En direct

La prévention au quotidien : Personnel d'encadrement

HUGUES HAENTJENS, DOMINIQUE LE ROUX, VIRGINIE BESSON |  le 06/06/1997  |  TravailApprentissage BTPArtisansRhôneParis

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Travail
Apprentissage BTP
Artisans
Rhône
Paris
Hauts-de-Seine
Loiret
Valider

La sécurité sur un chantier, c'est aussi, et surtout, l'affaire de l'encadrement. Une bonne organisation, une bonne gestion des risques sont indispensables. Elles sont étroitement liées à la politique de certification de qualité des entreprises.

En dehors des formations de coordonnateurs de sécurité, qui préoccupent tous les acteurs du BTP (voir p. 53), d'autres formations destinées à l'encadrement sont couramment mises en place. Chez GTM, cette formation est dispensée par le directeur qualité et prévention, Jean-Claude Curillon. Elle comprend une initiation aux statistiques des accidents du travail, une formation pour la déclaration d'accident, la manière de bâtir un Plan particulier de sécurité et de protection de la santé (PPSPS) ou bien un plan d'assurance qualité (PAQ). « Cette formation se destine aux jeunes ingénieurs, sur deux jours, explique Jean-Claude Curillon. Nous programmons entre cinq et six sessions par an qui comptent à chaque fois entre 15 et 20 salariés. » Les jeunes ingénieurs de Jean Lefebvre suivent un stage spécifique à la prévention à l'intérieur de leur cursus d'intégration. « Et nous allons en faire bénéficier 250 conducteurs de travaux sur quatre ans », explique François Boscher. Sur une durée de cinq jours, la session de Campenon Bernard SGE avec le cabinet Formagir, à Lyon, veut s'adresser à 150 de ses chefs de chantier. Elle comprend un module « sécurité » qui porte sur l'organisation de chantier et fait le point des dernières réglementations en vigueur.

La difficulté consiste à faire en sorte que l'encadrement s'approprie l'enseignement. C'est ainsi qu'est né « le Loto de la prévention » chez Fougerolle. Il s'agit d'un module plus ludique d'une journée lors du stage « droit du travail et prévention » que l'entreprise a dispensé à plus de 1 000 personnes entre 1990 et 1996. Fougerolle démarre par ailleurs une formation systématique de l'encadrement « aux relations avec le coordonnateur de chantier. »

Les artisans s'intéressent aussi à la sécurité

Les artisans du BTP ne disposent pas des mêmes moyens, c'est évident. Quant à la formation, elle doit forcément être très courte. C'est la CAPEB (Confédération de l'artisanat et de petites entreprises du bâtiment) qui met en place des dispositifs de formation en matière de sécurité, notamment à travers les formations de coordonnateurs. Ces stages lient la sécurité, la qualité et l'organisation de chantier. Ainsi, l'association pour la Formation dans l'artisanat du bâtiment en Rhônes-Alpes, très en avance sur les autres régions, organise des stages de deux jours portant sur la rédaction puis sur la mise en place du PPSPS (Plan particulier de sécurité protection santé) destinées aux chefs d'entreprise, aux conjoints ou compagnons ayant des responsabilités administratives.

De leur côté, les professionnels de la prévention sont formés par des organismes plus spécialisés comme l'OPPBTP, ou les Caisses régionales d'assurances maladie (CRAM), en collaboration avec l'Institut national de recherche sur la sécurité (INRS). La CRAM de Nancy (Meurthe-et-Moselle) organise chaque année plusieurs sessions destinées aux animateurs de prévention du BTP. « Il s'agit de provoquer une modification des comportements, une attitude positive de recherche, d'analyse et d'élimination des situations dangereuses, explique Daniel Seguin, l'un des deux ingénieurs conseils du pôle bâtiment. »

ADRESSES UTILES

-OPPBTP, 204, route du pont-de-Sèvres, 92516 Boulogne-Billancourt Tél. : 01.46.09.20.00.

-Institut national de recherche et de sécurité (INRS), 30, rue Olivier-Noyer, 75680 Paris cedex 14. Tél. : 01.40.44.30.00.

-Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), direction des risques professionnels, 33, avenue du Maine, 75755 Paris cedex 15, BP 7.

-Afabra (Association pour la formation dans l'artisanat du bâtiment Rhônes-Alpes), 34, rue Casimir-Périer, 69002 Lyon. Tél. : 04.78.37.04.57.

PHOTOS : 1. Un quart des lésions touche les pieds et les jambes. 2. La plupart des formations techniques intègrent les gestes sécurité.

Centre Pierre-Caloni : au coeur de la prévention

Non loin d'Orléans, le centre Pierre-Caloni s'est spécialisé depuis 1972 dans les formations à la sécurité. Il organise avant tout des stages de cinq jours pour l'encadrement ou les responsables d'entreprises. « Cela nous permet de bien exploiter tous nos matériels et moyens pédagogiques, explique Jacques Marion le directeur du centre. Hors de leurs entreprises, les stagiaires ont le temps. Ils discutent avec d'autres salariés, on peut les faire réfléchir et remettre en cause leur comportement vis-à-vis de la prévention ». Une notion qui a bien changé depuis les années 70 : « la prévention a heureusement évolué, elle fait désormais partie des pratiques professionnelles. Parler de prévention est moins tabou qu'avant car, hier, le risque sur les chantiers était considéré comme une chose normale. De plus, le discours sur la qualité employé dans les entreprises nous est favorable car la qualité répond à la même logique et utilise les mêmes ingrédients que la prévention ».

Le centre comptabilise chaque année entre 8 000 et 10 000 journées de formation et 1 500 à 2 000 stagiaires. Ils ont le choix entre une cinquantaine de stages spécialisés dans les corps de métiers ou les techniques, qui sont ouverts de plus en plus vers les médecins du travail, les maîtres d'oeuvre et d'ouvrages, les enseignants, les membres de CHSCT ou les formateurs de coordonnateurs sécurité (358 formés dont une soixantaine de demandeurs d'emplois). Si les attentes et les besoins des entreprises en matière de sécurité et de prévention évoluent (le centre organise une vingtaine de stages amiante par an avec 350 stagiaires), la réalité est elle aussi en train d'évoluer sur les chantiers : « les services sécurité permanents, poursuit Jacques Marion, disparaissent dans les entreprises. Le chef de chantier a de plus en plus un rôle d'animateur sécurité : notre intervention doit donc s'adapter ». Pas étonnant que la moyenne d'âge des stagiaires progresse et que le centre Pierre-Caloni touche avant tout les grandes entreprises et les PME mais très peu les artisans.

PHOTO : Jacques Marion, directeur du centre Pierre-Caloni.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur