Transport et infrastructures

La plate-forme portuaire du Havre prête à la fin de l’année

La plate-forme multimodale souhaitée par le Grand port maritime du Havre (Seine-Maritime) pour massifier les flux de conteneurs sera opérationnelle à la fin de l’année.

Malgré quelques aléas (traitement de sol délicat, remontées d’eau), le plus grand chantier en cours au Havre est dans les temps (135 millions d’euros). La plate-forme multimodale souhaitée par le Grand port maritime du Havre (GPMH) pour massifier les flux de conteneurs en développant les modes fluviaux et ferroviaires sera opérationnelle à la fin de l’année. Ces dernières semaines, le second des deux portiques ferroviaires (320 t chacun) était en voie de montage alors que les deux portiques fluviaux (300 t) étaient attendus.

 

Quais et accès terrestres

 

Les travaux, initiés début 2012 sous maîtrise d’ouvrage du GPMH (aménagement des accès terrestres, préparation des quais) puis poursuivis sous celle de LH2T (1), avec Projenor (Crédit agricole Immobilier) comme promoteur mandaté, approchent donc de leur terme. En témoigne le marché n° 1 attribué à quatre filiales du groupe Spie Batignolles : mandataire du groupement d’entreprises, Valérian a terrassé, préparé et viabilisé 340 000 m2 et près de 9 km de canalisations et 65 km de fourreaux ont été installés ; Spie Fondations a placé 500 pieux profonds tous les 4 m, soit 15 000 m3 de béton ; Spie Batignolles Nord, en charge du génie civil, a construit 2,37 km de longrines pour les voies de portiques, longues de 424 m pour la cour fluviale et de 758 m pour la cour ferroviaire ; enfin, Malet, en charge des revêtements, réalise actuellement la mise en œuvre des enrobés spéciaux.


La plate-forme multimodale du Havre comprendra : 400 ml de quais sur le grand canal maritime, une zone de stockage conteneurs pour 2 600 EVP (équivalents vingt pieds), une cour ferroviaire de 8 voies, une cour continentale de 750 m de longueur pour les ensembles routiers et un faisceau ferroviaire de réception permettant de former des convois pouvant aller jusqu’à 1 500 m.
« Il faudra un an de déverminage, évalue Jean-Pierre Lange, directeur multimodal chez Projenor. Nous passerons peu à peu de 125 000 UTI (unités de transport intermodal) à 500 000 UTI traitées par an. »

 

(1) Le Havre Terminal Trimodal, constitué à 50/50 du GPMH et du Crédit agricole.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X