En direct

La région veut «sortir» la RN88 du contrat avec l'Etat

jean-marie constans |  le 22/10/1999  |  France Collectivités localesTransportsHautes-PyrénéesTransports mécaniques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Collectivités locales
Transports
Hautes-Pyrénées
Transports mécaniques
Valider

-La première dotation nationale pour les routes avec 2 milliards de francs.

Avec une enveloppe de 4,727 milliards de francs pour le premier volet de financements de l'Etat, Midi-Pyrénées passe de la septième à la cinquième place. Une situation qui justifie la satisfaction exprimée par Martin Malvy, président du conseil régional. Parmi les points forts, les routes, pour lesquelles la région bénéficie de la première dotation nationale avec 2 milliards de francs, et l'enseignement, avec 620 millions.

Certains éléments doivent encore faire l'objet de négociations, souligne Martin Malvy.

Ainsi, l'aménagement de la N88 que la région souhaiterait, compte tenu de son coût - 3,8 milliards de francs -, voir réaliser hors contrat de Plan. Ou encore la rénovation et la mise aux normes de l'université Toulouse-Mirail, estimées à 330 millions de francs.

« Nous souhaitons demander un effort particulier dans le cadre de la seconde enveloppe qui devrait se situer au-delà du milliard de francs », précise Martin Malvy. Entre autres opérations concernées par ce second volet devrait intervenir l'aménagement de la vallée du Lot et du canal du Midi. Martin Malvy souligne, par ailleurs, le bon niveau de concertation avec les services de l'Etat comme avec les départements, qui permet aujourd'hui à Midi-Pyrénées d'être l'une des régions les plus avancées dans la négociation du contrat de Plan.

ENTRETIEN François Fortassin «Assurer l'avenir économique et préserver le cadre de vie » Le président du conseil général donne les priorités pour les Hautes-Pyrénées.

« Il faut que le contrat nous aide à assurer l'avenir économique du département tout en préservant notre cadre de vie. Le rééquilibrage du territoire doit rester une préoccupation fondamentale pour éviter le déclin des villes de piémont et des zones rurales. La première priorité concerne la reconversion industrielle du bassin de Tarbes et de Lannemezan, à travers le contrat d'agglomération et la mise en place d'une véritable structure de reconversion. Autre élément, le nécessaire développement du pôle universitaire tarbais à vocation technologique. Nous militons par ailleurs pour les réseaux de communication, notamment la mise à deux fois deux voies de la N21 Tarbes - Lourdes - Argelès-Gazost, les études et l'inscription au schéma européen des transports de la traversée centrale des Pyrénées en ferroutage. Les autres priorités concernent le développement rural, le tourisme et l'environnement. Nous souhaitons à cet égard que le département des Hautes-Pyrénées soit retenu comme terrain expérimental pour la gestion de l'eau.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil