En direct

La prison de Saran reprend du service après les inondations
Un nouveau local technique (au centre) a été construit à l’extérieur. - © DISP DE DIJON

La prison de Saran reprend du service après les inondations

Christine Berkovicius |  le 30/11/2018  |  LoiretRisques naturelsRéseauxLéon Grosse Pompes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Loiret
Risques naturels
Réseaux
Léon Grosse
Pompes
Chantiers
Valider

Loiret -

Il aura fallu deux ans et demi pour rouvrir le centre pénitentiaire de Saran, sinistré lors des inondations catastrophiques de 2016 dans le Loiret. Le 30 mai de cette année-là, quelque 400 détenus (sur un total de 808 places) avaient dû être évacués en urgence. En quelques heures, les eaux avaient noyé les sous-sols des deux bâtiments de la maison d'arrêt et mis hors d'usage un certain nombre de circuits vitaux pour leur fonctionnement : installations électriques, chauffage, eau chaude, ventilation, etc. Pour éviter qu'un tel scénario ne se reproduise, l'Agence publique pour l'immobilier de la justice a préconisé « des travaux qui permettent de sécuriser les bâtiments, et non une simple réfection à l'identique », explique Pierre Azzopardi, sous-directeur du pilotage et de la sécurité des services à la direction de l'administration pénitentiaire.

Réseaux étanches et nouvelles pompes. Après les études qui ont duré jusqu'en avril 2017, la réfection, d'un montant de 5,4 M€, aurait dû être bouclée en début d'année. Mais elle a pris du retard du fait d'un marché infructueux, puis à cause d'aléas climatiques l'hiver dernier. Les travaux, confiés à Léon Grosse qui avait déjà construit la prison (achevée en 2014), n'ont finalement été réceptionnés que début septembre. Ils ont permis un certain nombre d'améliorations, dont la construction d'un nouveau local technique surélevé à l'extérieur. Les réseaux ont en outre été rendus étanches, les fossés d'évacuation des eaux de ruissellement qui menaçaient de s'effondrer ont été confortés par un empierrement et des palplanches, de nouvelles pompes de relevage ont été installées pour évacuer l'eau plus rapidement, et l'accès des pompiers a été facilité.

Ces nouveaux aménagements ont été complétés par des travaux de peinture et de remise en état des cellules, qui ont permis de rouvrir la maison d'arrêt et le centre de détention. « Grâce à ces correctifs techniques, nous pourrions continuer à fonctionner en mode dégradé si le même phénomène se reproduisait, sans avoir à évacuer », précise Pierre Azzopardi. Il ajoute toutefois qu'une nouvelle inondation ne peut être exclue, compte tenu de la nature argileuse du terrain et des problèmes d'écoulement, qui n'avaient pas été repérés au moment du choix de l'implantation.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

Date de parution : 06/2019

Voir

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur