En direct

La rénovation de l'éclairage public comme source d'économies
Chartres constitue un exemple de partenariat entre une jeune entreprise et un gestionnaire. - © © Citeos

La rénovation de l'éclairage public comme source d'économies

Mathieu Dejeu |  le 02/06/2016  |  EtatConjonctureEclairage urbainEnergieAménagement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Performance énergétique
Etat
Conjoncture
Eclairage urbain
Energie
Aménagement
Technique
Valider

Dans le cadre du Salon des maires, le Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (Serce) organisait le 1er juin un retour d'expérience sur des opérations de modernisation de l'éclairage urbain. Un levier d'économie intéressant à condition d'investir largement.

En moins de deux décennies, l’éclairage urbain a connu d’importants progrès techniques, à tel point que les lampadaires de la fin du siècle dernier apparaissent aujourd’hui obsolètes. Dans une étude de 2014, l’Association française de l’éclairage estimait qu’environ 40 % des luminaires en service avait plus de 25 ans. Par rapport aux derniers modèles, ces installations consommeraient entre 30 et 40 % d’énergie supplémentaire. A l’occasion du Salon des maires, le Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (Serce) a choisi de consacrer sa conférence du 1er juin à des exemples de rénovations d’éclairage public. « Ces opérations sont un levier d’économies, mais elles touchent aussi à la sécurité et au confort des habitants », souligne Guy Geoffroy, député-maire de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne).

Sa commune appartient à la ville nouvelle de Sénart. Elle compte environ 3 328 foyers lumineux. Des quartiers anciens y côtoient des aménagements des années 1970. « Nous travaillons à adapter l'ancien petit à petit. Et nous nous apercevons brusquement qu’au bout de 25 ans, les équipements des secteurs plus récents ont perdu toutes pertinences. Nous avons donc entrepris de changer la moitié de notre éclairage », explique l’élu. La municipalité a opté pour des LED associés à un système de modulation de puissance. Ce dernier diminue l’intensité lumineuse de la source aux heures les plus calmes de la nuit. « Bien qu’il ne soit pas immédiat, le retour sur investissement n’est pas négligeable, mais il a fallu agir en peu de temps », précise-t-il.

Les CPE, une démarche possible

Pour réaliser ces chantiers importants, certains ont pris le parti des contrats de performance énergétique (CPE). La commune de Buc (Yveline) a ainsi confié à Bouygues Energies & Services l’installation de luminaire LED avec une variation d’intensité dans toutes les rues. « Si l’on veut dégager des capacités d’autofinancement, il faut contrôler sérieusement ses dépenses, observe Jean-Marc Le Rudulier, maire de la ville. Nous avons signé ce CPE en 2014. Il fixe une réduction de 45 % des consommations dans 8 ou 10 ans, aujourd’hui, nous constatons déjà une baisse significative. »

Les candélabres Saint-Thibault-des-Vignes (Seine-et-Marne) ne possèdent pas encore de LED, mais de nouvelles lampes à sodium haute pression accompagnées de ballasts de modulation. La diminution des coûts est tout de même drastique. « L’éclairage public représente entre 35 et 40 % de notre budget de fonctionnement, analyse Sinclair Vouriot, son élu. A la suite d’un CPE, la consommation de l’éclairage public a baissé de 38 %. Notre facture est ainsi passée de 54 000 à 34 000 euros. Pour ce service, nous versons 11 000 euros à l’entreprise signataire. »

Cependant, les évolutions techniques du secteur ne se limitent pas aux LED. Les candélabres peuvent aussi devenir le support de capteurs, de bornes Wi-Fi, de caméra de surveillance ou bien encore de bornes de recharge pour les véhicules électriques. «C’est un moyen de valoriser le patrimoine existant, assure Frédéric Galloo, président de la commission éclairage public du Serce. Nos membres sont très ouverts aux expérimentations.» Il rappelle l’exemple de Chartres, où Citeos, la marque d’équipement urbain de Vinci, a œuvré avec la jeune entreprise Sysplug. Les partenariats d’innovation, précisés par le décret du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics, constituent également une porte d’entrée pour les innovations dans le domaine de la lumière.

Commentaires

La rénovation de l'éclairage public comme source d'économies

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur