Le moniteur
« La prise de contrôle d’Anjac CSI par Téréva sera progressive »
Patrick Martin (à droite), pdg de Martin Belaysoud Expansion, et Aurélien Chaufour, pdg d'Anjac, Réunis pour Négoce, les deux dirigeants détaillent les étapes et les conditions du rachat programmé d'Anjac CSI par Téréva. - © © Vincent Leloup

« La prise de contrôle d’Anjac CSI par Téréva sera progressive »

Florent Maillet |  le 24/11/2015  |  EquipementChauffage

La filiale de Martin Belaysoud Expansion (MBE) va racheter, d’ici à 2019 au plus tard, Anjac CSI et ses 46 points de vente. Avec l’ambition de devenir le numéro 3 du sanitaire-chauffage. Patrick Martin, pdg de MBE, et Aurélien Chaufour, pdg d’Anjac, réunis pour Négoce, détaillent l’ensemble du processus et des chiffres de l’opération.

Quelles sont les modalités de la prise de contrôle du pôle Anjac CSI par Téréva ?

Patrick Martin (pdg de Martin Belaysoud Expansion) – « La prise de contrôle est progressive. Dans un premier temps, Téréva, filiale à 100% de Martin Belaysoud Expansion (MBE), a acquis fin juillet 48% du capital d’Anjac CSI et de sa filiale Mabille, qui contrôle elle-même 5 filiales du secteur de la plomberie, sanitaire et chauffage, et compte 48 points de ventes (voir encadré, ndlr). Le solde du capital, soit 52%, sera acquis lorsqu’Aurélien Chaufour, le pdg d’Anjac (maison-mère d’Anjac CSI, ndlr), nous donnera le feu vert, soit début 2018, soit au plus tard début 2019. Jusqu’à ce que l’on acquière à 100% Anjac CSI, nous sommes un actionnaire important mais minoritaire, et non impliqué dans la gestion. »

Pourquoi cette prise de contrôle n’est-elle pas immédiate ?

Aurélien Chaufour (pdg d’Anjac) – « Le groupe Anjac a lancé un chantier de réorganisation d’Anjac CSI afin, notamment, de nous développer sur le plan commercial. Notre souhait est de mener ce projet à bien et à son terme. Le pôle ne changera pas de mains avant. »

P.M. – « Ce calendrier échelonné est quasi-parfait pour nous : dans l’intervalle, j’ai à faire aboutir chez MBE au moins deux chantiers : la montée en puissance de notre offre e-commerce, qui pèse déjà 9% de notre chiffre d’affaires, et la modernisation continue de notre organisation logistique. Un troisième volet est lié directement au rachat programmé d’Anjac CSI. Il nous faut renforcer notre management fonctionnel et opérationnel. Ce calendrier nous laisse donc le temps de moderniser nos entreprises, et de nous préparer. »

Comment êtes-vous entrés en discussions ? Est-ce via Agilo, votre centrale d’achat commune ?

A.C. – « Une opération de ce genre ne naît pas comme cela. Nos deux sociétés et nous-mêmes nous connaissons depuis plus longtemps qu’Agilo, fondée il y a moins d’un an (en janvier 2015, ndlr). Ce recul et l’expérience réussie d’Agilo nous permettent de dire que, dans la construction de nos deux groupes, il y a des valeurs communes. C’est rassurant pour l’avenir. »

P.M. - « En lançant Agilo, nous n’étions pas  dans une perspective de rapprochement. Mais, au final, il est clair que cela a contribué à ce que l’on se connaisse mieux, à ce que nos collaborateurs travaillent ensemble, qui plus est dans une excellente ambiance. De plus, nous avons pu constater que, sur le plan de l’offre produits ou des marques, nos approches sont compatibles. »

Pourquoi Anjac quitte le négoce ?

A.C. – « Nous ne raisonnons pas comme cela. Anjac a une longue histoire et nous ne la renions pas ! Nous sommes simplement arrivés dans une phase de développement qui appelle un arbitrage, sachant que nous nous développons à grande vitesse dans la production de cosmétiques et de médicaments qui sont, là aussi, des métiers plein d’avenir. Vu cette configuration, nous en avons déduit qu’Anjac CSI aura davantage sa place, à terme, au sein de MBE. Le pôle négoce sera plus fort et s’assure un avenir solide. »

Quel est le sens de ce rachat pour MBE ?

P.M. – « Ce n’est pas le premier rachat de notre histoire, mais c’est le plus important ! En toile de fond, je crois dur comme fer à l’avenir du négoce professionnel. Mais notre activité connaît une mutation qui conduit à ce que l’on recherche une taille critique en permanence. Nous avons des enjeux très forts, liés aux conditions d’achat, à l’amortissement de dépenses importantes sous formes d’investissement ou de charges, liés [...]

Cet article est réservé aux abonnés, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

« La prise de contrôle d’Anjac CSI par Téréva sera progressive »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Hors-série AMC Terre Cuite / Céramique

Hors-série AMC Terre Cuite / Céramique

Date de parution : 05/2013

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur