En direct

La réfection de la toiture du château de Sceaux s’achève

le 22/06/2012  |  Hauts-de-SeineFrance entièreCollectivités localesBâtimentToiture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Hauts-de-Seine
France entière
Collectivités locales
Bâtiment
Toiture
Technique
Second œuvre
Veille juridique
Valider
Hauts-de-Seine -

Pas moins de 45 000 ardoises neuves du bassin d’Angers, 50 t de plomb, 15 000 h de travail qualifié : c’est ce qui a été nécessaire pour la réfection des 850 m² de la toiture du château de Sceaux, qui abrite le musée de l’Ile-de-France. Les travaux proprement dits se terminent fin juin avec un mois supplémentaire pour la dépose de l’échafaudage.

« La toiture était dans un état de vétusté très avancé. En partie d’origine - le château a été construit entre 1856 et 1862 dans le style Louis XIII par l’architecte Joseph-Michel Le Soufaché pour le duc de Trévise -, elle a été remaniée en 1923, avec des travaux de reprises dans les années 1930, 1950, et 1990 », indique Daniel Lefèvre, architecte en chef des monuments historiques. Beaucoup de fuites ont été réparées au fil du temps, ce qui explique la longévité du toit - 150 ans - et l’état correct de la charpente. Les travaux actuels consistent dans la réfection complète de la toiture, dans le traitement et la réparation de la charpente, dans la réfection et le renforcement de l’isolation thermique des rampants (laine de verre de 100 mm). Les ardoises sont posées au crochet de cuivre.

Restituer le rythme du toit

Sur le plan esthétique, la troisième rangée de lucarnes correspondant au troisième comble a été rétablie pour restituer le rythme du toit avec un seul paratonnerre mis en conformité au sommet du campanile. Au total, assez peu de bois de chêne pour la charpente (6 m 3 ) ou de pierre calcaire de Saint-Maximin (9 m 3 ) ont été nécessaires.
Fin mai, on terminait les habillages de plomb (noue, arêtiers, faîtage, ornement) et la reprise du campanile. La durée du chantier, prévu pour dix-huit mois à l’origine, a été réduite à onze mois. Coût : 2,1 millions d’euros TTC, dont 400 000 euros d’échafaudage.

PHOTO - 652719.BR.jpg
PHOTO - 652719.BR.jpg - © CG 92/OLIVIER RAVOIRE
Fiche technique

Maître d’ouvrage : conseil général des Hauts-de-Seine. Maître d’œuvre : Lefèvre Architectes. Entreprises : Arnoldt (échafaudage), groupement UTB, Atelier Perrault Frères, H. Chevalier (charpente, couverture, pierre de taille).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur