Paysage

La Réunion tend une bouée aux amoureux des arbres

Avec le lancement d’une application mobile de détection des arbres remarquables, le 9 février dernier, l’Ecole des jardins planétaires de l’île de la Réunion prolonge sur la toile la dynamique participative engagée depuis sa création en 2014. Les relais métropolitains laissent imaginer un rayonnement intercontinental de l’initiative locale, parmi les amoureux et les experts des arbres.

« Les arbres nous arrivent crescendo. Nous recensons de nombreux téléchargements, sur les deux systèmes ». Fondateur et directeur de l’antenne réunionnaise de l’Ecole du jardin planétaire (EJP), Sébastien Clément observe la croissance de son enfant virtuel et spirituel : l’application moabi, accessible depuis le 9 février sur Google Play (Androïd) et Apple Store (IOS) et téléchargeable ici. Après l’élimination des messages hors sujet, l’EJP joue le rôle de poste d’aiguillage vers une commission qui juge des classements en « bel arbre » ou « arbre remarquable ».

 

Fluidifier le process

 

A la Réunion où cette commission siège une fois tous les deux mois, le gestionnaire de Moabi souhaite doubler cette fréquence, pour offrir aux internautes une fluidité optimale. Au terme du processus, les utilisateurs de l’application voient leur contribution sur la cartographie de l’application qui doit son nom à un arbre totémique : malgré sa hauteur de 70 mètres et sa longévité de 700 ans, le moabi, typique des forêts tropicales africaines, cohabite difficilement avec la civilisation productiviste.

« Dans les territoires où existent déjà des inventaires, cette application les enrichira. Ailleurs, nous suggérons aux acteurs locaux de se doter d’un tel outil », détaille Sébastien Clément. Loin de toute prétention hégémonique, l’EJP espère « stimuler le regard en s’appuyant sur la participation ». L’école a prouvé son expertise dans ce domaine depuis sa naissance : de 2014 à 2017, environ 200 activités ont réuni près de 10 000 personnes et mobilisé 90 intervenants, dans une cinquantaine de sites répartis aux quatre coins de l’île.

 

Du jeu à la science

 

Porté par son enthousiasme, accompagné par les compétences de Farah Barda, webmaster, Rémy Ravon, infographiste, et celles du prestataire Runware, Sébastien Clément avait cru pouvoir annoncer la mise en ligne des applications pour la rentrée 2017 : « Je n’avais pas encore mesuré à quel point l’informatique n’est pas une science exacte », sourit le paysagiste. Un bataillon de testeurs volontaires a progressivement déminé le terrain. La notoriété croissante de l’école réunionnaise a renforcé ses soutiens : Nature & Découverte s’est ajouté à la fin de l’année dernière à la liste des sponsors qui comprend le Crédit agricole, le Jardin d’Eden et le parc national de la Réunion.

Sébastien Clément espère pouvoir s’appuyer sur la dynamique de l’EJP pour diffuser l’application en milieu scolaire, « et montrer que la technologie ne sert pas qu’à jouer : elle peut aussi préserver le patrimoine vivant ». Le fondateur de l’EJP compte aussi sur les relais métropolitains qu’il a intéressés à la gestation de son projet : Deux-Sèvres Nature et Environnement, Cité de l’Arbre, Frapna Isère (organisme de formation), les Mains de jardin… Engagée à la Réunion au sein de la commission qui valide le contenu de la base de données participative, la coopération avec l’association Arbres, gestionnaire du label « arbres remarquables », devrait favoriser la diffusion de Moabi.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X