Economie

La région Grand Est à Las Vegas pour renforcer son tissu économique local [CES 2018]

Mots clés : Entreprise du BTP - ERP sans hébergement

La région Grand Est, issue de la fusion des régions Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne en janvier 2016, présente au Consumer Electronics Show de Las Vegas une délégation de 12 entreprises, dont cinq qui évoluent dans le secteur du BTP. Objectif : faire connaître le territoire à l’international et créer des synergies entre les entreprises du cru qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble.

Et si le CES de Las Vegas permettait de créer de synergies dans le tissu économique d’un territoire tout récemment fusionné ? C’est le pari réalisé par la région Grand Est, qui se rendra sur la Côte Ouest américaine avec une délégation de 12 sociétés, dont 8 exposantes (voir encadré).

« Au total, 10 entreprises avaient candidaté pour exposer, mais trois d’entre elles ont été recalées car leur offre était soit déjà commercialisée, soit top axée B to B », explique David Figuier, chargé de mission innovation de la région, lors de la présentation de la délégation française à Paris, à la fin du mois d’octobre. La participation au CES s’inscrit dans l’un des axes du schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation.

 

Echanger avec les entreprises du cru

 

Si la région a monté un programme d’accompagnement des start-up piloté par la CCI Grand Est, c’est pour « créer des synergies entre les entreprises mais aussi faire connaître le Grand Est à l’international comme un territoire pourvoyeur de nouvelles technologies », décrypte le chargé de mission. Ce programme propose un service de coaching, de montage et de suivi de rendez-vous d’affaires, la réalisation d’une campagne de communication autour du CES et un droit d’entrée aux événements de la French Tech. « Les startuppers qui se rendent au CES sont focalisés sur le développement de leur société et se disent qu’ils ont le temps de préparer leur CES, ils n’anticipent pas. Ils ne se demandent pas qui rencontrer, quel produit présenter et à quelles conférences assister », juge David Figuier.

Cette délégation a permis à certains « d’échanger avec des nombreuses entreprises locales », estime Caroline Gomes, responsable de la communication de la start-up Lorraine Acreos qui développe des simulateurs pédagogiques pour former les salariés du BTP à la conduite d’engins de chantier. Pour Pierre Franck, le co-fondateur de Tallyos, société spécialisée le pointage du temps de travail des salariés mobiles à l’aide d’un boitier connecté, « ce programme a permis de structurer mon process de développement et m’a aidé à lever des fonds ». Le co-fondateur se rend à la grand-messe des objets connectés pour trouver des fournisseurs « très réactifs, capables de fournir un très grands nombre de boitiers ». Car le Lorrain part de l’autre côté de l’Atlantique avec une bonne nouvelle : son offre a séduit les services RH du groupe Demathieu Bard.

 

Focus

Qui sont les 12 entreprises de la délégation du Grand Est ?

Huit entreprises exposantes

Levels 3D. Basée à Rosières-près-Troyes (1O), l’entreprise a créé de l’application MyCaptR qui permet de numériser une pièce en 3 minutes. A l’issue du scan, la solution propose d’obtenir un modèle 3D de la pièce, un plan 2D et des annotations virtuelles.

Tallyos. Développée à Metz (57), la société met au point et exploite tous systèmes de géolocalisation et d’aide à la gestion du temps, destiné aux ménages employant des salariés à domicile et aux entreprises ayant des employés itinérants.

Vivoka. Egalement installée à Metz (57), la jeune pousse a créé une box domotique.

Et aussi… Fizimed (67), une jeune pousse qui développe des dispositifs médicaux connectés ; Gamestream (54), une start-up qui propose un service de streaming de jeux vidéo ; Innovsanté (51), qui créé des logiciels dans le secteur de la santé numérique ; Quantmetry (67), qui développe un outil pour la prévention et le traitement du lymphoedème et Sphere (67) qui a créé une application de networking.

 

Et quatre entreprises et une université participantes au CES

Acreos. La jeune pousse qui croît depuis Hauconcourt (57), conçoit et fabrique des simulateurs pédagogiques d’apprentissage à la conduite d’engins de chantier.

Et aussi… Exelium (57), qui conçoit et fabrique des accessoires pour mobiles, tablettes et TV ; Haptic Media (67), qui propose une solution de visualisation 3D de produit pour e-commerce et retail et Protoelectronique (67), qui fabrique des prototypes de cartes électroniques en ligne.

 

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X