Environnement

La pollution des transports éliminée… en 2020

Mots clés : Carburant - Droit de l'environnement - Qualité de l'eau, de l'air et du sol - Transports

La pollution des transports routiers sera pratiquement éliminée à l’horizon 2020, selon l’Union française de l’industrie pétrolière.
Dans le cadre de sa conférence annuelle, un responsable de l’UFIP, Jean-Louis Schilansky, a indiqué qu’un tableau rassemblant toutes les émissions liées aux transports routiers montre en effet que l’indice des émissions (base 100 en 1995) baissera jusqu’à 20 en 2020 contre 120 en 1990. Il a tenu à souligner que ce sont les efforts conjugués de l’industrie pétrolière et automobile qui permettra d’aboutir à terme à ce résultat.
Les émissions concernées sont le monoxyde de carbone, d’azote, les COV, le benzène et le dioxyde de souffre. Mais cela ne règlera pas pour autant le phénomène des gaz à effet de serre, a relevé l’UFIP.
L’industrie, qui regroupe quatre des cinq plus grands pétroliers mondiaux (BP, ExxonMobil,TotalFinaElf et Shell), s’engage à réduire par ailleurs de 26% les émissions de CO2 au km d’ici 2008, grâce notamment à l’amélioration des produits pétroliers et des pots catalytiques.

Paradoxalement, plus les produits pétroliers sont améliorés, plus il y a d’émissions CO2 en raffinerie, a dit Jean-Louis Schilansky ajoutant que l’industrie pensait « stabiliser ces émissions en 2005 ».
L’UFIP s’est enfin prononcée contre l’écotaxe ou TGAP (extension de la taxe générale sur les activités polluantes aux consommations d’énergie des entreprises), estimant qu’elle alourdit la fiscalité et risque de pénaliser le raffinage français. Elle plaide en revanche pour des engagements volontaires, en rappelant qu’une concertation en ce sens est déjà engagée entre 18 sociétés françaises dont quatre pétrolières et les pouvoirs publics.
L’industrie pétrolière française a annoncé par ailleurs qu’elle allait investir un milliard d’euros d’ici à 2005 pour la réduction de la teneur en soufre des carburants, conformément à une directive européenne.
La directive européenne, adoptée fin 2001, prévoit l’introduction de l’essence et du gazole sans soufre dans l’Union européenne à partir de 2005. Ces carburants sans soufre deviendraient obligatoires à l’horizon 2008-2010.
L’industrie consacre chaque année 100 M€ dans des projets d’environnement et de sécurité, a relevé Jean-Louis Schilansky.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X