Le moniteur
La prévention des inondations peut inspirer celle des incendies, selon Charles Dereix, président de Forêt méditerranéenne. - © Forêt méditerranéenne

"La prévention des incendies passe par des maîtrises d’ouvrage publiques locales"

Laurent Miguet |  le 25/07/2019  |  Michel Desvigne MéditerranéeGemapi Vie du BTPCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Michel Desvigne
Méditerranée
Gemapi
Vie du BTP
Collectivités locales
Valider

Charles Dereix, président de Forêt méditerranéenne. L’émergence des méga-feux a mis l’ensemble des territoires méditerranéens en alerte, après les tragédies subies par la Grèce et le Portugal en 2017. Organisatrice d’un colloque réuni le 12 mars dernier à Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône) sous le titre « changer notre regard sur les incendies de forêt », l’association Forêt méditerranéenne (1) commente ses pistes de réflexion, par la voix de son président.

Le débroussaillement obligatoire autour des habitations constitue une pièce maîtresse en matière de prévention des incendies : l’idée d’une compétence locale pour le prendre en charge soulève-t-elle de l’enthousiasme ?


J’aimerais vous dire oui, mais évidemment, la première réponse d’un élu ou de l’administration risque d’être : « Une taxe nouvelle ? Vous n’y pensez pas ! ». Je regarde cette question en prenant pour référence la compétence intercommunale obligatoire dans la prévention des inondations et la gestion des milieux aquatiques, la Gemapi : après une très longue gestation, l’idée d’une maîtrise d’ouvrage unique et publique a fini par s’imposer.

Seule cette voie permettrait de sortir d’un immobilisme entretenu à tous les maillons de la chaîne, face à la non application de l’obligation légale de débroussaillement : un maire m’expliquait « Si je me fais trop pressant, je peux craindre pour ma réélection", et les préfets ont tant de priorités à gérer avec les élus… N’attendons pas un grand feu dévastateur pour en sortir ! Parlons d’une contribution territoriale, plutôt que d’une taxe, et même si les effets positifs du débroussaillement profiteront à tous, réfléchissons à des taux variables en fonction des catégories d’usagers.


Identifiez-vous des territoires qui auraient osé mettre en œuvre des politiques locales exemplaires ?


Lors de notre journée du 12 mars 2019, deux élus ont présenté des initiatives avec de bons résultats, à Langlade dans le Gard et au Thoronet dans le Var. Dans le premier cas, la mobilisation citoyenne a débouché sur des travaux de débroussaillement qui ceinturent le village et donnent corps à une idée défendue par notre association : que les habitations servent de refuges, afin de permettre aux pompiers de se concentrer sur le feu et ainsi de protéger la forêt.

A travers un bon dosage entre fermeté et convivivalité, la mobilisation des habitants constitue également le ressort de l’action communale du Thoronet. Mais ces initiatives restent trop exceptionnelles pour amorcer le retournement que nous espérons : que les obligations légales de débroussaillement soient effectivement respectées, ce qui transformera les victimes potentielles en responsables de leur propre protection.

Par ailleurs, au-delà des propriétaires de maisons en bordure de forêt, il faut regarder la situation des propriétaires forestiers, premières victimes de l’incendie de forêt : il faut les aider à ce qu’ils soient aussi les premiers acteurs de la valorisation du bois et des autres richesses de leurs forêts!

"Le potentiel du pin d'Alep"

Sur quels points d’appui pourrait reposer un tel retournement ?

Le 12 juillet dernier à Marseille à l’initiative de l’association interprofessionnelle Fibois Sud et de France Forêt Paca, une journée d’échanges consacrée au pin d’Alep a mis en lumière le potentiel de cette essence qui couvre aujourd’hui 250 000 hectares, au lieu de 50 000 à la fin du XIXe siècle : grâce à l’actualisation récente de la norme NF B52 - 001, les freins à son utilisation dans la construction se débloquent. Des représentants de toutes les composantes de la filière se disent prêts à valoriser cette essence particulièrement résistante à des températures très élevées, et donc appelée à s’étendre avec le changement climatique.

Des sylvicultures en cours de définition privilégieront la production de bois d’œuvre. J’y vois un symbole fort pour les régions méditerranéennes situées en première ligne du changement climatique : les solutions que nous saurons mettre en place ici pourront, dans un futur vraisemblablement proche, intéresser l’ensemble de la forêt française. Face à un dépérissement inquiétant du sapin pectiné dans les Vosges, ne voit-on pas déjà apparaître l’idée de recourir à des provenances méditerranéennes de sapin ou d’introduire le cèdre de l’Atlas ?

Pour mettre sur pied des politiques d’aménagement adaptées à la prévention des incendies, la méthode du projet de paysage vous paraît-elle adaptée ?

Cette méthode me séduit beaucoup. Je l’ai découverte aux côtés de Michel Desvigne, lorsqu’il conduisait la mission initiée par le ministère de l’Agriculture, pour répondre à la question de la pérennité de l’antenne marseillaise de l’école nationale supérieure du paysage. La notion de projet paysager fait écho à la pratique de l’aménagement forestier : commencer par décrire, analyser les qualités, les limites et les atouts pour composer un projet en lien avec les acteurs du territoire.

L’utilisation du dessin, pour présenter ce projet, facilite l’adhésion en vue d’une médiation efficace de l’aménagement. La notion de pyro-paysage, développée par Jordan Szkrupak et Adrien Moreni, de l’atelier Saltus, répond à l’idée d’un changement de regard, pour les espaces dont nous parlons : on ne supprimera pas les feux. Il faut réfléchir à leur place et les mettre au bon niveau. L’approche paysagère du parc naturel régional de la Sainte-Baume contribue à cette réflexion sur laquelle notre association ne manquera pas de revenir.

Propos recueillis par Laurent Miguet

(1) Association Forêt Méditerranéenne

14 rue Louis Astouin 13002 Marseille
contact@foret-mediterraneenne.org
http://www.foret-mediterraneenne.org

Commentaires

"La prévention des incendies passe par des maîtrises d’ouvrage publiques locales"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur