12/2014  |  Collectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Valider
PARIS -

Une résidence pour étudiants de 130 chambres, un foyer de jeunes travailleurs de 65 logements et une école. Sur la ZAC Paris Rive gauche (XIIIe arrondissement), les architectes lillois Béal & Blanckaert ont conçu, pour le compte de la RIVP, un complexe de bâtiments R + 2, R + 6 et R + 9 (10 800 m2) regroupant ces trois usages.

Difficulté : le dénivelé de 13 mètres du terrain d’assiette, entre la rue du Loiret, en bas, et la voirie sur dalle au-dessus des voies ferrées de la gare d’Austerlitz, en haut. « Il fallait répondre à la fois à un paysage haut, celui de la ville neuve et de son sol artificiel, et à un paysage bas, celui de l’école s’insérant dans l’ancien tissu urbain du XIIIe », souligne Jean-Vianney Deleersnyder, chargé du projet à l’agence Béal & Blanckaert.
Pour faire cohabiter les trois entités, les architectes ont installé l’école en bas sur trois niveaux. Par-dessus ce socle horizontal, ils ont posé les chambres d’étudiants et les logements de jeunes travailleurs en deux résidences, séparées par une « faille verticale ».
Pour alléger la masse du bâtiment R + 9 qui accueille la résidence étudiante, le pignon du côté est descend en plan incliné vers l’école, et les cinq derniers niveaux sont construits en retrait par rapport aux étages inférieurs.

Modules innovants

Innovation architecturale et technique, les façades rideaux sont constituées de modules à structure bois de 2,70 m x 4 m, fixés par équerres au squelette de la structure de béton. Ces 270 modules préfabriqués de 32 cm d’épaisseur forment un millefeuille complet comportant l’isolant, les blocs fenêtre en aluminium, les panneaux de façade en aluminium perforé doublés de panneaux pleins, les volets coulissants et les panneaux de finition intérieure.
Chaque module correspond à un logement. Le poids est de seulement 450 kg, au lieu de 3 tonnes pour des préfabriqués béton. Ce choix technique a permis d’alléger l’ensemble, de résoudre des problèmes de charge, et d’accélérer le chantier. Les modules ont été mis au point par le BET Van Santen, fabriqués par l’entreprise belge Kyotec et mis en œuvre par Bouygues Bâtiment Ile-de-France-Habitat social. Livraison prévue en avril 2015. Coût : 23 millions d’euros HT.

PHOTO - 824789.BR.jpg
PHOTO - 824789.BR.jpg - © Eloi Adjavon

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur